Doctor who saison 8 : Le Noël de l’horreur

13

special noel doctor who image une
2.5

Retour sur un épisode Noël de Doctor Who presque sans féerie ni magie de noël : The Last Christmas 

Jeudi soir était diffusé l’épisode spécial Noël de Doctor Who sur la BBC. Un traditionnel épisode de Noel pour le Docteur et sa compagne, qui restera bien Jenna Coleman alors que le final de la saison 8 laissé penser à un départ du personnage.

doctor whoLe dernier épisode de la saison 8 de Doctor Who laissait un goût amer quant à la direction choisie par Steven Moffat et son équipe pour la série, surtout depuis la dernière régénération du Docteur. Cet épisode de Noël confirme le sentiment. Un sentiment où l’émotion devient dispensable et les intrigues inspirées de ce qu’on a déjà vu ailleurs. A l’image de cette dernière saison, The Last Christmas est aussi divertissant que décevant, confirmant l’hypothèse que la série s’égare depuis presque deux saisons, oubliant ce qui a fait d’elle au culte dans le but de surprendre un spectateur qui ne se laisse plus faire.

Inspiration horrifique

La saga Alien ça vous dit quelque chose ? Si vous faites partie des jeunes spectateurs de Doctor Who il se peut que non. Pour les autres, si la référence ne vous a pas sauté à la figure, c’est qu’il y a un sacré soucis. Quand on regarde The Last Christmas et dès les premières minutes qui suivent le générique, on ne pense qu’à cela. Oui, ces crabes de l’espace qui se nourrissent de matière humaine, de cerveaux en l’occurrence, nous rappelle étrangement la créature de l’espace de Ridley Scott et HR Giger. Tous les codes de la franchise de l’horreur y sont : espace confiné, aux allures de vaisseau spatial, aucune issue, et une créature au design très proche de la bêbête du grand écran. Une inspiration reconnue puisqu’une référence même à ce film est faite par un personnage, histoire d’assumer clairement les choses (et certainement éviter les railleries de certains).

créature special noel doctor who saison 8 alien

L’autre inspiration et référence est bien évidemment le scénario à la Inception : ces histoires de rêves où l’on est conscient de rêver. Si clairement la saison 8 nous a offert des scénarii effrayants, parfois plus complexes, ce spécial noël n’échappe pas à la règle avec ces histoires de rêves imbriqués les uns dans les autres. Un script presque similaire à un épisode classique de Doctor Who, un monster of the week, loin de la magie de Noël… enfin presque.

Papa Noël à la rescousse

Un épisode d’horreur qui sans l’intégration justifiée par les songes du Père Noël n’a rien d’un épisode de Noël. Les petites pointes d’humour du personnage, présenté ici comme le sauveur de tous, insufflées dans les quelques séquences où il nous fait l’honneur d’être présent ne suffisent pas pour donner un ton festif à cet épisode de Noël. Au pire, on aurait presque l’impression que le scénariste se soit senti obligé de l’intégrer, comme un patchwork à son idée originale, qui aurait tout aussi bien fonctionné un autre jour de l’année.

Doctor-Who-Christmas-Special-2014-Nick-Frost-Peter-CapaldiSteven Moffat une fois de plus oublie l’élément essentiel qui aurait pu faire de cette histoire un hit : l’émotion. Si quasiment tous les précédents épisodes de Noël n’avaient pas nécessairement besoin du symbolisme de la fête pour prodiguer féerie et rêverie, ainsi qu’émotions, avec le petit effet lacrymal certain qui va avec Noël, cette année, il n’en est rien. Même le rêve de Clara en compagnie de son défunt amant, Danny Pink, ne marche pas. Pire, ce passage est presque même exaspérant (et nous rappelle fortement Donna dans une certaine Bibliothèque d’ailleurs). L’autre passage raté qui ne prodigue toujours pas d’émotion, est la séquence presque finale entre Clara et le Docteur, faisant écho à l’épisode de Noël, où la compagne disait au revoir au vieux docteur à Trenzalore. Manque de bol, ça ne marche pas.

Steven Moffat aurait presque oublié que la tradition qui vient avec ce culte de la télévision, surtout à Noël, est d’avoir les plus petits réunis en famille pour célébrer la fête préférée des enfants. Ici, on aurait presque envie d’aller envoyer les petits au lit de peur de les traumatiser avec ces bêbêtes. Avoir des intrigues qui séduisent les adultes, et les spectateurs aguerris, privilégiant twists et autres manipulations narratives sont devenus une priorité pour le Showrunner qui a clairement oublié ce qui fait de Doctor Who une série de Science-Fiction pas comme les autres. The Last Christmas est bien l’épisode qui confirme que Doctor Who n’est plus celle que nous connaissions et s’engage vers une direction que beaucoup n’apprécieront pas nécessairement. Et c’est bien dommage.

 Crédits Images : ©BBC

Partager

  • Ben’

    Moffat a toujours aimé les scénarii flippants pour lesquels les enfants se cachent derrière le canapé. Et s’il a ainsi écrit de nombreux bons épisodes, c’est vrai qu’il a pas mal tendance à oublier l’aspect « conte » de la série. Et c’est dommage.
    Personnellement, j’ai bien aimé l’épisode avec les piques entre le Père Noël et le Docteur mais finalement, le trop plein d’inspiration d’Inception (surtout que les rêves avaient déjà inspiré un épisode de la saison 5…) m’a un peu déçu ! Ça sentait le manque d’originalité quand même… Et puis le contexte de la présence du Père Noël m’a aussi déçu. Dommage, j’adore JLC et Capaldi :(

    • S.M.

      Bien au contraire ! Beaucoup de ses épisodes sont de vrais contes. Il ne l’a pas oublié.

      • Ben’

        Je parle des épisodes récents. Personnellement j’ai l’impression que dans la saison 8 on a un peu perdu cet aspect. Ou alors il a changé et j’ai besoin d’un second visionnage pour le reconnaître. Mais en tout cas l’Ère Matt Smith avait je trouve un aspect conte plus important. ^^
        (un peu moins dans la saison 7, peut-être…)

        • DroZo

          Je ne suis pas totalement d’accord avec toi. L’approche de Doctor who comme un compte était l’angle de base de l’air Matt Smith, le onzième docteur (surtout en saison 5). Mais cet aspect Conte n’etait pas très présent sous Russel T Davies. Moffat tente juste une approche différente pour ne pas faire un air Matt Smith bis.

  • S.M.

    Certains fans sont très pénible. Normal que Steven Moffat ne sache plus quoi faire. Certain lui reprochait de mettre trop d’esprit de Noël. D’autres qu’il y en avait marre des moment triste « à l’eau de rose ». D’autres encore préfereraient des histoires plus flippante. Non !!!!! Arrêtez de lui demander plein de trucs parce qu’après vous vous plaignez ! Laissez le faire. :-(

  • Jérémy

    Totalement pas d’accord avec cet article,

    Je n’ai pas du tout saisi l’épisode comme la personne ayant rédigé cet article.
    En premier lieu, je m’appliquerai à dire que comme vous, je n’ai pas été ravi de la saison 8 de Doctor Who, qui pour moi a été une transition difficile entre Smith et Capaldi.

    Par contre, je tiens à dire que depuis 3 épisodes, je retrouve ce qui fait de Doctor Who ma série préférée.

    En effet, j’ai accroché à toutes les inspirations d’Alien et de Inception qui étaient selon moi, bien réaménagées pour faire de l’épisode de Noël un épisode digne de ce nom.

    J’ai aussi trouvé que le rêve de Clara était un aurevoir final pour Danny Pink qui ne l’avait pas obtenu dans le dernier épisode. C’était un moment émouvant nécessaire pour permettre à Clara d’aller de l’avant et s’il est peut être inspiré de la bibliothèque avec Donna, il est bien repris puisque c’est selon moi, un des meilleurs épisodes de la série.

    De plus, la reprise de la scène de Trenzalore entre JLC et Smith cette fois ci réaménagée pour Capaldi et JLC m’a donné des frissons et m’a mit la larme à l’oeil. C’était une scène bien reprise et un geste digne d’une ambiance à la conte de fée (puisqu’on en parle). Donc pour moi, ça marche parfaitement. Et en parlant de cette scène justement, c’est la meilleure de l’épisode, on croit dire aurevoir à Clara, et pour ceux qui comme moi la trouvent géniale, c’est un moment assez dur, et là, hop retournement de situation, coup de génie de Moffat qui nous a bluffé et qui nous a fait un bon coup de flippe.

    Pour résumer, pour moi l’épisode me ramène dans l’univers Doctor Who et me permet de renouer avec cet esprit qui avait été perdu (bien que retrouvé partiellement dans l’épisode avec Missy qui m’a aussi vendu du reve en barres) et j’accepte enfin Capaldi en tant que Docteur (ce fut long mais c’est chose faite) puisque lui même semble enfin avoir trouvé un équilibre avec Clara.

    Enfin bref, je ne suis absolument pas d’accord avec cet article qui ne montre pas, pour moi, cet épisode tel qu’il est vraiment. Je vous conseille de le voir si vous ne l’avez pas encore vu. La série a toujours du potentiel et c’est bon de recommencer à y croire.

    Ah et pour moi la saison 7 qui selon vous  » s’égare » est une de mes préférées avec notamment de très brillants épisodes (l’Asylium (pardon pour l’orthographe), le dernier épisode avec Rory et Amy ou encore les deux derniers de la saison 7 sans oublier les 50 ans et le dernier épisode de Smith en tant que docteur qui était encore une fois une prouesse de la série.

    A bon entendeur,

    Jérémy

  • calimeronin

    C’est impressionnant comme les personnes qui écrivent ces articles ne prennent que leurs sentiments personnels et sont incapables d’objectivité.. Que l’on n’aime pas Moffat soit, mais que l’on dénigre un épisode qui n’a rien de mauvais au contraire, ça commence à légèrement m’agacer :
    -Cette série est connue pour ses nombreuses références, vous vous en plaignez.. C’est aussi ce qui a participé à son succès.
    -Vous vous plaignez d’un manque de féerie, que faut il de plus qu’un père noël, des rennes volants et des elfes pour vous satisfaire ?
    -Le talent de cette série, c’est de réussir à nous coller des frissons à chaque épisode malgré le kitsch qu’elle dégage. C’est ce que j’attends en tout cas quand je regarde un épisode et la saison 8 m’a procuré ma dose de frisson tout comme cet épisode spécial noël.

    On a des épisodes d’une rare intelligence et rare beauté cette saison et on s’en plaint cependant (listen ; deep breath ; time heist ; flatline ; in the forest of the night). La fin de la saison m’a déçu mais dans l’ensemble, je l’ai trouvé cohérente et bien foutue..

    • critiquedelaraisontgcm

      Zéro principe directeur scientifico-logique dans l’écriture de scénario chez Steven Moffat. Doctor Who avait une vocation d’anticipation futuriste.

  • Pingback: Doctor who saison 8 : Le Noël de l’h...()

  • Pierre-Simon Ottavj

    Moi j’ai adoré cet épisode. Je ne trouve pas que la série a perdu son âme je suis ravi des changements opérés car cela permet de ne pas tourner en rond. Donc je ne partage pas votre haine pour cette saison.

  • Olivier

    Moffat je le comprend pas.

    Autant avec Smith il a fait de Dr Who une de mes série préférée. J’ai rencontré grace à son oeuvre Tennant et Eccleston.

    Hélas, Papi Capaldi m’ennuie. L’acteur en lui même est excellent mais ces aventure ne présentent aucun intéret. L’épisode de Noel m’en a donné confirmation.

    Je préfère du soap Opéra avec musique entraînante et scénario surprise, plutot qu’assister à un cours de chimie ennuyeux.

    Moffat était LE réalisateur du moment pour moi. Sherlock, le renouveau de Who. Je suppose que la perfection n’existe de pas et après tout Moffat et un homme comme les autres capable du meilleur comme du pire.

    Et par pitié n’allait pas me dire que la saison 8 est génial. Mettre le grand méchant 2 sc à la fin de chaque épisodes jusqu’au dernier ou l’intrigue se joue en deux partie c’est digne des série des année 90. Aucun rebondissement temporel alors que le princippe de Dr Who ce sont les voyages dans le temps. Non on a juste un explorateur un peu agé. En fait Capaldi c’est le « petit Renault » de a science fiction. Je te remercie Moffat mais je préfère mettre France 3 le dimanche à midi, le samedi soir c’est fait pour le sensationnel.

    Alors quant on a:

    L’homme qui murmurait à oreille des dinosaures.
    Robin des bois ou le père noel qui murmurait à l’oreil de Capaldi
    Le héro écolo bobo qui fait la promotion de l’environnement
    Le papa protecteur qui n’aime pas Danny pink mais qui le respecte parce que Clara l’aime
    Le paradie version google et grosse surprise du chef: le grand méchant de saison c’est fait pousser des seins
    …………

    Par pitié. Avant Capaldi, c’était smith et là on avait du vrai fil conducteur.

    Explosion du tardis = faille dans l’univers= Galifrey veut exploiter la faille = nom du docteur= l’église du silence anti guerre du temps= le docteur allusion biblique à jésus christ= River song ligne temporel inversé c’est un scénario d’un tout autre niveau.
    Bonus, la musique i m the doctor, rendant Smith encore plus charismatique. Une complicité avec Amy Pond incroyable et pas artificiel.

  • WhovianLambda

    Personnellement, je trouve Capaldi génial en tant que Docteur. Mais cette saison me laisse malgré tout un sentiment d’amère déception .. Moffat a oublié que DW n’est pas qu’une série SF avec tout plein d’effets spéciaux, DW c’est aussi du kitsh, du rire et du fun, cette saison est (d’après moi) totalement déprimante. Et pour les épisodes de Noël, on a toujours eu quelque chose de familial, qui te remonte bien le moral, là la seule chose qui m’a fait ressentir des émotions positives (j’ai la larme facile xD) c’est quand Clara dit au Doc’ qu’il est son Père Noël à elle.. On oublie ici le côté British et on tente de faire comme les ‘Ricains. C’est ennuyant et au final Steven Moffat ne fait que perdre des fans par cette américanisation, Clara m’énerve aussi pas mal, je trouve que le showrunner lui donne une importance extraordinaire par rapport aux autres compagnons, ce qui est injuste et qui me fait beaucoup rire vu que tous les teenagers qui regardent DW (j’en fait partie mais j’ai regardé toutes les saisons au moins trois fois, voir quatre pour les Tennant ^^ ;D) rêvent d’un Clara/Doctor, alors que ceux qui ont vu Tennant se souviennent de Rose et de Donna (elle aurait fait the perfect wife elle ^^) et savent que Clara bah… elle est pas si courageuse et parfaite que ça au final. Bien que tout comme Moffat, Davis avait tendance à mettre des bombes sexuelles comme compagnes du Docteur.. Alors que sincèrement, y’a pas que ça à Londres…
    Que personne ne s’y méprenne, j’adore Moffat, je suis Sherlockian, mais je trouve qu’à force de mettre du WTF dans Sherlock (j’adore Mycroft qui enlève des gens, oh mon dieu ce mec est mon perso préféré :P) et bah il oublie d’en mettre dans DW, si bien que maintenant, bah les « références » genre Inception et Alien sont un peu trop présentes et que l’on s’attend aux scénarios… Plus de surprise, chose décevante.
    Pour positiver, je me dit que cet épisode a au moins le mérite de clore pour de vrai l’histoire de Clara avec Danny, chose n’ayant pas été faite avant. Je l’imaginais bien en compagnon, dommage, à quand les mecs ? (et qui ne sont pas là que pour leur copine…) Et puis Moffat reste un très très bon showrunner, on a vu pire, il n’y a qu’à regarder Lost pour comprendre que malgré tout, Doctor Who était, est et restera pendant (je l’espère) longtemps la meilleure série au monde :)

  • Emmanuelle

    Cet article est d’une absurdité énorme, j’ai demandé un avis à la plupart des fans dont j’en fais partie et ils sont tous comme moi ils ont adorés, durant tout l’épisode j’ai étais surprise ne sachant pas si Jenna Coleman allait partir. Une relation s’est créer entre le Docteur et Clara, ils sont maintenant meilleurs amis mais leur relation n’est pas clair çar certains détails nous perturbent, noter le moment ou le docteur décide de rentrer dans le rêve de Clara car elle est en train de mourir, lorsqu’ils sont tout les deux allongés au sol, avant de plonger dans le rêve de clara il lui a serrer la main, et ne la pas lâcher. Ou encore les nombreux câlins qu’ils ont eux etc..Tout en retenant qu’au début le docteur n’étais pas très tactile, maintenant il l’est, SEULEMENT avec Clara. Les personnages ont tous un charme, certe parfois leurs aventures ne sont pas époustouflante mais moi cette saison je l’ai trouvé fantastique, et géniale. J’attends avec impatience le retour du duo de choc!