Brain Throwback Thursday : Cendrillon, le dessin animé

0

brain-throwback-thursday-cendrillon-le-dessin-anime-une

Alors que le film en live-action Cendrillon de Kenneth Branagh vient de sortir, le Cerveau revient sur le dessin animé Disney pour son Throwback Thursday.

L’après-midi est pluvieux. Aujourd’hui il ne sera pas question d’aller au parc du coin pour faire un foot avec les copines et les copains. Bloqué à la maison, vous vous décidez pour un dessin animé. Disney, bien sûr.

Vous choisissez un classique. Cendrillon. Le dessin animé est peut-être sortie en 1950, mais la première VHS est apparue en 1992, vous vous souvenez combien Maman avait insisté pour l’acheter. C’est que le film doit valoir le coup, non ? Vous vous décidez enfin à le regarder, curieux malgré vous. C’est une princesse sur la jaquette. Et vous, les princesses, sauf si elles s’appellent Leïa, ce n’est pas vraiment votre truc.

Vous attrapez la VHS sur l’étagère, qui se trouve entre Blanche-Neige et Dumbo parce que Papa à un truc pour l’ordre alphabétique. Le magnétoscope mange la cassette, que vous devez rembobiner parce que votre grande soeur oublie toujours de le faire.

Gus et Jack, ces héros

gus gus jackEt là, c’est la révélation. Alors peut-être pas Cendrillon elle-même, vous la trouvez un peu bête à chanter toute seule et à parler aux oiseaux. Mais Gus et Jack sont des merveilles. Leurs aventures et combats sans cesse contre Lucifer le chat vous éclatent. Et leur héroïsme vous inspire. Parce que sérieux, deux souris qui arrivent à porter une clef en montant des escaliers sur plusieurs étages ? Plus fort que Superman !

Mais surtout, Lucifer V.S les souris. Vous y revenez sans cesse. Vous allez même abîmer la bande en rembobinant sur ces passages. C’est presque du Tex Avery chez Disney.

Puis vous aimez bien la Marraine la Bonne fée, qui ne sait pas où elle a rangé sa baguette et qui ne voit même pas que Cendrillon porte des guenilles. Et qu’est-ce que le roi et le duc sont drôles, même s’ils ne sont pas très gentils ! Mais leurs échanges, en particulier quand ils font du trampoline sur le lit du roi, vous fait mourir de rire.

Et, vous ne l’admettrait jamais à votre soeur, mais vous aimez bien Cendrillon aussi. La méchanceté de ses soeurs vous a touché, et vous êtes bien content que Cendrillon s’en sorte, elle est gentille, elle, contrairement à votre soeur (qui ressemble à Javotte et Anastasie, en pire). Et elle est très belle, même sans sa robe magique.

Retour aux sources

Ce que le Cerveau vient de décrire, c’est une après-midi typique d’un enfant des années 90. Si ce n’est pas le votre, celui d’un ami. Bien que Cendrillon ait 65 ans, le film a traversé les générations, comme nombre de classiques Disney. Une des principales raisons est qu’il se base sur une conte universel, que tout le monde connaît, signé Perrault. Il est aussi en prime l’exemple des films de tradition Disney. Une princesse dans une mauvaise situation qui va être sauvée par l’amour, des animaux anthropomorphiques pour assurer l’humour du film, des chansons joyeuses et entraînantes, comme dans un musical pour accompagner le film. Et des méchants clairement identifiés et l’un très effrayant et d’autres parfois ridicules qui vont tout faire pour voler le bonheur de la princesse.

cendrillon-walt-disney

Cendrillon a alimenté de nombreux débats. En particulier pour ce qu’on appelle Le Complexe de Cendrillon. Celui-ci serait défini par le désir chez certaines femmes, qu’un homme les sauve et les prenne en charge. Beaucoup ont en effet interprété le film comme une jeune fille passive, qui aurait peur de l’indépendance, qui attend son prince pour la sauver d’une situation qui semble désespérée.

98757643_oA regarder de plus près, le complexe porte mal son nom. Cendrillon tente de prendre son destin en main, enfin plus ou moins, dans le dessin animé. Elle tente de convaincre la marâtre de la laisser aller au bal, et lui répond et argumente, ce qui est une marque de rébellion, surtout pour une jeune fille à l’époque (sic). Elle fait tout pour y aller elle-même et remplir les conditions, injustes, mises en place par sa méchante belle-mère. Avec l’aide de ses amis les souris et les oiseaux, puis la marraine la fée, elle confectionne sa robe, On est loin de Mulan, mais c’est toujours mieux que Blanche-Neige ou Aurore de La Belle au bois dormant. Il faut pas non plus en demander beaucoup, le dessin animé a été écrit à la fin des années quarante, l’émancipation sociale de la femme était encore qu’à ses balbutiements. Ménage, mariage, et couture étaient les qualités qu’on attendait d’une femme. Kenneth Branagh n’a pas cette excuse, lui.

Sauvetage de Disney

Cendrillon est aussi et surtout un retour aux sources pour Disney. Le dernier long métrage animé avant lui date de 1942 et c’était Bambi. Il a aussi sauvé les studios Disney. Et s’il possède beaucoup de similarités avec Blanche-Neige, ce n’est pas innocent, Disney cherchaient justement cette familiarité pour assurer le succès du film. Et l’accueil critique et public a été formidable, si bien que Walt Disney, qui souhaitait se consacrer à d’autres genres, a été convaincu de poursuivre la production de long-métrages d’animation. Imaginez ce que nous aurions raté si ce dessin animé n’avait pas fonctionné.

Dérivée

Cendrillon a ensuite connu deux suites, sorties directement en vidéo dans les années 2000. Hier, est sortie la mauvaise adaptation en salles, par Kenneth Brannagh. Mais elle a aussi inspiré des artistes en dehors des studios Disney.

On ne peut que penser à la chanson de Téléphone, qui fait clairement référence au dessin animé et imagine un futur pas très glorieux à notre amie Cendrillon. Le personnage est aussi réutilisé dans Once Upon A Time où elle est présentée de manière beaucoup moins innocente et plus indépendante. Plus égocentrique aussi. On l’a vu aussi dans Into the Woods, dans une version plus noire, se détachant de son prince infidèle.

Cendrillon into the woods

Et il aura toujours une petite fille, dans chaque anniversaire costumé, qui viendra déguisée en Cendrillon. Et des plus grandes qui considèrent que Cristina Cordula est tout simplement une réincarnation de marraine la Bonne fée, c’est une légende qui restera dans la culture populaire avant la littéraire, pour un conte, qui au-delà des problématiques féministes, fera toujours rêver.

Cendrillon – Bibbity Bobbity Boo

Crédits Image : ©Disney

Partager