Fauda saison 1 : Chasse à l’homme palpitante (critique)

0

4.0

Critique du Cerveau de Fauda, la série sensation venue d’Israël au coeur d’un conflit israelo-palestinien délicat.

La télévision israélienne est souvent le berceau de très bonnes séries qui finissent par être adaptée par la télévision américaine. On se souvient de l’excellente série de HBO En Analyse adaptée de B’Tipul ou encore Hatufum devenue Homeland. La dernière série sensation venue d’Israël s’appelle Fauda (chaos en arabe) et elle arrive en France (dans sa version originale) en vidéo dès cette semaine. Fauda est un thriller ambitieux et assez palpitant qui plonge dans un conflit compliqué et bien réel en utilisant des personnages fictifs.

L’histoire de départ est assez simple et elle plonge au coeur d’un conflit israelo-palestinien montrant les deux parties concernées. La série raconte l’histoire d’une mission des services de police israéliens qui va mal tournée et va faire une victime. Alors que Abu Ahmed alias la Panthère, un terroriste du Hamas présumé mort, refait surface, Doron (incarné par Lior Raz qui est aussi le créateur de la série) l’agent qui pensait avoir tué Ahmed, sort de sa retraite (et de sa vigne) pour repartir à sa recherche. Sa mission est de le tuer une bonne fois pour toute.

Portraits de personnages humains

En parallèle de l’affaire “Panthère” et de la chasse à l’homme, Fauda est aussi une histoire de famille et avant tout une histoire humaine. Doron tente de garder sa vie de famille intacte mais son travail interfère et sa femme s’éloigne de lui. D’un autre côté, on a un terroriste en cavale qui a lui aussi une famille qu’il ne voit pas. On pourrait reprocher à la série d’avoir de la sympathie pour un tueur de masse mais Fauda montre qu’aussi néfaste et ignoble que peut être un homme, il a aussi des êtres qu’il aime et qui l’aiment en retour.

Il a aussi les personnes qui se retrouvent malgré elles embourbées dans des situations qu’elles n’ont jamais voulues. Il est malheureusement très facile de tomber dans le terrorisme alors que tout ce qu’on souhaitait c’était se marier et avoir des enfants. Fauda montre que le désespoir fait rapidement basculer les gens qui pensent qu’ils n’ont plus rien à perdre. Sans spoiler, un personnage désespéré et blessé va partir dans une mission vengeance fatale. Un effet boule de neige qu’on aurait pu éviter. La série arrive vraiment à montrer le côté humain de ce conflit, c’est dans ses personnages qu’elle tire sa force.

Deux cultures qui s’opposent

Ce conflit est délicat et il est toujours compliqué pour une série d’être complètement impartiale quand on aborde un tel sujet. Et cela l’est encore plus surtout quand la série est israélienne mais Fauda arrive tout de même à offrir une certaine nuance et des personnages assez riches. Il est aussi intéressant de voir que la série a de l’empathie pour les personnes d’un côté comme de l’autre du conflit. Les personnages palestiniennes sont variés et ne sont pas à une dimension. Il y a du bon et du mauvais de chaque côté et Fauda essaye de garder cette balance et surtout évite les clichés.

Un conseil, le Cerveau recommande fortement de regarder la série dans sa version originale, à savoir en arabe et en hébreu, sous-titrée en français. Ces deux langues ont un rôle fondamental dans Fauda. Les dialogues prennent encore plus de puissance avec un effet ping pong et on peut entendre les personnages passer d’une langue à l’autre. Ce sont deux mondes qui cohabitent avec difficulté, qui parlent deux langues différentes ce qui accentue encore plus leur vie. Regarder le tout en français retirerait un point essentiel de Fauda.

Un des points positifs de la série, c’est que les épisodes dure plus ou moins 34 minutes ce qui ne laisse pas de place au superflu et permet un visionnage assez rapide. Une fois plongé dedans, vous ne verrez pas les 12 épisodes passer. 12 épisodes assez intenses, palpitants et violents qui tentent de livrer avec authenticité les tenants et les aboutissants de ce conflit complexe à travers une histoire précise. La série arrive à mettre les choses en scène de manière réaliste et sans jamais entrer dans le sensationnalisme.

Fauda est disponible en DVD dès aujourd’hui.

Crédit ©Wild Bunch

Mots-clefs

Partager