Brainterview : Brian K Vaughan & Fiona Staples pour Saga

0

SAGA_06.pdf

A l’occasion de leur passage en France, le Cerveau est allé à la rencontre des auteurs de la série de comics Saga, dont le 6ème tome vient de paraître chez Urban Comics.

Pour ceux et celles qui se passionnent pour le comics indépendants, il y a un nom qui, depuis plusieurs années, ne doit plus leur être tout à fait étranger : celui de Brian K Vaughan.

Le scénariste, à qui l’on doit des titres acclamés par la critique tels que Y, le dernier homme ou Runaways, est une personnalité du monde du comics, mais également de la télévision, qui avait déjà su susciter un engouement tout particulier pour ses récits originaux, questionnant avec intelligence certains aspects de nos sociétés actuelles. Alors que lui et sa dessinatrice, la talentueuse Fiona Staples, enchaînent les récompenses pour leur série Saga, parue chez Urban Comics, le scénariste revient à la charge avec deux nouveaux opus très prometteurs : The Escapists et Paper Girls, toujours chez Urban Comics. Et cela en parallèle de la parution du sixième tome de Saga.

SAGA_06.pdfEt quelle série de comics que Saga ! Au delà des nombreux prix, Eisner, Hugo, Harvey notamment, venus récompenser ce titre déjà culte et figurant parmi les meilleurs comics indépendants aux États Unis, juste derrière The Walking Dead, Saga est avant tout un récit à la fois ambitieux et touchant dans un univers Space Fantasy. On y suit les péripéties du couple Alana et Marko, deux extra-terrestres amoureux issus de races différentes et ennemies, qui tentent de protéger leur petite fille, Hazel, de différents tueurs lancés à leur poursuite dans monde vaste, pluriel mais également dangereux.

Une actualité prolifique qui a conduit leurs pas vers l’hexagone pour aller à la rencontre de leurs fans et de la presse française. Une occasion de rencontrer le brillant duo que le Cerveau ne pouvait pas laisser passer.

Avez-vous toujours été attiré par le comics, ou vous destiniez vous à d’autres medium?

Fiona : Au départ, je n’avais pas de plan de carrière spécifique en tête. J’ai toujours aimé dessiner, je me suis donc intéressé à beaucoup de choses différentes, à l’art en général. J’ai travaillé sur des projets assez variés en dehors du comics, notamment le design d’affiche. Mais j’avoue que j’ai toujours gardé une place privilégiée pour le comics. Je passe mon temps à en produire pour moi, qu’il s’agissent de projets de grande ou de plus petite envergure, en auto-publication. C’est vraiment mon domaine de prédilection.

Brian : De mon côté, je travaille également dans de plusieurs domaines en dehors du comics, mais je ne m’en éloigne jamais très loin ! J’ai différents projets en cours dans le domaine du cinéma ou de la série TV. Mais le comics reste mon premier amour, incontestablement ! Et, surtout, le domaine où je me sens le plus à l’aise au niveau de la création.

Comment est né le projet Saga?

Brian : J’ai commencé à écrire le scénario de Saga alors que je venais tout juste d’être père. J’avais donc envie d’explorer le thème de la parentalité. Mon expérience personnelle est souvent à la base de ma création, et dans ce cas précis, je voulais parler de la paternité sous un angle différent, d’en faire un récit fantastique, original et qui ne soit pas ennuyeux. J’ai toujours été passionné par les univers de la science fiction. C’est une idée que je gardais en tête depuis longtemps, et cet événement dans ma vie à été l’occasion pour moi de me lancer. D’autant que j’avais l’occasion de le faire avec une artiste très talentueuse !

Fiona : Pour moi, il s’agit vraiment d’un thème très nouveau ! C’est tellement différent de tout ce que j’avais pu imaginer, très éloigné des projets sur lesquels je travaille d’habitude. C’est une expérience à part, très enrichissante.

Brian, que ce soit sur Saga, Paper Girls ou Y, le dernier homme, vos scénarii s’intéressent beaucoup aux questions de genres, de place de la femme dans la société, et souvent avec une certaine justesse malgré leur cadre fantastique : auriez-vous rêvé d’être sociologue?

Brian : Oh, non ! Je crois que je n’aurait jamais été assez intelligent pour arriver au terme de ce type de formation ! (rires) Ce sont surtout des thèmes qui m’intéressent depuis longtemps. En effet, lorsque j’étais enfant, je fréquentais une école pour garçons et ça n’a pas vraiment été une expérience très agréable pour moi. Du coup, je passais énormément de temps dans l’école de ma sœur, avec ses amies et camarades de classe. C’est vraiment à cette période que je suis devenu fasciné par les questions de genre et de place de la femme dans la société. Aujourd’hui, ce sont des thèmes qui font partie intégrante de mon expérience de vie, et de scénariste. Il est donc naturel que ce soit des éléments de récit récurrents dans mes créations.

SAGA_06.pdf

Et vous, Fiona, c’est un thème qui doit vous toucher également en tant qu’auteur, mais également en tant que lectrice de comics?

Fiona : Pour ma part, c’est quelque chose dont j’ai toujours été consciente, même si j’ai longtemps pensé que la place de la femme comme acteur de nos sociétés était une chose acquise. En effet, je lis des comics depuis mon plus jeune âge, entourée d’autres amies, elles aussi bercées par les même univers, animées des même envies. Ce n’est qu’en entrant dans l’industrie du comics à proprement parlé que je me suis rendue compte que tout n’était pas aussi évident, bien qu’il soit certain que les choses évoluent. La représentation des femmes dans les comics, en tant que personnages fictifs ou en qualité de créatrices, va dans le bon sens.

Brian, malgré des thèmes récurrents, vous parvenez à chaque fois à surprendre votre public. Comment réussissez vous à maintenir une telle qualité dans votre production? Quelles sont vos inspirations?

Brian : Déjà, merci beaucoup pour tous ces compliments ! – rires –  Mais je pense que le mérite revient conjointement aux fantastiques artistes avec qui j’ai eu la chance de travailler. C’est réellement un luxe de pouvoir s’entourer de personnes aussi talentueuses lorsqu’on élabore un projet créatif. C’est un peu comme dans l’industrie de la musique : lorsqu’on à l’occasion de collaborer sur un album avec un musicien d’exception, c’est toujours une expérience incroyable, un grand privilège. C’est ainsi que je le ressens, et c’est pourquoi je m’arrange pour “piéger” les meilleurs, comme Fiona, pour les amener à travailler sur des thèmes qu’ils n’ont pas encore exploré.

Quelles sont vos principales inspirations lorsque vous écrivez un scénario comme celui de Saga ?

Brian : Dans le cas de Saga, ce sont incontestablement mes enfants qui m’ont le plus inspiré. Dans le déroulé du récit, la petite Hazel grandit en parallèle de mes enfants, ils passent par les même âges au même moment. Cela me permets de créer un univers et des histoires tout à fait nouveaux à chaque fois, en m’inspirant de ma vie de père et de la façon dont grandissent mes propres enfants. En cela, la série Saga leur doit beaucoup !

SAGA_06.pdfVous êtes considéré comme l’un des auteurs de comics les plus visionnaires de ces dernières années dans le monde du comics indépendant. Comment cela a-t-il impacter votre travail?

Brian : Je suis extrêmement reconnaissant de l’intérêt que les gens portent à mon travail et à celui des dessinateurs avec qui je collabore. Pour autant, j’essaie de ne pas prendre ces différents succès comme acquis, mais plutôt de transformer en moteur pour ma création. De plus, je n’ai pas le sentiment de concevoir des récits “commerciaux”. Saga parle de la parentalité au cœur d’un space opera qui explore des univers visuels variés, ce n’est pas pour ainsi dire un pitch sensé toucher un vaste public à la base. Il en va de même pour Paper Girls : lorsque je me suis lancé sur ce projet, je me demandais bien qui serait intéressé par l’histoire d’une bande de filles qui livrent des journaux. Pourtant, l’une comme l’autre de ces séries a réussi à trouver son public, ce qui me pousse à continuer sur cette lancée.

Fiona, vous n’en êtes pas à vos débuts en tant que dessinatrice, mais c’est la première fois que vous recevez autant de récompenses pour pour l’un de vos travaux. Qu’est-ce que cela vous a fait?

Fiona : A vrai dire, je commence à peine à m’y habituer, mais cela reste toujours une belle surprise à chaque nouveau succès ! Saga à prit une place très importante dans ma vie d’artiste, c’est une histoire avec laquelle j’ai une réelle alchimie depuis le début et que je prends comme un véritable challenge dans ma carrière. Je me suis énormément investie dedans et aujourd’hui je suis vraiment contente de voir à quel point nos lecteurs sont enthousiastes !

Quels sont vos projets pour l’avenir ; souhaitez-vous continuer à évoluer dans l’univers du comics américains ?

Fiona : Je pense que je ne m’éloignerais jamais définitivement du monde du comics, car c’est une passion pour moi et que je ne peux pas m’en passer. Cependant, j’aimerais beaucoup découvrir de nouvelles choses, notamment l’univers du livre pour enfant.

Vous avez, tous les deux montré, que vous étiez de auteurs de comics talentueux : est-ce que vous aimeriez vous attaquer à d’autre médium pour des projets futurs, comme l’animation ou le jeux vidéo?

Brian : Ce pourrait être intéressant, en effet ! Beaucoup de personnes nous ont déjà fait part de leur intérêt pour une adaptation en film ou en série de Saga, et c’est une option à laquelle je ne suis pas fermé. Même si le comics reste malgré tout le médium le plus important pour moi : on y est beaucoup plus libre. L’industrie du cinéma et de la série TV est très différent, plus compliqué aussi. Concernant le jeu-vidéo, c’est quelque chose que je n’ai pas encore eu l’occasion de faire, mais qui pourrait être très intéressant. Surtout avec certains types de jeux narratifs, à l’image des productions de Telltail. Mais, c’est plutôt Fiona qui joue le plus aux jeux vidéos ! Je ne suis pas un grand gamer pour ma part !

Crédit : Urban Comics

Partager