Spécial 11 Septembre : Les Tours s’effondrent aussi au Cinéma

0

le 11septembre au cinéma

Revivre le Passé

Pour ressentir l’émotion, il faut la vivre. Et pour l’expérimenter, quoi de mieux que de plonger le spectateur dans les méandres de cette tragédie ? Deux films états-uniens, sortis en 2006, prennent à bras le corps le sujet.

world-trade-centre-world-trade-center-poster-1World Trade Center d’Oliver Stone et Vol 93 de Paul Greengrass se sont en effet attaqués de front à la représentation du 11 septembre. Le succès n’est pas au rendez-vous pour ces deux films, mais ils ont le mérite d’évoquer le sujet sans misérabilisme.

World Trade Center met en avant le courage des policiers qui ont payé un lourd tribut pour venir en aide aux rescapés. Nicolas Cage et son acolyte Michael Pena, deux policiers de New York, sont ensevelis sous les décombres des tours. Oliver Stone met en exergue ici une tragédie où la bravoure et l’émotion ne cesse de graviter autour de l’image de l’Amérique post-09/11.

Le réalisateur lève le voile sur ce qui n’a pu être montré jusqu’alors : la détresse, la catastrophe de l’intérieur. On entend les déflagrations, la claustrophobie nous guette et on se sent pris au piège comme ces deux héros. Près de 10 % des personnes tuées le 11 septembre 2001 étaient des pompiers et policiers…

Bande Annonce



Pour rappel, le 11 septembre 2001, quatre avions ont été détournés par des terroristes dans le but de frapper le cœur des États-Unis : New York et Washington. Trois atteindront leur cible, pas le vol 93. Avec le film Vol 93, on est en plein cauchemar. Paul Greengrass se hisse à la hauteur de son sujet, soit la tragédie héroïque des passagers du fameux vol United 93, retracée en temps réel. Le récit est ici centré sur des anonymes. Ça peut être vous, moi… Il s’agit de montrer la brutalité de l’événement. Et surtout le courage des passagers. Tenus au courant par téléphone portable des attaques contre le World Trade Center à New York, ils ont décidé de sacrifier leurs vies pour que les desseins des terroristes ne se réalisent pas. Cette vision troublante et intime nous prend aux tripes et nous laisse impuissants devant l’écran noir faisant basculer le destin de ces messieurs tout le monde et de tout un pays.

Partager