Luke Cage saison 2 : Rencontre avec le casting sur le tournage d’une saison musclée !

0

Alfre Woodard (Mariah Dillard)

Mariah a cette faculté incroyable de changer de personnalité du tout au tout, et en une fraction de seconde, dès qu’elle en ressent le besoin ; le plus souvent pour se sortir d’une situation délicate. Comment appréhendez-vous une telle palette de nuances ?

En tant que comédienne, je suis toujours dans le personnage. Et Cheo est un auteur brillant… Mon travail, avant même d’en arriver au premier jour de tournage, est d’imaginer comment je peux aller au-delà des mots. Je ne veux tout simplement pas être « n’importe quelle femme » se contentant de réciter ces dialogues. Et encore moins en ayant recours à ma propre personnalité… Chaque personnage doit devenir comme une empreinte digitale… unique. Il faut trouver ce qui rend chaque personne différente. Et une fois que c’est fait, vous commencez à vivre avec. Vous savez comment elle fait ses courses, comment elle réagit en fonction de ce qu’on peut lui dire… Vous savez QUI elle est. Plus que savoir, même… Il faut la ressentir corporellement.

Mariah est complexe… Elle vit à la fois comme une afro-américaine et comme une blanche, tout comme une personne de la rue, issue d’une famille de gangsters… Elle dispose d’un véritable arsenal pour exprimer sa personnalité. Et, de fait, elle a de redoutables moyens d’obtenir ce qu’elle veut. Pour mieux pouvoir l’incarner, il faut savoir comment jouer avec l’ensemble de ces caractéristiques comme d’un instrument. Comme une enfant qui changerait de ton pour obtenir ce qu’elle veut : tantôt dans la supplique, tantôt dans l’autorité.

Pensez-vous que la télévision soit propice à une réelle évolution des mœurs ; aussi bien en termes de genres que de couleurs ?

La télévision n’a pas changé, elle est en train de le faire. Et, très franchement, l’une des principales forces motrices de ce changement est Netflix. Ils démocratisent l’imagerie cinématographique sur petit écran. Car on entend trop souvent dire : « Oh, ils ne veulent pas voir des personnages de couleurs dans tel ou tel pays… ça ne se vendra pas ».

Grâce au streaming, Netflix évite de se retrouver face à des distributeurs opérant ce type de barrage. Et, surprise : oui, les gens peuvent s’intéresser à des personnages qui ne leur ressemblent pas. Une bonne histoire est celle qui vous touche à un niveau universel… Et plus vous êtes spécifique, plus ce que vous proposez devient universel. Je pense que l’image filmique est l’outil le plus puissant jamais créé par l’homme…

Partager