Le remake 100% féminin ou le faux féminisme

5

Les remakes 100% féminins ne sont pas si féministes qu’ils veulent nous le faire croire…

Il semblerait que les studios de Hollywood viennent de trouver une nouvelle mode : le remake 100% féminin. Le principe est simple : prenez un film ou une franchise culte, enlevez les acteurs, ajoutez plein d’actrices et tada ! Voilà un film qui se veut novateur, progressiste parce que, vous voyez mesdames, on vous met en avant. On pourrait même coller le label féministe dessus.

Expandabelles, Ghostbusters et 21 Jump Street ont droit à ce traitement.

Beaucoup applaudissent, y voit là la marque d’un Hollywood qui devient enfin féministe et met la femme sur le devant de la scène. Et qui oserait protester contre ces remakes serait donc misogyne. On oubliera pour l’occasion que le fan de cinéma proteste contre toutes formes de remakes à chaque fois, quelque soit le film ou la forme que ledit remake prendra. Surtout lorsqu’il s’agit de films cultes comme Ghostbusters.

Je ne suis pas un argument marketing

prison-code-barreLa réalité est pourtant toute autre. Encore une fois, on ramène la femme au rang d’argument marketing, à destination des femmes au lieu des hommes cette fois, mais cela reste l’objet qui fait vendre. Pour le moment, le buzz autour de ces films ne sont qu’à propos de leurs actrices, que trop rarement à propos des scénarii possibles, de l’intrigue, et encore moins le genre de personnages qu’elles incarneront. A croire que les femmes sont toutes les mêmes, et donc, on n’a pas besoin de préciser.

C’est déjà beaucoup moins féministe vu comme ça.

Et il y a encore cet esprit néfaste et dont il faudrait se débarrasser où les hommes et les femmes sont si différents qu’un spectateur ne peut pas se retrouver avec un personnage de l’autre genre. Comme si, le genre de quelqu’un était si important que si on ne le partage pas, on ne peut pas être inspiré par cette personne.

Quand j’étais petite, j’étais une Jedi

Lorsque j’étais enfant, comme beaucoup de ma génération, l’un de mes rêves était de devenir chasseuse de fantôme, ou une Jedi (et d’adopter un Mogwai). Il ne m’est jamais venu à l’esprit que je ne pourrai pas faire ce métier génial parce que je suis une fille et que, dans les films ce n’était que des garçons, ou presque. Le manque de fantômes et de Force dans mon village auront eu raison de mes ambitions (mais j’ai acheté un Furby).

Plus tard, je voulais sauver le monde des extra-terrestres avec un super-virus informatique. Le fait que le héros était un homme ne m’a pas arrêtée. Pire encore, quand j’étais ado et que je regardais Stargate religieusement, je me voyais plus en Daniel Jackson qu’en Samantha Carter. (Il faut dire, mes profs de sciences doivent encore avoir des cauchemars à cause de mes devoirs catastrophiques).

Et que dire de nombreux hommes qui ont rêvé un jour de vivre une aventure comme Alien et aiment à se prendre pour Ripley pour quelques minutes (ou heures, à en juger par les habitudes du collègue des jeux vidéo), sur leurs consoles ? Et aujourd’hui ces hommes qui n’ont rien contre s’imaginer élever eux-mêmes quelques Dragons pour prendre la main sur Westeros ?

Alien-ellen-ripley-28849305-1280-544

Inspiration sans genre

Les-Flingueuses-AfficheLe genre de la personne qui vous inspire n’a pas d’importance. Posséder un pénis ou un vagin, ça ne fait pas de grandes différences quand on doit lutter contre le crime, chasser des fantômes, se battre contre des extra-terrestres, ou élever des dragons et devenir chef d’une armée. Surtout que ce n’est pas ce genre de films qui va étudier, analyser et dénoncer comment les sexismes dans notre société ont une influence intrinsèque sur la vie et les choix des citoyens. Ce n’est pas non plus ce qu’on leur demande.

Le remake de film 100% féminin ne fait qu’accroître cette barrière entre hommes et femmes, et installe d’autant plus l’idée que la femme reste un objet valide à utiliser pour vendre un peu plus de tickets de cinéma.

Et si les studios hollywoodiens voulaient réellement mettre en avant les femmes, ils se précipiteraient pour créer de vraies héroïnes originales, avec leurs propres histoires, leur propre matériel ou utiliser celles déjà existantes. A part Wonder Woman et Captain Marvel à venir et quelques comédies et buddy movies comme Les Flingueuses avec Sandra Bullock et Melissa McCarthy, on est loin, très loin du compte. A croire que les studios sont toujours convaincus que, sans la traction d’un univers connu et débordant de testostérones, la femme ne vaut pas le coût.

Mais hey, on a rien à dire, ils nous offrent des remakes 100% feminins. A croire que cela va apaiser ces hystériques de féministes.

Crédits Images : ©DR

Partager

  • Renaud Hellpaix

    Oui, ce n’est pas faux ce que vous dites. Peu importe le genre, tant que l’on s’identifie à un personnage. Toutefois, je tiens à préciser qu’Hollywood n’est PAS le cinéma. C’est du commerce. S’intéresser à cette façon de penser est peine perdue, parce que les producteurs et les studios de cinéma pensent ‘rentabilité’, ‘franchise’ et ‘bénéfice’ avant de penser à l’Art.

    Depuis toujours, les femmes sont caricaturées à Hollywood. Il n’y a qu’à voir le nombre d’actrices célèbres qui étaient des stars dans les années 80/90, et qui jouent des seconds rôles (surtout des rôles de mère ou de figure maternel) dans des grosses productions.

    On pourrait regretter tellement de choses sur les femmes dans ces films: elles sont toujours bien maquillées, bien épilées, bien coiffées… même dans des séries du genre The Walking Dead. Elles meurent de faim, mais elles sont maquillées donc tout va bien.

    Ce sont des commerciaux qui règnent à Hollywood. Toutes les bonnes idées scénaristiques sont étouffées dans l’oeuf s’il n’y a aucun enjeu commercial. Je n’ai JAMAIS vu une femme dans un blockbuster qui avait les jambes ou les aisselles poilues. Même dans les films moyen-âgeux ou sur la Préhistoire. Pas une seule.

    Dans le cinéma indépendant en revanche, des femmes fortes, brillantes, indépendantes, vaillantes et courageuses (et lâches, meurtrières, méchantes, menteuses et auto-destructrices), il y en a légion. Les vrais bons rôles de femmes, ils sont sur la scène indépendante.

    Je ne conteste pas votre article, bien au contraire. Tout ce que vous dites est vrai (d’autant plus que vous savez de quoi vous parlez puisque vous êtes vous même une femme). Je dis simplement que même si personne ne veut voir un film qui met d’abord en avant un cast féminin plutôt qu’une histoire, je crois qu’il vaut mieux les laisser faire ce qu’ils (les producteurs, Hollywood, les studios…) veulent faire. Les bonnes surprises existent, et si le film est un échec, ça leur donnera une bonne leçon. Les mentalités changent, mais ça prend du temps.

    La place des femmes est importante dans notre société et dans l’industrie artistique, donc la question de savoir si les films féministes sont réellement féministes méritait d’être posée.

  • Jeff

    «Pour le moment, le buzz autour de ces films ne sont qu’à propos de leurs actrices, que trop rarement à propos des scénarios possibles, de l’intrigue, et encore moins du genre de personnages qu’elles incarneront.»

    En même temps, on ne regarde pas Expendables, Ghostbusters ou 21 Jump Street pour la qualité de l’histoire ou la profondeur des personnages, c’est du divertissement avant tout, et si on allait voir Expendables, c’était pour voir une brochette d’icônes du cinéma d’action se bastonner contre les méchants. L’intérêt entier des films portait sur le casting, et personne ne s’en est jamais plaint. Pourquoi est-ce que ça serait différent maintenant ? Ah oui, parce que ce sont des femmes.

    C’est très bien de défendre la cause des femmes, mais ça m’agace de voir deux poids deux mesures, de voir qu’on râle uniquement contre les stéréotypes quand ça concerne les femmes.

    • MarineG

      On ne râle pas parce que c’est des femmes, on râle parce qu’on veut nous faire passer des vessies pour des lanternes.

      • Jeff

        Pas tant que ça, personne n’a présenté ces films comme étant féministes, ou progressistes, ou je ne sais quoi. Comme le disent votre article et le commentaire de Renaud Hellpaix, Hollywood, c’est une industrie, ils font ce qu’il font pour l’argent, pas par bonté d’âme, et s’ils estiment que mettre des femmes en tête d’affiche leur rapportera de l’argent, ils le feront. Cela dit, c’est une bonne chose, je pense, parce qu’on peut espérer que cette mode entraînera un changement durable et une évolution dans l’industrie du cinéma. S’ils se mettent à donner une plus grande place aux femmes, on peut imaginer que la prochaine étape sera donner une meilleure place aux femmes.

  • dphizler

    La seule ressemblance aux anciens filmes sera le nom, d’ou vient mon problème. Si c’est juste ça la ressemblance, change le nom, si tu y crois vraiment à ton filme.