Orange is the New Black saison 5 : C’est l’émeute à Litchfield ! (critique)

0

orange-is-the-new-black-saison-5-cest-lemeute-a-litchfield-critique-une
3.5

Critique du début de la saison 5 de Orange is the New Black qui voit la prison de Litchfield en pleine émeute après le drame de la saison 4. Spoilers.

La saison 4 de Orange is the New Black s’est terminée sur une grande émotion avec la mort de Poussey (Samira Wiley qui a désormais d’autres problèmes dans The Handmaid’s Tale). Un personnage adoré de tous dont la perte a anéanti certains personnages et surtout le public (le Cerveau pleure encore rien que d’y penser). Mais Poussey n’est pas morte en vain. Du moins, ses co-détenues tentent de lui rendre justice après qu’elle ait été tué par le gardien Bayley. Une femme noire sans défense qui meurt des mains d’un homme blanc, c’est une rhétorique qui est bien trop courante dans l’Amérique d’aujourd’hui.

orange-is-the-new-black-saison-5-cest-lemeute-a-litchfield-critique-5Dans ce début de saison 5, Daya a bien tiré sur le gardien Humphrey mais il n’est pas mort. A partir de là, c’est l’anarchie dans la prison. Les détenues ont pris le contrôle, elles ont pris le personnel en otage et le chaos règne dans le pénitencier.

La créatrice Jenji Kohan a décidé de raconter son histoire différemment des autres saisons. En effet, les événements se déroulent presque en temps réel puisque les 13 épisodes se passent uniquement sur trois jours. Un pari risqué qui prend un peu de temps à se mettre en place mais qui fonctionne assez bien. L’énergie est différente et la pression se fait sentir plus que jamais.

Portée par son histoire et son message

Orange is the New Black a toujours était une série plus portée par ses personnages que par son histoire en elle-même. Cette saison, c’est l’inverse. Si les personnages restent forts et que la série continue de revenir sur certaines avec des flashbacks, c’est l’histoire qui porte la série dans la saison 5. Il y a un véritable message sur le système carcéral américain et la manière dont les détenues sont traitées par l’administration. C’est un risque de la part des scénaristes de s’éloigner de la formule habituelle de la série parce que par moment, le téléspectateur ne ressent que la folie et l’indécence qui se dégage de la situation. Parce qu’elles vont finir par humilier leurs otages et aggraver leur cas.

orange-is-the-new-black-saison-5-cest-lemeute-a-litchfield-critique-1

Cependant, la mort de Poussey est la véritable force sur laquelle se repose la série pour raconter cette histoire. Une histoire qui montre à quel point les prisonnières sont considérées comme des moins que rien. L’événement tragique de la saison 4 permet de voir ces femmes se rebeller, de voir comment elles gèrent leur deuil et la colère qu’elles renferment. Et cela permet aux actrices de montrer l’étendu de leur talent, en particulier Danielle Brooks qui brille tout au long des premiers épisodes et qui va être l’âme de la série. C’est parce que tout le monde aime Poussey que la saison 5 va pouvoir se nourrir de cette perte insoutenable. Et même si elle n’est plus là, son esprit est toujours très présent. Sa mort est un choix scénaristique audacieux mais nécessaire pour que cette histoire est l’impact fort voulu par les scénaristes et ça fonctionne.

Un casting brillant

orange-is-the-new-black-saison-5-cest-lemeute-a-litchfield-critique-4La saison 5 de Orange is the New Black est clairement LA saison de Danielle Brooks qui mérite amplement un Emmy Award. L’actrice qui incarne Taystee est absolument brillante cette saison. Elle porte le combat de son personnage avec passion et le téléspectateur ressent vraiment son désarroi et sa peine mais aussi sa force et sa détermination. Elle se bat pour sa meilleure amie qui a perdu la vie pour rien, à cause d’un gardien incompétent. Si Brooks sort du lot cette année, nous n’oublions pas Uzo Aduba dans le rôle de Suzanne “Crazy-Eyes” Warren qui vole la vedette à chaque fois qu’elle apparaît à l’écran.

Si Orange is the New Black a commencé en étant l’histoire de Piper, elle n’est absolument plus le centre de la série. Elle reste présente mais elle n’est pas le personnage principal parce que comme lui dit si bien Taystee “personne ne t’aime”. Ce à quoi Piper répond “c’est l’histoire de ma vie.” Orange is the New Black est une série d’ensemble et la situation de Piper n’était qu’un moyen d’entrer dans cet univers et rencontrer toutes ces femmes différentes, de raconter leurs histoires diverses et variées.

orange-is-the-new-black-saison-5-cest-lemeute-a-litchfield-critique-2

Comme à son habitude, Orange is the New Black arrive à faire rire, à toucher et à aborder des sujets de société importants. La série reste ainsi toujours agréable à suivre même si on ressent moins l’envie de la bing-watcher, surtout au début. Ne vous y trompez pas, la série a toujours ses petits défauts, ses moments ridicules avec certaines détenues immondes qui n’ont aucune tenue ni aucune morale. Mais la série sait y faire avec ses répliques qui tuent et ses relations fortes entre les personnages. Des relations amicales, amoureuses ou juste des relations par intérêt ou des rivalités. Toujours entre drame et comédie, Orange is the New Black trouve la balance même si, après la mort de Poussey, elle tire plus vers le drame. Il faudra voir la fin pour savoir si justice sera faite pour Poussey.

La saison 5 de Orange is the New Black est disponible dès aujourd’hui sur Netflix.

Crédits ©Netflix

Partager