Ten Days in the Valley : Quand la fiction rejoint la réalité (critique)

0

ten-days-in-the-valley-quand-la-fiction-rejoint-la-realite-critique-une
3.0

Critique du premier épisode de Ten Days in the Valley, série qui marque le retour de Kyra Sedgwick à la télévision.

Kyra Sedgwick, ex-star de la série The Closer est de retour à la télévision dans Ten Days in the Valley, une nouvelle série à mystère de ABC. Elle incarne Jane Sadler, une scénariste de série télé dont la vie va basculer la nuit où sa fille est kidnappée. En pleine séparation douloureuse avec le père de sa fille et stressée par le travail, Jane va être embarquée par une enquête pleine de mystères où tout le monde cache des secrets et où on ne peut faire confiance à personne.

ten-days-in-the-valley-quand-la-fiction-rejoint-la-realite-critique-1Il faut souligner que Ten Days in the Valley est basée sur un cauchemar. Un cauchemar qu’à fait la créatrice Tassie Cameron dans lequel elle travaillait en pleine nuit dans une dépendance à quelque mètres de sa maison. Elle finissait d’écrire et en voulant rentrer dans la maison, la porte était fermée. Cette scène se trouve dans la série et Cameron a construit tout un univers autour de ça. Un univers pour le moment plutôt intéressant dont le Cerveau attend de voir l’étendu.

Une femme pleine de failles

Ten Days in the Valley joue sur la ligne très fine entre la fiction et la réalité. Dans la série policière qu’elle écrit et produit, Jane s’inspire de véritables affaires de police. Ainsi, quand sa propre fille est enlevée, sa vie professionnelle et sa vie personnelle vont s’entremêler. Elle ne se trouve plus dans la fiction, elle est dans sa propre réalité. Le téléspectateur voit ainsi les mondes du personnage principal s’écrouler et surtout, il doit déterminer qui a enlevé la petite et pourquoi la famille de Jane est prise pour cible.

ten-days-in-the-valley-quand-la-fiction-rejoint-la-realite-critique-2

La chose assez intéressante avec le personnage de Jane, c’est qu’elle est loin d’être un modèle de vertus. Elle est pleine de défauts et la série ne le cache pas. Personne n’est parfait et Jane en est la preuve puisqu’elle prend de la cocaïne, des somnifères puissants et boit du vin dans une dépendance de sa maison, pendant que sa fille dort dans sa chambre. Jane est à la ramasse et elle est incarnée par une Kyra Sedgwick impeccable qui ne déçoit pas dans le rôle.

Série intrigante

ADEWALE AKINNUOYE-AGBAJE, KYRA SEDGWICKSi pour le moment le pilote de la série intrigue, le Cerveau a peur pour la suite. En effet, les histoires de kidnapping d’enfants sont assez courantes à la télévision. On espère que la créatrice Tassie Cameron a imaginé une histoire suffisamment consistante pour garder le téléspectateur en haleine. La réussite de la série sera dans le traitement de l’affaire parce que les enquêtes de police classiques peuvent rapidement ennuyer. Il est aussi important que le téléspectateur arrive à s’attacher à Jane même si elle n’est pas la femme parfaite.

On sent le désir de la série de faire le portrait d’une mère qui travaille beaucoup et dont les regards sur elle, pourraient être le reflet d’un monde qui voit les femmes actives comme de mauvaises mères. Il y a vraiment deux poids deux mesures dans la société lorsqu’il s’agit de l’ambition des femmes au travail et Ten Days in the Valley tente de souligner cela. Mais le boulot de la série, c’est aussi de faire en sorte que le téléspectateur est de l’affection pour Jane même si c’est une femme pleine de problèmes. Pour le moment, ce n’est pas complètement le cas même si Sedgwick fait un bon boulot dans le rôle. On attend d’en voir plus au fur et à mesure que la série avance et on espère aussi s’attacher à d’autres personnages. Pour le moment, ils sont très peu développés mais la série prend son temps pour les dévoiler au fur et à mesure. Avec 10 épisodes, il ne faudra pas prendre trop de temps non plus.

Ten Days in the Valley sera diffusé dès ce mardi 3 octobre sur Polar+, nouvelle chaîne du groupe Canal+.

Crédit ©ABC

Partager