Luke Cage saison 1 : un début coup de poing (critique)

1

luke-cage-saison-1-un-debut-coup-de-poing-critique-une
4.0

Critique du début de la saison 1 de Luke Cage qui s’annonce rafraîchissante dans ce monde de superhéros et redéfinit le genre.

En ce 30 septembre 2016, Netflix vient de lancer la première saison de Luke Cage, la nouvelle série de superhéros signée Marvel. Après Daredevil et Jessica Jones, Luke Cage est la troisième série de Netflix dans le monde des super-héros de Marvel.

luke-cage-saison-1-un-debut-coup-de-poing-critique-stokesOn y suit Luke (Mike Colter) qu’on a rencontré précédemment dans Jessica Jones. Après la mort de sa femme, Luke, une montagne de muscles au grand coeur, est un loup solitaire fugitif qui fait profil bas. Il vit dans le quartier de Harlem à New York et partage son temps entre deux boulots. Un quartier où les caïds font leur loi et dans lequel le méchant Cornell “Cottonmouth” Stokes (Mahershala Ali) souhaite régner. Alors qu’il ne voulait pas attirer l’attention sur lui, Luke est forcé de sortir de l’ombre pour sauver sa ville.

On retrouve Luke des mois après les événements de Jessica Jones. Il a quitté Hell’s Kitchen et se retrouve ainsi à Harlem à passer le balai chez un coiffeur (Pops joué par Frankie Faison) et à faire la plonge le soir dans un night-club  possédé par Stokes. Les deux lieux vont vite être connectés puisque les gamins qui passent leur temps chez Pops sont aussi liés aux affaires criminelles qui se déroulent dans le club. Aussi, le monde corrompu de la politique a une place dans la série à travers Mariah Dillard (Alfre Woodard), la soeur de Stokes.

Une série qui vit avec son temps

Luke Cage est une série qui vit avec son temps. Si les comics qui datent des années 70 étaient ancrés dans la culture de l’époque, la série a su évoluer avec son époque et tacle des sujets comme Black Lives Matter et les droits civiques des noirs et c’est loin d’être une exploitation de ce mouvement. Dès le premier épisode, on sent que la série est certes là pour divertir et se pencher sur un personnage fort mais elle a un véritable message social à envoyer comme Jessica Jones avait un message féministe et traitait du viol, du pouvoir et de la survie.

luke-cage-saison-1-un-debut-coup-de-poing-critique-luke

Dans le monde des séries de super-héros, Luke Cage est une série pas comme les autres qui redéfinit ce que c’est d’être un héros et surtout, fait place à un héros noir auquel toute une communauté peut d’identifier mais qui va aussi au-delà des clivages. Ici, pas de costume, de masque ou de collant lycra. Juste un sweat à capuche qui signifie beaucoup de choses. Ce sweat c’est la représentation de tous les jeunes noirs qui portent ce genre de vêtement et qui sont stigmatisés pour ça. Dès le départ, Luke Cage envoie un message politique et social fort dans une Amérique en pleine tourmente.

Harlem au coeur

luke-cage-saison-1-un-debut-coup-de-poing-critique-barbershopLuke Cage se déroulant dans le quartier de Harlem, la série laisse une grande place à la musique hip-hop et R’n’B. Chaque épisode porte le titre d’une chanson du groupe Gang Starr. Avec respect, on sent que la série veut rendre hommage à toute une culture et un héritage. Et rien qu’en un seul épisode, Luke Cage réussit son pari de faire de Harlem un personnage à part entière.

Cette saison 1 démarre assez bien et le reste des épisodes s’annoncent passionnants à suivre. Les acteurs sont excellents, la réalisation reflète complètement l’humeur de la série qui est à la fois sombre et réaliste. Même s’il est trop tôt pour juger après le visionnage d’un épisode, la base est très bien mise en place. Les personnages se dessinent et Luke navigue dans un monde où il tente de trouver sa place. Etre un héros et mettre sa force au service de sa communauté ou faire profil bas et ne pas éveiller les soupçons sur ses capacités. Mais Luke a un grand coeur et il sait qu’il a un devoir à accomplir.

Avec ses séries Netflix, Marvel offre encore une fois un programme fort qui, tout en s’assimilant dans l’univers Marvel, arrive à avoir sa propre identité et propose un héros digne. A l’image de Daredevil et Jessica Jones, Luke Cage lutte à l’idée d’être un super-héros. Mais au bout du compte, comme dans toute histoire avec des êtres sur-humains, c’est leur humanité qui compte avant tout. Leurs faiblesses, leurs doutes et leurs craintes les rendent accessibles et les téléspectateurs peuvent s’identifier.

Luke Cage est disponible sur Netflix.

Crédits ©Marvel et Netflix

Partager

  • Matthieu Bailly

    Une erreur dans l’article… Mariah Dillard est la cousine de Stokes….