Brain ThrowBack Thursday : La Dernière Licorne

1

Ce mois-ci, le Cerveau revient sur un dessin animé culte du genre : La Dernière Licorne.

Avec le Brain Throwback Thursday, le Cerveau revient dans le passé et le culte de l’enfance de la génération X et Y, avec nostalgie. Cette fois-ci Il va vous faire (re)découvrir un joyau d’animation légèrement passé à la trappe en France à sa sortie, éclipsé par les autres réalisations de l’époque mieux distribuées. Pourtant ce petit bijou est un must à voir.  Chers Hannibals Lecteurs, laissez le Cerveau vous transporter dans le monde merveilleux et terrible à la fois de la Dernière Licorne.

La Der des ders ?

L’histoire se déroule dans un pays où magie et humains cohabitent. Ceux ayant gardé leur coeur pur sont capables de voir ces êtres fantastiques et intéragir avec eux. C’est dans ce cadre qu’une licorne apprend par deux chasseurs qu’elle est la dernière vivante. Intriguée, elle demande à un papillon de passage si il n’aurait pas vu d’autres comme elle lors de ses voyages. Malgré un discours décousu, l’insecte lui révèle la légende du Taureau de Feu, un animal maléfique ayant chassé toutes les licornes à l’autre bout du monde. Rassurée sur le fait que ses semblables soient peut être encore en vie, elle quitte sa forêt pour partir à leur recherche au péril de sa vie.

Licorne gif4

Livre des merveilles

Licorne livreLa Dernière Licorne, c’est l’adaptation d’un livre jeunesse écrit en 1962 par Peter S Beagle, auteur peu connu en France. Le livre n’est apparu chez nous qu’en 1999, soit 37 ans après sa sortie initiale. Le film ne présente que quelques différences mineures, le fond et la structure restent les même. Mais avant de plonger directement dans le film, les événements autour de La Dernière Licorne aident à apprécier cette oeuvre à sa juste valeur. Outre le fait qu’elle soit adaptée d’une livre de qualité, l’équipe technique qui l’a réalisé a des allures de rêve éveillé. Fruit d’un collaboration américano-japonaise, La Dernière Licorne a été réalisée par la société Rankin / Bass. Elle était connue grâce à certains films pour la jeunesse comme Rodolphe le renne, le Hobbit ou le Retour du Roi (là aussi en animation, pas ceux de Peter Jackson). Niveau musique, on découvre un thème sublime, mélancolique et épique, composé par Jimmy Webb et interprété par le groupe America (connus pour le tube A Horse with no name). Au casting, là aussi, il y a de quoi être impressionné : Mia Farrow, Jeff Bridges, Christopher Lee… Décidemment, La Dernière Licorne est placée sous une bonne étoile.

La Dernière Licorne : Thème principal par America

Totoro Origins

Dernière corde à son arc : l’animation. Etant d’un côté américain et de l’autre japonais, le film bénéficie de la crème des dessinateurs venant du Pays du Soleil Levant. Le studio Topcraft a l’époque a le vent en poupe, notamment outre-atlantique grâce à Rankin / Bass pour qui ils ont animé entre autre le Hobbit. La Dernière Licorne est leur deuxième collaboration avec le studio américain. Cependant, quelques années plus tard, un certain Hayao Miyazaki vient les voir avec un projet : Nausicaa et la vallée du Vent. Mais le studio n’a pas les moyens de réaliser un film de cette ampleur. Qu’à cela ne tienne, Miyazaki débauche la plupart de Topcraft pour fonder son prore studio : Ghibli.

Licorne gif3

Une licorne pas comme les autres

Licorne gif2Contrairement à la majorité des productions de l’époque, La Dernière Licorne s’adresse aux enfants, sans dinstinction de genre. Pas de gros bras pour les garçons et pas de princesses amoureuses pour les filles ce qui, comparé notamment aux dessins animés Disney qui faisaient la loi à l’époque, était un traitement novateur pour un film s’adressant aux enfants. Ici, la licorne est un animal magique, doté d’une conscience supérieure du fait de son immortalité et de sa sagesse. ce qui offre un ressort dramatique terrible dans chacune de ses décisions puisque seule importe sa quête. Elle ne ressent rien (les sentiments étant l’apanage des humains) et juge ceux qui l’entourent soit avec innocence, soit avec sévérité. Et cette problématique deviendra centrale à partir du moment où elle deviendra humaine…

Eros et Thanatos

C’est dans cette thématique de la découverte de l’Humanité et du rejet de sa vraie nature par amour pour Lir que réside sûrement la réflexion la plus profonde de La Dernière Licorne. Celle-ci est prête à mettre en péril sa quête et abandonner les siens à leur sort  pour continuer à vivre son humanité, quitte à rester mortelle mais aux côtés de celui qui lui a ouvert les yeux sur les beautés des sentiments. Ca serait sans compter sur le sens du devoir de son ami le magicien Schmendrick et du Prince Lir qui lui rappellent qu’elle doit faire ce qui est juste et ne pas se laisser aller à ses envies égocentriques. Chose qu’elle même aurait pensé sous sa forme de licorne avec sa conscience supérieure.

Licorne illus1

La Dernière Licorne est donc un dessin animé à voir absolument, que ça soit pour son scénario, ses animations, son casting ou même pour le rôle qu’il a joué dans l’animation moderne, la naissance des Studio Ghibli en tête. Malgré quelques déboires ces dernières années entre les producteurs et Beagle, ce dernier soutient de nouveau le film et effectue une tournée à travers les Etats-Unis pour le faire (re)découvrir. Tournée à laquelle nous autres Français n’aurons pas le droit par manque de popularité du film chez nous. Cependant, le Cerveau espère au moins que ce Brain Throwback Thursday aura servi à donner un peu de reconnaissance à un film qui en mérite vraiment.

The Last Unicorn : Bande annonce


Crédits : ©Carlotta Films

Partager

  • thor70

    C’est un film que j’ai vu il ya 30 ans de cela (j’avais 15 16 ans) et meme si je ne me souviens pas tres bien de l’histoire je garde tres bien en tête la poésie de ce fim…merci de me l’avoir fait rappeler.