Narcos saison 2 : Une saison bien ficelée (critique bilan)

0

narcos-saison-2-bilan-une-saison-bien-ficelée-critique-image-une
4.5

Retour sur la saison 2 bien ficelée de la série Narcos qui se termine comme on pouvait s’y attendre avec la chute de Pablo Escobar.

Au début du mois, Netflix lançait la saison 2 de sa série Narcos qui retrace la vie et les méfaits de Pablo Escobar, célèbre baron de la drogue colombien. Alors que la saison 1 retraçait lentement l’ascension du narco-trafiquant le plus célèbre de la planète, la seconde saison, supervisé par Eric Newman, montrait sa chute avec brio et plus de rythme.

Les premiers épisodes de cette saison 2 étaient plutôt prometteurs et rattrapaient une première saison un peu bancale, même si elle était intéressante. La saison 2 est plus recentrée sur Escobar et sur sa cavale. En parallèle, on suit le trafic des cartels de Cali alors que celui de Medellín est en perte de vitesse. Pendant ce temps, la DEA et les autorités Colombiennes font tout pour attraper Escobar. Un Escobar incarné avec nuances et justesse par Wagner Moura, complètement imprégné par le rôle.

Réalité fictionnée mais bonne dramatisation

narcos-saison-2-une-saison-2-bien-ficelee-critique-bilan-pablo-tataNarcos n’est pas un documentaire. C’est une fiction, certes basée sur des faits et des gens réels, mais son but est de divertir. Il ne faut donc pas s’attendre à ce que tout soit exactement véridique. Il ne faut pas tout prendre au pied de la lettre puisque beaucoup d’éléments sont fictifs ou arrangés pour créer du drame. La réalité est romancée et Pablo semble même sympathique par moment.

En effet, Ce que la série arrive à faire, c’est faire en sorte que le public ait un semblant de sympathie pour cet homme qui était un monstre. Il a fait tuer des centaines de personnes, perpétré des attentats odieux et terrorisé tout un gouvernement. Alors qu’on devrait le détester pour ses actes meurtriers et la drogue qu’il a répandu, on ressent un semblant de pitié pour lui quand on le voit avec sa famille. On se rend compte qu’au fond, ce n’était qu’un être humain. Un être humain qui se prenait pour dieu mais un être humain quand même. Aussi atroce qu’il était, le personnage était fascinant. Il était aussi intéressant de voir sa famille qui, quoi qu’il faisait, était derrière lui. Sa mère, sa femme et ses enfants étaient ses points faibles et lui ont fait tomber sa garde.

Des histoires personnelles mieux dosées

Aussi, Murphy et sa vie personnelle ont moins de place dans la série, ce qui est une bonne chose parce qu’au final, le personnage n’est pas le plus intéressant. Ceux qu’on veut suivre, c’est Escobar et sa famille, pas Murphy. C’était une des erreurs de la saison 1, qui a été rectifiée ici. Il a toujours sa vie personnelle, il est toujours la voix-off et Murphy reste un élément important de l’histoire, parce qu’il a aidé à stopper Escobar, mais les scénaristes ont pris plus de recul avec ce dernier. Aussi, Peña incarné par un Pedro Pascal très bon, est beaucoup plus mis en avant, ce qui fut un bon moyen d’en découvrir encore plus sur ce personnage pris entre deux feux. Encore une fois, les scénaristes ont joué sur leurs forces et Pascal en fait partie.

narcos-saison-2-une-saison-2-bien-ficelee-critique-bilan-murphy-pena

Comme pointé dans la critique des premiers épisodes, ce qui compte, ce n’est pas le résultat qu’on connait déjà, c’est le chemin pour y parvenir. Les scénaristes ont réussi à bien boucler leur histoire et surtout la resserrer. Les bons points de la saison 1 sont restés en saison 2, comme les véritables images d’archives ou encore la mise en abîme de José Padhilla et son approche cinématographique en saison 1, ont très bien été utilisés dans cette seconde saison. Le résultat est payant et la série, même si tout n’est pas véridique, est une oeuvre de fiction bien ficelée et pleine d’action.

La suite mise en place

narcos-saison-2-une-saison-2-bien-ficelee-critique-bilan-orejuelaEn ce qui concerne l’histoire d’Escobar, elle est bouclée mais sa famille est toujours là. Il est donc possible que la série joue dessus. Alors qu’on pensait que la série se terminerait avec la mort d’Escobar, Netflix ne s’arrête pas là puisque Narcos a reçu un renouvellement de 2 saisons supplémentaires. Des saisons qui devraient continuer à explorer les cartels colombiens et en particulier celui de Cali, avec le méchant Gilberto Rodriguez Orejuela qui prend le relais du roi des narcos.

La fin de la saison installe bien cette prise de pouvoir. Ce qu’on peut redouter pour la suite, c’est que Moura risque de laisser un grand vide puisqu’il portait vraiment la série. Il sera difficile de faire sans lui, mais si les scénaristes arrivent à créer une histoire solide, il n’y a pas de raisons pour que ça ne continue pas dans la même veine.

Narcos est disponible sur Netflix.

Crédits ©Netflix

Partager