9JKL : Une sitcom très classique mais avec un bon casting

0

9jkl-une-sitcom-tres-classique-mais-avec-un-bon-casting-une
2.5

Critique du pilote de 9JKL, nouvelle sitcom CBS de et avec Mark Feuerstein, très classique mais avec un beau casting.

Mark Feuerstein est de retour dans une sitcom. L’acteur vu ces dernières années dans Royal Pains, revient au format de la comédie de 30 minutes avec 9JKL, une sitcom qu’il a co-créée basé en partie sur sa propre vie.

Retour à la maison…enfin presque

9jkl-une-sitcom-tres-classique-mais-avec-un-bon-casting-1Dans la série Feuerstein incarne Josh un acteur qui retourne vivre à New York après l’annulation de sa série et son divorce. Il vit alors dans l’appartement 9J d’un immeuble qui se trouve être le même que ses parents. Pire, ce sont ses voisins d’à côté et son frère, un chirurgien prétentieux, vit aussi sur le même palier avec son épouse et leur bébé. Chaque point de l’histoire est prévisible et on voit les parents arriver à chaque fois avec leurs gros sabots.

Bien évidemment, sa famille va faire de la vie de Josh un enfer parce qu’ils ont intrusifs, n’ont aucune barrière et ne respectent pas sa vie privée. Ça vous parait redondant ? C’est normal parce que c’est ce que la série répète durant tout l”épisode. 9JKL joue aussi beaucoup sur les clichés des parents juifs passifs-agressifs qui prennent un malin plaisir à culpabiliser leur fils pour qu’il passe du temps avec eux. Et bien sûr, quand il tente de se remettre à fréquenter des femmes, ils lui rendent la tâche impossible.

Un beau casting mais de la lourdeur

Le casting est excellent mais malheureusement, les acteurs se retrouvent dans une sitcom très moyenne et très convenue. On y trouve des vétérans de la télévision avec Elliott Gould (Friends, Ray Donovan), Linda Lavin (Sean Saves the World), David Walton (New Girl, About a Boy) et Liza Lapira (Don’t Trust the B in Apt 23, Dexter). Feuerstein est donc bien entouré ce qui rend la série regardable pour le Cerveau. C’est un peu comme The Millers en son temps  (sauvagement annulée par CBS) qui avait un excellent casting mais était assez moyenne en qualité. Ce n’est pas le genre de série qui vous fera mordre les doigts si vous raté un épisode mais elle e dérange pas non plus. L’ambition n’est pas le maître mot de la série qui fait le minimum syndical.

Pilot

La chose avec 9JKL, c’est que le casting arrive tout de même à rendre certaines situations plutôt drôles alors que dans un autre contexte, avec d’autres acteurs ça aurait été un peu lourd. Il y a un (trop) grand nombre de vannes sur les parties génitales masculines et seul Elliott Gould arrive à faire passer de telles blagues. Dans le fond, la série n’est pas horrible, elle est juste très classique et se laisse regarder si on a du temps à tuer. La mère surprotectrice est un thème vu et revu. Rien de nouveau ici et le pilote est grandement centré sur les parents et leur côté envahissant.

La série a tout de même son atout caché. Le petit Albert Tsai (Dr Ken, Trophy Wife) apporte sa fraîcheur légendaire. Cet enfant est un excellent acteur avec un timing comique et un sarcasme parfaits. Il incarne Ian, un garçon qui passe du temps dans le hall de l’immeuble avec Nick (Matt Murray, Rookie Blue), le portier plutôt sympathique.

Comme tout pilote de sitcom, il est difficile de se faire un véritable avis, le Cerveau espère que la série trouvera son rythme par la suite.

Crédit ©CBS

Partager