7 films traumatisants à voir à Noël (pour pas faire comme les autres)

0

Grotesque

Dossier films de Noël Grotesque

Réal : Koji Shiraishi, 2009

Par une belle soirée ensoleillée d’été, un jeune couple se promène main dans la main. Insouciants et désireux de se livrer l’un à l’autre, ils ignorent que sur le chemin de leur première expérience les attend… un cruel psychopathe. Brutalement kidnappés, nos jeunes tourtereaux se réveillent enchaînés dans une salle remplie d’instruments chirurgicaux. Face à la torture d’un bourreau expérimenté, la mort sera leur meilleur espoir.

Sous prétexte de faire mieux (ou pire) que la série des Saw, ce réalisateur bien vicelard nous sert une suite de séquences des plus barrées où le sexe côtoie l’horreur. Sur fond de musique d’ascenseur – on sait très bien que depuis Orange Mécanique la musique n’adoucit pas les mœurs, voir également l’accompagnement de Gerry Rafferty lors de la scène de l’oreille coupée dans Reservoir dogs – satané Tarantino qui a pourri ce joli morceau à de nombreux spectateurs pour toujours – le psychopathe de service offre généreusement aux deux tourtereaux par son entremise ce qu’ils ne pourront plus jamais connaître, une relation sexuelle… à distance avec squirting à la clé.

Abject, barré, tordu, extrême (le Cerveau a épuisé les adjectifs de la jaquette) grotesque ? Non, ici aucune dérision, la caméra chirurgicale est là pour tout montrer de la déchéance de deux êtres naïfs et sans défense qui voient peu à peu leur corps les abandonner par petits morceaux. Un vicieux sentiment d’amour pervers s’installe dans ce triolisme extrême où le dominant mène la tronçonneuse. Le maître du jeu se fait de plus en plus inventif, collier de doigts et de bouts de tétons offert à l’amoureux, clous dans les testicules et émasculation de ce dernier, tout en préservant les joueurs pour un retour en deuxième semaine. Game over. Play again. L’horreur est un perpétuel recommencement. Une série du même genre, les Guinea Pig, est à voir sur Internet, dont surtout Guinea Pig 2, Flower of flesh and blood de Hishedi Hino datant de 1985 qui est une suite de tranchettes sanglantes et ultra réalistes sans queue ni tête (c’est le cas de le dire). Il paraît que Charlie Sheen, en tombant sur ce film, crut tellement à un snuff movie qu’il en envoya une copie au FBI.

Grotesque Trailer

La rédaction

Partager