Better Call Saul saison 4 : Un final dévastateur mais crucial (spoilers)

1

5.0

Critique du final de la saison 4 de Better Call Saul qui montre de plus en plus le visage de Saul Goodman et installe les années Breaking Bad. Spoilers.

La saison 4 de Better Call Saul vient de se terminer et c’est une excellente saison qui s’achève pour la série dérivée de Breaking Bad. Mais c’est aussi un moment dévastateur et révélateur qui se déroule dans les dernières minutes de l’épisode. Un moment qui brise le coeur de Kim et probablement celui des téléspectateurs.

Dans ce final, Jimmy fait tout pour récupérer sa licence d’avocat. Durant l’audition précédente, on lui a dit qu’il manquait de sincérité. Cette fois-ci, il donne un discours émouvant mais il a complètement manipuler son monde. C’est un moment crucial pour Jimmy McGill qui commence vraiment à disparaître au profit de Saul Goodman.

C’est le moment qu’on attendait le plus, mais qu’on redoute aussi le plus. Quelque chose est mort en lui mais aussi en Kim. Elle a perdu l’homme en qui elle croyait.

”S’all good, man”

Le fantôme de Chuck était présent tout au long de la saison. Toute la saison, on a l’impression que Jimmy a enfoui ses sentiments au plus profond de lui, qu’il tente de ne pas se laisser submerger par son émotion, on le pense profondément touché. Chuck n’était pas tendre avec lui mais on ressent le fait que Jimmy a toujours voulu l’approbation de son aîné. Mais ce dont Jimmy a besoin ici, c’est l’approbation de ses pairs pour continuer à pratiquer le droit.

Quand Jimmy réalise que ça n’arrivera jamais, Saul commence à faire son apparition. On assiste enfin à ce que la série construit depuis quatre saisons. Si son discours fait penser qu’il accepte enfin son héritage d’être un McGill en réalité, il rejette complètement son frère en faisant semblant d’éprouver quelque chose. Jimmy est-il un sociopathe ? Ce qui est certain, c’est qu’il n’est plus la même personne.

Jimmy comprend qu’il a besoin de s’émanciper et pour ça, il décide de changer son nom pour pratiquer sur le pseudonyme Saul Goodman. Il prend son indépendance et crée son propre héritage. Si Jimmy McGill s’appelle Saul Goodman, il n’a pas d’héritage à protéger ou à être la hauteur de son éminent frère. C’est d’autant plus triste après la scène d’ouverture où les frères McGill étaient très proches.

Kim horrifiée

La réaction de Kim en dit long sur ce qui ce passe. Elle est horrifiée de voir à quel point Jimmy est insensible. Son discours était brillant et pendant un instant, elle pense qu’il est sincère (on le pense tous), elle se dit que son arnaque s’est transformé en véritable moment. Mais tout cela n’était que de la manipulation et c’est le début de l’avocat véreux qu’on a connu dans Breaking Bad qui fait son entrée. Le Jimmy au grand coeur est en train de devenir le Saul manipulateur au coeur froid et c’est dévastateur.

Si on sait que Saul est au coin de la rue, cela ne retire pas le fait que c’est au détriment d’un homme bon. Un homme qui se réinvente mais qui se crée une carapace en acier pour affronter le monde. Cette transformation est triste parce qu’on a appris à connaître Jimmy et même si Saul est un personnage fascinant, Jimmy avait de la profondeur. Saul est l’enveloppe de Jimmy qui est toujours là mais qui commence à s’effacer et bientôt, il n’y aura plus que Saul et ce n’est pas la personne que Kim aime.

A l’époque de Breaking Bad, Kim n’était pas dans la vie de Saul. On ne sait toujours pas pourquoi elle n’était plus dans sa vie mais l’évolution de la série montre que Kim est partie. Il est de plus en plus claire qu’elle s’est éloignée de lui parce qu’elle ne le reconnaissait probablement plus. C’est insupportable de la voir souffrir de la sorte, surtout quand on sait que c’est la seule personne qui croyait en Jimmy. Elle est restée à ses côtés et elle l’a soutenu dans ses moments les plus difficiles.

L’ère pré-Breaking Bad

Cette saison, l’essence Breaking Bad n’a jamais été aussi présente que ce soit dans l’évolution de Jimmy mais aussi Mike ou encore dans celle les activités criminelles de Gus Fring. De plus en plus de personnages et d’éléments issus de la série-mère sont présents et les pièces du puzzle se mettent en place. Plus que jamais, l’empire de Gus se dessine avec le labo de meth en construction.

Cette saison a révélé que Mike était responsable des hommes qui ont construit le labo et que ça n’a pas été facile. Dans le final, il est obligé de tuer Werner, l’ingénieur du labo, parce qu’il a disparu. Il souhaitait simplement rejoindre sa femme pour quelques jours, il l’aura payé de sa vie. Mike est aussi en train de devenir une personne différente. Si son changement est moins frappant, il commence à tuer et ce n’est pas ce qu’il voulait.

Ecriture et performance toujours au top

L’écriture de la série continue à être parfaite, tout s’emboîte parfaitement et rien n’est jamais laissé au hasard. On se répète mais chaque élément scénaristique joue sa part et même si c’est par moment un peu long à se mettre en place, il faut être patient pour voir que tout ce qui arrive a eu raison. Tout ce qui s’est passé avant n’est pas fortuit, c’est réfléchi et ça a du sens. La série met aussi en place le personnage de Lalo Salamanca qui s’annonce comme un véritable ennemi contre Fring.

Peter Gould et Vince Gilligan continuent de surprendre avec cette histoire qui n’est pas facile à raconter. Que ce soit du côté de Saul ou de celui de Gus et Mike, on est complètement tout s’aligne et ils deviennent les hommes qu’on a connu dans Breaking Bad. Et bien évidemment, le jeu des acteurs est excellent. Bob Odenkirk, Jonathan Banks et Giancarlo Esposito sont toujours aussi brillants mais la véritable star qui ressort de cette saison, c’est Rhea Seehorn qui éblouie dans son rôle de Kim Wexler. Cette femme est plus que brillante et elle mérite plus de reconnaissance.

Better Call Saul ne sera jamais Breaking Bad mais cette série est l’exemple parfait de ce qu’une série préquelle doit être. Aller au plus profond de ce qui s’est passé avant et analyser des personnages qui, au départ n’étaient que secondaires mais ont des parcours intéressants qui les ont menés là où ils sont quand on les découvre dans la série mère. C’est très compliqué de faire ce qu’ils font, surtout quand la chronologie des deux séries est aussi proche. On connait le résultat, le plus important, c’est la façon dont on y arrive et les scénaristes ont fait un excellent travail pour accrocher le téléspectateur.

Better Call Saul est disponible sur Netflix.

Crédit ©AMC

Partager

  • Anthony Carlier

    « Ecriture et performance toujours au top » et deuxieme paragraphe j’ai pas compris la deuxieme phrase. Toujours relire une derniere fois pour etre sur ^^
    Je sais j’ai pas mis d’accents et surement fait quelques faute d’orthographe mais perso c’est pas mon métier (je dis ca pour les haineux du net ) ^^
    Juste pour aider mon prochain ^^
    Si jamais personne a lu et que t’as corrigé, hésite pas a supprimer le message.
    Si tu vois pas le message ben tout mon speech a du sens xD
    A plus ^^