Séries TV : Où sont passées les femmes fortes des années 90 ? – Partie 2

35

series-tv-ou-sont-passés-les-femmes-fortes-des-années-90-image-une partie 2

A l’occasion de la journée de la femme  aujourd’hui, le Cerveau vous propose de réfléchir avec lui sur l’image des femmes dans les séries TV américaines des années 90 à nos jours : au menu Doctor Who, Game Of Thrones, House of Cards, Revenge, et même How I Met Your Mother Un dossier en deux parties, dont la première est à retrouver ici.

Samantha Carter vs le Harem de Doctor Who

samantha carter stargate SG-1La Science-Fiction dans les années 90 a eu le vent en poupe : Entre X-Files, Stargate SG-1, Buffy…les séries consacrées aux univers fantastiques étaient tendance à cette époque. Samantha Carter dans Stargate SG-1 était l’exemple d’un stéréotype complètement brisé du genre : blonde, brillant officier scientifique et spécialiste en astrophysique.

Une femme intelligente, qui sait se défendre, qui ne se définit pas uniquement à travers ses hommes, ou ses sentiments pour son supérieur hiérarchique, pour un personnage qui aura influencé beaucoup de jeunes femmes à son époque. Que reste-il de ces influences en SF ?

2005 : Back to the Side-kick

Quelle série SF en vogue cette dernière décennie propose un personnage féminin principal ? On vous le donne en mille : Doctor Who. Une reprise en 2005 de la série culte de la BBC, qui s’est sacrément bien liftée depuis les années 60. Pourtant l’image des femmes dans Doctor Who n’est pas si glorieuse et même souvent reprochée à ses showrunners au-delà de remettre le side-kick féminin au goût du jour, et ce, insidieusement.

Qu’elle soit Rose, Martha, River, ou encore la petite dernière, Clara, ces femmes avec, en apparence, beaucoup de caractère, se définissent quasi exclusivement à travers le Docteur. Ipso Facto : femme définie à travers son alter ego masculin. A l’exception de Donna et Amy, toutes tombent amoureuses à différents degrés du Docteur, tout en sachant que l’union ne se fera jamais. On applaudira quand même Martha qui, malgré ses sentiments, décide de quitter le Docteur et reprendre sa vie de médecin.

Amy pond dans doctor who

La dernière arrivée ne flatte toujours pas la nature féminine : une jolie potiche que l’on tente de faire passer pour une super-héroine depuis l’explication de son existence. Clara, l’Impossible Girl, est sensée être une sorte d’Ange Gardien des Docteurs. La figure angélique, on l’a. La fonction gardien, elle est un peu tirée par les cheveux et quasiment inexistante depuis son arrivée dans la série, puisque ses interventions sont presque absentes. Elle se contente de découvrir des mondes avec le Docteur et n’est pro-active qu’en cas de désespoir. La nounou devenu maîtresse d’école est, décidément, un beau stéréotype de femme conventionnelle en 2013.

Potiche Land

river song ou sont passé les femmes fortes des années 90

Amy Pond n’est pas en reste malgré ses apparences de femme forte et charismatique. On ne sait pas exactement quelle est sa formation ou son statut dans la société, alors que son mari, lui, a un métier, souvent attribué à la gente féminine certes, mais un métier quand même. Quant aux petits jobs : parfois mannequin, kissogram et peut-être journaliste en saison 7, métier qu’elle a très vite laissé tomber. Une réalité occultée par son statut marital qui fait rêver et croire que les rôles sont inversés sans réellement l’être.

Et River ? Le seul personnage réellement « bad-ass » de la série ? Pas mieux. Alors que le personnage s’est très vite fait une place comme une femme forte, elle s’efface en faveur du Docteur, elle qui a été engendrée pour sa destruction. On peut même citer un seul épisode pour résumer l’évolution de ce personnage : Let’s Kill Hitler en saison 7. Le personnage, facétieux et psychopathe, se présente comme une femme indépendante pour finir par sauver et dédier sa vie à celui qu’elle épousera, quitte à se faire enfermer en prison pour un crime qu’elle n’a pas commis. Le mariage est un engagement pas un gage de dévouement, si ? Un dévouement inconditionnel au point que le personnage errera derrière son homme même après son sacrifice sa mort (The Name of the Doctor, saison 7). Steven Moffat, ou le sexisme habilement déguisé des temps modernes.

Partager

  • Bad Wolf

    Un article en deux parties qui résume assez bien le rôle des femmes à la télévision même si je pense qu’on ne peut pas passer aujourd’hui à côté de l’autre série de la créatrice de « weeds » qui est « orange is the new black » où on peu voir des portraits de femmes sans stéréotype avec pourtant plusieurs degrés allant de la femme ne pensant qu’à l’homme de sa vie comme Morello (qui est d’ailleurs surement imaginaire) à la femme endurcie par la vie comme la très respectable Red (pour ne citer qu’elle).

  • Wafana

    Article fort intéressant, dont j’ai eu le plaisir de lire. Malgré tout je trouve que Olivia Dunham de Fringe aurait mérité sa place comme personnage de femme forte

    • Marine Bertheau

      C’est vrai que j’ai un petit pincement au coeur de ne pas voir Olivia/AltOlivia de Fringe (je t’aime quand même Asma !)

  • Flore Janvier

    Tu déchires Asmounette, toi tu es le stéréotype de la femme indépendante, manque juste a adopter un ptit bébé pour que ce soit parfait!
    Même si je suis pas d’accord pour Emma de Once, elle est quand même accroc a Neal et elle a pris des risques pour faire en sorte qu’elle lui revienne, a plusieurs reprise. Pour moi la vrai femme indépendante de cette série c’est Régina, dont on a butté l’amoureux, et qui a décidé de dire merde aux hommes, et de vivre malgré tout sa vie de femme et la maternité. Et heureusement que tu as même pas parlé de blanche neige, que même les fans de la série rêveraient de torturer et de bruler tellement elle est exaspérante de mièvrerie.

  • milou

    Mais ou est Alice Morgan elle devrait aparaitre dans se dossier!!!!!!!

    • Asma El Mardi

      On a oréféré se focaliser sur les femmes des séries les plus en vogues ou mainstream ( tout est expliqué ici : http://bit.ly/1ggylji ) mais tu as raison Alice Morgan est tout aussi importante que Lutherdans la série et un sacré morceau de femme ! :)

      • milou

        Ha sa me rasure =)

  • Demnts

    Et fiona gallagher de shameless us ? niveau femme forte on est comblé avec elle quand même!!

    • Demnts

      Pardon, sinon excellent article

      • Asma El Mardi

        Comme dit dans le commentaire précédent, on a voulu se concentrer sur le mainstream pour faire une véritable comparaison avec le mainstream des années 90. Mais Fiona est sacrément badass, je confirme :)

        • Demnts

          Je me doutais de la réponse, je voulais juste entendre ça o:)
          « Mais Fiona est sacrément badass, je confirme :) » donc merci!!

  • Yannick Lizier

    Tu as occulté Donna dans Doctor Who.
    Et où est Nikita ?
    Par contre pour GOT Cersei une femme forte ? Dans la saison 1 peut-être.
    Quand à Emma, vu ce que le personnage promettait, je préfère encore mieux Regina !
    Sinon article assez intéressant.
    Après il faut dire que voir une femme mauvaise, mariée ou autre ne me pose aucun problème mais si au bout d’une saison elle n’a pas évolué (en mieux ou en pire qu’importe), là ça me dérange.

    • Sylvia

      Je plussoie, Nikita ?? Where is she ??

    • Asma El Mardi

      « A l’exception de Donna et Amy, toutes tombent amoureuses à différents degrés du Docteur, tout en sachant que l’union ne se fera jamais. » Pas vraiment. Je trouve que Donna est la moins significative du lot, même si gros cliché.
      Pour moi Cersei est une femme forte, à sa manière, même si elle se rabaisse face à son père surtout en saison 3. Après c’est une question de clan, même Tyrion se rabaisse aussi face à son père.
      Quant à nikita, la série n’est pas des plus en vogue. Comme expliqué dans la première partie de ce dossier, on s’est concentré sur le mainstream :)

      • Yannick Lizier

        Pour Cersei, elle était forte en saison 1 mais depuis la saison 2, entre son père et son fils, elle s’est résignée.

      • Jimmy

        Clara ne tombe pas amoureuse du docteur

        • Peinsama

          Si tu regarde le christmas special « The Time of the Doctor », tu verra qu’à l’arriver du Docteur et de Clara dans la charmante ville de Christmas, quand on leur demande qui ils sont, le champ de vérité oblge le Docteur à révéler qu’il est un alien qui voyage dans le temps, et Clara à dire qu’elle le suit « because [she] fancie[s] him … ». Donc si, Clara tombe amoureuse du Docteur.

          • Dw

            Pauvre Danny Pink

  • Sylvia

    Steven Moffatt a plus encore à se faire pardonner que d’être un brin sexiste, il est aussi franchement odieux en ce moment avec les fans. Pour ce qui est de Rachel Green. Ce qui me laisse perplexe avec elle c’est que certes elle a brillamment grimpé les échelons de tout et finit sans emploi pour avoir renoncé à Paris pour être avec Ross et former avec lui à nouveau un couple en plus de leur rôle de parent. Et après ?? Femme au foyer entretenu par le père de sa fille ??

  • Pietro Petigrove

    L’article s’appelle « Femmes forte des années 90″ donc Fringe et GOT on pas leurs place dedans.

  • Tana

    Comment avez-vous pu passer à côté de Tina Fey dans 30Rock ??? Il fallait en parler au même titre qu’Amy Poehler dans Parks & Recreation. C’est quand même une des figures fortes féminines de la fin des années 2000 et du début 2010 ! Et pour le coup, c’est quand même une série plus que mainstream 30Rock…

  • DroZo

    Je trouve cet article très orienté. Prenons Doctor Who par exemple. Tu reproches à Amy de n’avoir pas de boulot,mais en fait c’est surtout que le boulot des personnages n’a aucuns intérêts pour Moffat (Rory est infirmier juste parce que Amy rêvait d’un docteur étant enfant, et qu’un infirmier est un sous docteur). Tu reproches à River son amour fou pour le Docteur. OK, mais elle n’est pas la seule personnes à mourir pour celui qu’elle aime. Chez les hommes, Rory fait d’énormes sacrifices pour Amy et ferait tout pour elle, jusqu’à se jeter du haut d’un immeuble, et pourtant Rory est un personnage masculin (il est clair que Rory ne peut pas vivre sans Amy). De plus, le speen-of de Doctor Who Torchwood propose lui aussi des personnages féminin fort, comme Toshiko ou Gwen, dont le mari de cette dernière fait plus boulet qu’autre chose. Autre série qui a marqué les années 2000: Lost, qui a aussi son lot de personnages fortes (Kate, Shannon, Ana-Lucia, Sun…).
    Dans le registre de la série policière, on est maintenant également obligé d’avoir des personnages féminins indépendants: Kate dans Castle, Lisbonne dans Mentalist, Chloé dans Profilage…
    Je ne connais pas les autres séries dont tu parles (à part Game of Thrones, dont je suis d’accord avec toi) ce qui fait que je ne pourrais pas critiquer ou approuver les autres argumentations. Mais dans l’ensemble je n’ai pas l’impression que l’image de la femme soit si misogyne que ça dans les séries du XXIeme siècle.

  • Mystère du Cygne

    Il me semble qu’Emma Swan a une autre particularité : c’est objectivement une délinquante. Là où les « femmes fortes » des 90′ s’imposent par leur haute qualification professionnelle, leur expertise dans un domaine pointu (souvent scientifique), l’éducation soignée qu’elles ont reçue dans leur famille, Emma semble avoir quitté l’école très tôt, n’est pas très cultivée et n’a pas vraiment de bonnes manières. C’est une gamine de la rue, délaissée affectivement et moralement. C’est une voleuse de voitures, une petite braqueuse de supérettes et dans l’affaire des montres, s’il est injuste qu’elle soit seule à aller en prison, c’est bien son idée de fourguer les montres volées pour se refaire une identité et une vie avec l’argent.

    • Kayla

      En effet, Emma Swan est un personnage véritablement original. Voici une héroïne atypique, qui pourrait être montrée comme exemple. Malgré son passé de délinquante et ses onze mois de prison, elle cherche la rédemption.
      Elle passe toute la série à « se ranger » et faire le bien autour d’elle, premièrement par amour pour son fils, et deuxièmement pour se racheter une bonne conscience. Elle est une femme forte : une repentie qui reprend sa vie en main pour montrer l’exemple à son fils de 10 ans.

  • Nodame

    Pas tout à fait d’accord pour Daenerys. Il me semble que son personnage n’est pas tout à fait féministe, en ce sens où il apparaît clairement comme le fantasme ultime pour les hommes : une femme physiquement parfaite, qui fait preuve de force quand il faut, qui fait preuve de compassion quand il faut, de sensualité quand il faut, qui a su apprivoiser un mari brutal. C’est une femme totalement irréaliste, inatteignable… bref, absolument pas un personnage qui rend service à la cause féministe ! :D

  • Miimilou

    Je m’étonne de ne pas voir mentionner une femme de Supernatural vu la diversité de femmes fortes, indépendantes mais bien différentes.
    Sinon très bon article :)

  • Chrispine

    Et Gwen Cooper la badass de Torchwood? Bon il est vrai que le héros est bi, mais ça confirmerait votre thèse? Malheur! Par contre dans les films c’est l’inverse GIRL POWER à l’extrême tsss…Pour rire « scènes de ménages » (?) regardez bien les femmes de cette sitcom, une égoiste fainéante et ch*****, une vieille à la peau dure, une housewife presque parfaite et un bricogirl aussi féminine qu’un ours et que des abruti imbus d’eux-même ou hyprasensible.
    Pour avoir vu beaucoup de films et séries 2012/2013, je trouve que les rôles s’inversent. Les métrosexuels ont passé le relais aux femmes de tête, parfois jusqu’au ridicule.
    Mais à chacun sa théorie hein, bravo pour l’article.

  • Jimmy

    Je n’ai jamais vu un article aussi débile. Dire que doctor who est sexiste c’est du n’importe quoi. Il faut arrêter de dire que tout est sexiste. Déjà à chaque foi qu’il y a un compagnon hoe au début on le prend pour un boulet. Et en ce qui concerne le fait que les compagnons du docteur sont amoureuses de lui: Seul rose Martha et river sont amoureuses de lui. Pour Rose et River l’amour est réciproque donc il s’ agit plutôt d’une histoire d’amour et pour Martha le docteur est trop affecté par la perte de Rose pour s’occuper de Martha. Chaque compagnons du docteur ont un fort caractère elles sont assez intelligentes et remarquent des choses que le docteur ne remarque pas. Martha devient médecin. Amy devient journaliste au lieu de bisougramme ce que je pense est bien mieux et elle n’a jamais été mannequin. Le fait que Clara devient professeur au Coal Hill School est une référence aux tous premiers compagnons du docteur au cas où vous l’aurez pas compris. Le fait qu’elle soit nounou est un service, je ne vois pas où est le problème. De plus le français utilisé dans cet article n’est pas digne d’un bon article.
    Tout ça pour dire que Doctor Who est tout ce qu’il y a moins sexiste comme série, je n’ai pas non plus aimé le harem de doctor who car vous devriez regarder ce que c’est un harem avant de dire n’importe quoi je n’ai pas regardé les autres truc mais j’imagine que c’est la même chose c’est à dire nul à chier

    • Peinsama

      Pour quelqu’un qui connait si bien la série, t’as du juste manqué l’épisode du divorce d’Amy et Rory, où il est justement fait mention de son métier de mannequin avant de devenir journaliste. Je sais je suis tatillon, mais avec des commentaires aussi hateful, j’aime bien rappeler qu’on se doit de ne pas faire d’erreur dans de pareil cas de figure. Happy trolling :-)

  • Lly

    Je pense qu’il manque ici Mellie Grant de Scandal. C’est une femme forte, manipulatrice, et prête à tout pour arriver à ses fins

  • Peinsama

    S’il est un personnage féminin fort de série mainstream dans les années 2000, c’est bien Loïs de « Malcolm in the Middle ». Il s’agit d’un caractère suffisant unique et puissant pour qu’il en soit fait mention dans ton article. Dommage. Sinon très bon article même si il m’a paru un peu dirigé à plusieurs occasions.

  • Marion

    Il y a une chose qui me frappe dans certains commentaires, pour certains d’entre vous, une femme ne peut pas être forte, indépendante, et en même temps amoureuse ou mère. D’où ma question, pourquoi l’un empêcherait l’autre ? Etre féministe ce n’est pas être contre les hommes et fonder une famille. Le féminisme défend les valeurs des femmes, leur importance (égale à celle des homme)… Une femme peut être indépendante, forte, intelligente, avoir un bon métier dans lequel elle s’épanouie et en même temps être mère et/ou amoureuse ! C’est très réducteur de dire que l’un empêche l’autre, limite insultant. Pour ceux qui pensent ça, une mère et une femme (dans le sens mariée à un homme j’entends ^^) est quelqu’un de soumis, faible… ? C’est extrême, mais c’est en gros ce que certains prétendent en dénigrant par exemple le faite que Emma soit considérée dans cet article comme une femme forte sous prétexte qu’elle est amoureuse de Neal et qu’elle prend énormément de risques pour lui. Au contraire, pour moi, se battre pour ceux qu’on aiment, famille, amis, petit-ami, c’est montré que les femmes sont fortes ;)

  • Simba

    Je ne suis pas tout à fait d’accord concernant la relation entre Amy et le Docteur, car elle a toujours démontré des sentiments envers le Docteur en passant de la relation fillette-ami imaginaire-tombé-du-ciel à side-kick-ami imaginaire-pas-si-imaginaire-que-ça à une relation amoureuse sans aucune réciprocité envers le Docteur qu’elle a rapidement fait taire toute son existence lorsqu’elle s’est rappelée de Rory, or les sentiments étaient quand même toujours sous-jacents tout au long de ses aventures avec le Docteur.

  • Simba

    C’est comme même dommage qu’il n’y ait aucune mention de Chloe Sullivan de Smallville. Ce personnage a quand même brisée pas mal de stéréotypes au cours des dix saisons.

  • BadWolf

    Je trouves dommage d’avoir occulté Donna dans Doctor Who de cette article, car elle est pourtant un personnage fort de la série. Rabaissée depuis toujours par sa mére et visiblement pas très intelligente elle est pourtant celle qui sauve le Doctor dans sa première apparition et celle qui sauve la terre dans la fin de la saison 4. Elle ne tombe pas amoureuse du Doctor et est toujours capable de le remettre à sa place et de le faire changer d’avis. Le Doctor la décrit même comme la personne la plus importante de l’univers.