The Affair saison 3 : Un américain à Paris (critique)

0

the-affair-saison-3-un-americain-a-paris-critique-une
3.0

Retour sur le final de la saison 3 de The Affair qui se déroule à Paris, parce que pourquoi pas.

La saison 3 de The Affair a été assez étrange, à la limite de la folie. Si elle commençait plutôt bien avec un mystère à résoudre sur l’attaque de Noah dans sa cuisine, il a été révélé dans l’épisode 9 que cette attaque n’était que le fruit de son imagination. Une chose pointée par le Cerveau dès le début. On se rend alors compte que l’esprit de Noah lui joue des tours et qu’il était en plein délire paranoïaque. On se rend aussi compte au fil du visionnage que tous les problèmes de Noah sont liés en partie à sa mère et à son suicide assisté quand il était plus jeune.

Cependant, la saison se termine de façon plus calme, à Paris. Parce que Paris c’est classe.

Un cinquième point de vue mal géré

the-affair-saison-3-un-americain-a-paris-critique-juliette-noahAvec la majorité des histoires plus ou moins résolues précédemment, il ne reste plus qu’à boucler l’intrigue de Juliette (Irène Jacob). Dans ce final, on se retrouve à Paris (avec un épisode à moitié en français) et on a ainsi droit au second et dernier point de vue de cette prof d’université Française. Malheureusement, la décision des scénaristes d’introduire un autre point de vue aussi tard et surtout de dévoiler des personnages dont le public n’a aucune attache est risquée.

On aurait préféré passer plus de temps avec Helen, Alison ou Cole qu’avec Juliette. Les scénaristes ont tout de même conclut cette histoire avec la mort du mari de cette dernière. Une histoire qui crée une rupture avec le reste de la série, presque comme si c’était un pilote pour « Juliette et ses problèmes de bobo chic parisienne. »

Juliette n’est pas un mauvais personnage en soi, elle n’est juste pas assez importante pour avoir son propre point de vue dans la série. On aurait à la limite préféré voir le point de vue de Luisa ou même Oscar à sa place. Cependant, on comprend plus ou moins ce que les scénaristes ont voulu faire avec ce personnage : montrer une autre facette de l’adultère, une femme qui trompe son mari malade parce qu’elle n’est plus grand chose pour lui. Ce dernier souffre d’Alzeimer et les rares fois où il est “lucide”, il la prend pour son ex-femme.

Juliette est aussi un moyen pour Noah de voir à travers elle ce qu’il a vécu, non seulement par rapport à ses propres tromperies (il est désormais de l’autre côté) mais aussi par rapport à la mort de sa mère. Une mort qu’il a sur la conscience mais qui l’a libéré d’un poids quand il était plus jeune. Mais l’implication de Noah dans la tragédie de la vie de Juliette est étrange et presque insensible par rapport à la situation.

Daddy issues

La venue à Paris de Noah lui a permis de renouer avec sa fille, qui comme par hasard, se trouvait aussi dans la capitale française avec son horrible petit-ami artiste plus âgé Furkat. S’il est agréable de voir qu’il commence à retisser des liens avec sa fille, cela aurait très bien pu se passer à New York. Whitney a clairement des problèmes liés à son père, qui ont un impact sur ses relations avec hommes. Elle est dans une relation avec un homme abusif et Noah se rend compte qu’il n’a pas fait son travail de père. Il aurait dû la protéger d’hommes comme lui-même.

the-affair-saison-3-un-americain-a-paris-critique-whitney-noah

En fin de compte, on a presque l’impression que The Affair a perdu le but du message qu’elle voulait transmettre. Bien évidemment, si on l’analyse en profondeur, Noah arrive là où il en est à la fin de la saison parce qu’il a eu cette liaison avec Alison. Cependant, sa relation avec Alison était ce qui rendait la série attrayante au départ. C’est leur rapprochement qui a tout déclenché et intéressé le téléspectateur. On sait qu’il y a bien plus qu’une histoire d’adultère derrière puisqu’on est plongé dans la psyché de personnages qui souffrent, en particulier Noah, qui prend le centre plus que jamais dans cette saison. La saison 3 était à propos des répercussions à long-terme de cette relation qui a brisé des vies, blessé des gens et fait réévaluer leur existence à certains. Tant que chaque individu qui est affecté par cette “affaire” n’a pas fait face à ses problèmes, ils ne seront pas tranquille.

Un avenir ouvert

the-affair-saison-3-un-americain-a-paris-critique-juliette-noah-2Dans son ensemble, la saison avait un rythme bizarre ou certains personnages disparaissaient pendant des épisodes entiers. Et encore plus dans le final qui était uniquement centré sur Noah et Juliette.Si la série est renouvelée pour une saison 4, il est impossible de dire quelle direction prendra la série puisque la saison se termine sans cliffhanger, uniquement avec un Noah qui se demande dans quelle direction aller. Sa vie et son avenir restent ouverts et c’est à lui de décider.

The Affair reste une série très intéressante, avec des personnages complexes – incarnés pas un excellent casting – et une plongée dans leur conscience et leur inconscient. Les scénaristes se sont un peu perdus cette saison, puisque que si les deux précédentes étaient extrêmement bien construites et qu’on sentait que les créateurs savaient où ils allaient, avec la saison 3. Ici, on sent un travail différent et moins bien ficelé, comme s’ils ne pensaient pas avoir de saison supplémentaires. Peut-être que cette saison 3, avec un gros travail personnel sur Noah et Alison est la base d’une saison 4 qui sera plus fluide avec des personnages moins misérables dans leur vie et qui iront enfin de l’avant.

Le final de The Affair sera diffusé ce soir, mardi 31 janvier, à 23h55 sur Canal+Séries.

Crédits ©Showtime

Partager