Ce que l’on veut retenir de la Japan Expo

0

Japan Expo 2017 - une (2)

Chaque année un peu plus commerciale que la précédente, La Japan Expo reste une chance, une opportunité rare de rencontrer aussi bien de jeunes artistes que des personnes que l’on apprécie.

Cette année encore avait lieu la Japan Expo, l’un des événements et salons les plus importants d’Europe et de France. C’est 135 000 m², de très nombreux exposants, partenaires, invités et visiteurs qui pendant quatre jours vont fouler les quatre halls occupés par la convention au Parc des Expositions. Pour beaucoup, ce lieu représente de bons souvenir, des rencontres, des moments de joie. La chance de se rencontrer, de se réunir, de s’apprécier, que ce soit autour d’invités connus ou moins connus. C’est aussi évidemment l’occasion de sortir le cosplay de son personnage préféré que l’on prépare depuis des mois.

Se faire connaître et reconnaître

Japan Expo 2017 - manga FannyPour certains des exposants, la Japan Expo représente une véritable chance, une opportunité à saisir. C’est l’occasion de se faire connaitre et reconnaitre. C’est d’eux dont le Cerveau a envie de parler. Pas de la grande majorité de stands excessivement commerciaux, qui n’apportent que peu de choses, hormis une visibilité déjà connue pour la plupart et beaucoup de bruit, ou des queux infinis pour profiter d’un jeu ultra connu. Pas des éditeurs classiques, dont les mangas sont achetables de partout en France. Non, on n’a rien à dire d’intéressant sur eux, et on préfère autant se pencher sur les petits stands noyés parmi les grands, qui font la fraîcheur de la Japan Expo, de plus en plus indispensable.

Ne nous trompons pas pour autant, si les stands sont là, c’est pour vendre. Ils cherchent forcément à faire de l’argent, au moins pour rembourser l’emplacement alloué par le salon. Mais à la différence d’autres, ce n’est quasiment qu’exclusivement là qu’ils vont pouvoir le faire. Il va y avoir un lien qui va se créer entre le vendeur et le client et qu’il n’y aura pas forcément ailleurs. C’est indispensable, pour eux comme pour nous. Par exemple, il y Fanny, qui écrit sous le nom de Jenny Miki, une jeune auteure qui a auto-publié trois mangas. Hormis à la Japan Expo, elle ne vend quasiment pas, par faute de visibilité. C’est donc l’une des rares chances pour elle de partager son travail et de rembourser ce qu’elle a investi dans son manga.

Il y aussi Toshiro Muto, encore un nom d’auteur, celui qui Jiliann, lui aussi jeune auteur d’un manga en deux volumes, Geek Online, pour qui la Japan Expo ne représente encore une fois qu’une chance. La même que pour Fanny. La même que pour tous les autres à qui on n’a pas parlé. C’est l’occasion de rencontrer de nouveaux talents, et pour eux de rencontrer tout simplement un public.

La Japan Expo, un lieu de rencontre rare

La Japan Expo ce n’est pas pour autant un lieu où l’on ne peut que dépenser son argent. C’est une chance de rencontrer des personnes que l’on ne voit qu’en vidéo, ou dont on se contente de lire avec assiduité leurs mangas. Encore une fois le Cerveau a choisi de s’intéresser à ceux qui n’ont pas assez de visibilité, car ils n’ont tout simplement pas été invité. Oui, en youtubeur manga, ils ne sont que très peu à l’avoir été. On trouve bien sûr d’autres youtubeurs dans le salon, mais pas forcément très accès japon. En revanche sur les « gros » invités, c’est devenu extrêmement pointu avec peu de noms connus pour les néophytes ou ceux qui s’intéressent au manga de plus ou moins loin. Le plus connu paraissait être la présentation d’un extrait de Fullmetal Alchimist.

Japan Expo 2017 - le Dok

Le Cerveau a donc discuté un peu avec l’un de ces youtubeurs non-invités, mais qui avait quand même choisit d’être là. Le Dok tient une chaine spécialisée sur One Piece, le manga le plus vendu au monde, One Piece Passion TV. Sa chaîne comptabilise pas loin de 90 000 abonnés et est l’une des plus complètes sur le manga. L’inviter aurait pu être intéressant, surtout pour les 20 ans du manga. Il a quand même choisi de venir, car pour lui la Japan Expo « c’est que du bonheur » et pour une seule raison. C’est la chance de rencontrer ces nakamas, comme il aime à surnommer ses abonnés. En revanche, ne pas avoir de point d’encrage c’est la « misère » pour eux estime-t-il.

Le Dok comprend pourtant qu’il ne soit pas invité. « J’ai que 80 000 abonnés et je parle que de One Piece, je suis trop spécialisé je peux le comprendre, mais il y en a d’autres qui ne le sont pas et qui mériteraient d’être là. Je regrette qu’ils ne le soient pas. ». Il pense qu’il devrait y avoir plus de youtubeurs manga à un événement comme ça, comme c’est le cas dans d’autres conventions, mais il nous explique : « L’année dernière j’étais invité en tant que youtubeur découverte. Il y avait 20 boxs, cette année j’ai vu qu’il y en a que 3. » Il trouve ça d’ailleurs paradoxale qu’il y aient des invités aussi pointus et un esprit qu’il trouve de plus en plus commercial à la Japan Expo.

Cela ne l’a pas empêché malgré tout de rencontrer de gens venus pour le voir, qui voulaient lui faire un cadeau ou juste parler et prendre une photo avec lui. Même si ce n’était pas dans les meilleures conditions possibles. Car c’est ça que l’on aime dans les conventions. On ne vient pas que pour acheter des goodies. On est aussi là pour la convivialité et le bonheur pour certains de rencontrer des invités qui savent rester chaleureux en toutes circonstances. On est là pour rencontrer de jeunes personnes qui rêvent de se faire connaitre pour ce qu’elles font. C’est ça que l’on veut retenir de la Japan Expo.

Crédit : ©DR

Mots-clefs

Partager