2014 : Les 15 Meilleurs films du Cerveau

1

2014 : 15 films à avoir vu absolument ! La séléction signée Brain Damaged

Avec plus de 400 films français et américains sortis en salles cette année, les cinéphiles ont eu de quoi faire. Avec des bonnes et autres moins bonnes surprises, le Cinéma reste l’un des loisirs préférés des Français, avec une fréquentation en hausse de plus de 10% par rapport à 2013, soit près de 210 millions d’entrées vendues (nov 2013 à nov 2014 – source CNC), le cinéma a de beaux jours devant lui.

Une année riche en blockbusters, mais aussi en  petits films, parmis eux des pépites comme Under The Skin ou John Wick, et bien sûr Normal Heart. Retour sur l’année 2014 au Cinéma avec une séléction des 15 films qui auront été au top de la rédaction du Cerveau.

Guardians of the Galaxy

hr_Guardians_of_the_Galaxy_46Adaptation de comics racontant l’histoire d’une équipe de super héros et le tout dans l’espace. Nombreux personnages peu connus à présenter au grand public, univers complexe à installer, l’inscrire dans la filmo Marvel, faire plaisir aux fans… James Gunn dans le rôle de l’équilibriste en chef nous offre un spectacle hors du commun, loin de tout ce qu’on aurait pu imaginer. Avec une mise en scène léchée, des effets spéciaux au poil, mais aussi original, drôle et intelligent, il y aurait encore beaucoup à dire sur Les Gardiens de la Galaxie tant il remplit son contrat de A à Z et va même au-delà. La Critique complète 

 

Le Hobbit 3 : La Batailles des cinq armées

affiche poster hobbit 3 bataille 5 arméesLe Hobbit 3 : la bataille des cinq armées, Conclusion de la trilogie de 2012 par les Studios Warner, réalisée par Peter Jackson dans une relance d’une des plus grandes franchises cinéma des années 2000 : celle du Seigneur des Anneaux. Une conclusion épique pour une grande bataille en Terre du milieu qui tient ses promesses. Une bataille de près d’une heure, avant de dire au revoir à Thorin, Gandalf, Bilbon, et tous les autres. La Critique complète

Astérix le Domaine des Dieux

Astérix le Domaine des dieux posterAstérix Le Domaine des Dieux marque donc le grand retour du Gaulois sur la scène du cinéma avec un film frisant la perfection tant il s’adresse à un large public et tant son univers séduit. Qu’on soit jeune, âgé, fan, ou pas, de la bande dessinée, qu’on aime Astier ou non, tout le monde y trouvera son compte. Astérix fait son retour sur grand écran peut-être vers un nouvel âge d’or en cinéma d’animation qui peut rivaliser avec les géants américains, Astérix étant une marque internationale. Et ce ne sont pas les sujets à adapter qui manquent avec ses 35 tomes, par Toutatis. La Critique complète 

Budapest Hotel

The Grand Budapest Hotel afficheMais ce qui fait réellement la force du film, c’est la concordance entre l’univers graphique très présent d’Anderson et le style Centre Europe traduit dans The Grand Budapest Hotel. Cette unité d’ambiance mêlée aux autres ressorts développés plus haut nous offre un film cohérent et accompli à la perfection. The Grand Budapest Hotel est un bijou du 7ème art, une oeuvre a savourer sans modération tant son traitement touche à la perfection. Wes Anderson nous offre ici son travail le plus abouti et saura autant parler à ses fans qu’au grand public. La Critique complète 

Gone Girl

Gone girl afficheIl est sûr qu’avec un scénario pareil issu d’un best seller, David Fincher avait de la matière pour nous offrir un bon thriller à sa sauce avec ce fameux jeu de piste qu’il apprécie tant placer dans ses films. Et c’est le cas. Le spectateur est constamment en train de douter de la culpabilité de Nick qu’il ne connaît pas au final. Son attitude un peu trop sereine a de quoi éveiller les soupçons : est-ce parce qu’il est coupable ou tout simplement parce qu’il est un peu benêt ? Un indice : Fincher a quand même pris Ben Affleck pour ce rôle. La Critique complète 

Interstellar

interstellar-epique-et-profondement-humain-afficheAvant d’être un film sur l’espace et la découverte d’un autre monde, Interstellar est un film profondément humain. Sur l’humanité en général mais surtout à propos d’êtres humains en particulier qui tentent de se sauver eux-mêmes. Un instinct de survie qui va au-delà des limites. Un film qui se regarde non seulement à l’échelle interplanétaire mais aussi à travers les yeux de Cooper et de sa fille. C’est comme si on avait un blockbuster et un film indépendant combiné qui va aller au fin fond de l’espace mais qui va également suivre ces personnages à l’échelle humaine. La Critique complète 

John Wick

John Wick AfficheDans ce film de série B, Keanu Reeves campe un ex-tueur à gage récemment veuf. Un retour fracassant et fracassé pour l’acteur que beaucoup ne connaissent pas au-delà de Matrix. Keanu Reeves est John Wick, un homme blessé et énervé dont le spectateur va suivre une descente dans ses plus bas instincts avec une vendetta qui, quand on en on décrit les raisons, a l’air surréaliste. En effet ce dernier cherche à venger la mort de son chien. Oui, son chien. Un thriller qui fonctionne de bout en bout et envoie du bois (mais pas que). La Critique complète 

The Normal Heart

the-normal-heart-devoir-de-memoire-afficheThe Normal Heart est un film à voir pour son message puissant et ses grands acteurs. Le film rappelle aux plus jeunes la souffrance et l’horreur vécues à l’époque. C’est avant tout le message que Ryan Murphy veut faire passer. Larry Kramer, qui a lui-même adapté sa pièce pour la télévision avec l’aide de Murphy, veut montrer que certains ont tourné les yeux très longtemps avant de prendre la situation en main. The Normal Heart est donc un témoignage laissé pour la jeune génération, pour qu’ils réalisent que la situation n’a pas été facile et qu’ils ont lutté à l’époque pour être entendu. La Critique complète

 

 

X-Men Days of the Future Past

XMen : days of future past - jeu concours - afficheBien écrit, bien réalisé, avec un casting d’enfer et un ancrage dans le réel plutôt bienvenu, ce First Class laissait envisager un futur brillant pour les mutants. Sacrée responsabilité pour X-Men : Days of Future Past qui en plus, parce que Bryan Singer est un grand écolo, se permet de parler de voyage temporel, permettant ainsi de recycler la trilogie de base. Grand écart scénaristique digne du Cirque du Soleil  La Critique complète

 

Under the skin

under the skin posterUnder the Skin, adaptation du roman éponyme de Michel Faber. Intrigant, sensuel, parfois effrayant même, ce film ne bénéficiant pas des moyens d’un blockbuster pourrait bien les détrôner dans le cœur des cinéphiles. Under the Skin est un sublime voyage à travers la condition humaine contemporaine, dans son rapport à l’autre tout comme face à la vacuité de l’existence. L’incroyable performance de Scarlett Johansson dans le rôle de guide à travers ce conte expérimental est pour beaucoup dans l’immersion du spectateur au sein de ce film si particulier. Under the Skin est à voir et à vivre absolument.  La Critique complète


12 years a slave

sorties-cinema-du-22-janvier-2014-affiche-12-years-a-slaveAprès seulement 15 minutes, on est plongé dans la violence de l’époque et la douleur ressentie par Solomon ainsi que les autres hommes et femmes esclaves, est palpable. A travers les yeux de Solomon, le public est mis face à une dure réalité. Steve McQueen a mis en scène le scénario adapté par John Ridley avec force et authenticité. Son regard est perçant, il ouvre une fenêtre sur un passé monstrueux, un passé dur à regarder mais qui se doit d’être raconté. La violence est telle qu’on tourne parfois les yeux mais il est important que cette vérité soit montrée. McQueen signe ici un troisième film abouti, fort et d’une grande justesse. Le réalisateur ne fait jamais les choses à moitié. La Critique complète 

 

Her

her-lamour-a-la-machine-afficheAvec Her, Spike Jonze signe un long-métrage à plusieurs niveaux de lecture. L’un verra une belle histoire d’amour, universelle et intemporelle, une réflexion, au final, sur la nature des relations humaines et les peurs qui nous paralysent. L’autre une chronique mélancolique de la solitude et de l’isolement. Le dernier une belle critique des technologies et comment elles rendent nos intéractions avec autrui artificielles. Aucun n’aurait tort, Spike Jonze arrive avec brillot à balayer et lier tout ces sujets. Ce que tous ne manqueront pas de voir, c’est que Jonze réussit à lier ses divers sujets de manière cohérente, sans jamais se contredire, sans jamais tomber dans le racoleur. La Critique complète 

Godzilla

Godzilla La Bete Humaine posterMagnifique réinterprétation du mythe de Godzilla, bien plus qu’un simple divertissement, le film de Gareth Edwards est une ode à la famille, au futur, à la nature humaine qui n’est pas si noire que ça et surtout à la filmographie de Spielberg, autant dans son traitement que dans ses thématiques. Un film qui ravira autant les fans de la première heure que les nouveaux venus. Les cyniques trouveront toujours quelque chose à redire sur les rares facilités de scénario ici et là, mais on les pardonnera vite. Parce que l’Homme peut se tromper. La Critique complète

Maléfique

Maléfique : jeu concours - afficheAdaptation une de ses œuvres légendaires datant de 1959 : La Belle au Bois dormant. Un « remake » pour une nouvelle interprétation de l’histoire avec en vedette Angelina Jolie dans un rôle de méchant : Maléfique, la méchante sorcière. Un autre regard pour un film porté par un vilain, une anti-héroïne, afin de donner plus de sens au conte très angélique et superficiel de La belle au Bois Dormant. Ici, Maléfique montre son visage avant, pendant et après avoir sombré dans les profondeurs du Mal. Un retour sur les origines de cette créature diabolique, terrifiante et fascinante pour expliquer aux enfants que rien n’est aussi simple, et que dans le fond, le Mal, le vrai, dénué de raison ou de cause, n’existe pas. La Critique complète 

La Grande Aventure Lego

La-Grande-Aventure-LEGO-Affiche-France-375x500Phil Lord et Chris Miller, deux nouveaux génies de l’animation, à qui l’on doit notamment Tempête de boulettes géantes (2009) signent ici un scénario original pour ce film inspiré des petites briques que nous connaissons tous. Une réussite narrative et animée qui parle autant aux plus petits qu’aux plus grands. La Grande Aventure LEGO c’est un peu un rêve d’enfant sur grand écran. Un rêve d’enfant qui va très vite. Une aventure rythmée, parfois déroutante vu sa rapidité surtout lors des 20 premières minutes, mais qui, au final, fonctionne de bout en bout. Côté réalisation, la fluidité et la qualité des petites briques générées par ordinateur frise la perfection, avec un soucis du détail que l’on apprécie au visionnage. La Grande Aventure LEGO, ou la grande histoire acidulée des petites briques qui pétillent comme on n’aurait pas mieux fait. La Critique complète 

Crédit photos : universal/ Columbia/ 20th Century Fox / Marvel / Disney / Droits réservés

Partager

  • Chlo Roforme

    même pas un mot pour The Raid 2, qui enterre tout les films cités dans cet article !