Lesbienne et série : pourquoi ça ne fait pas bon ménage ?

14

dossier brain damaged pourquoi tue ton les gays et lesbien

Depuis la mort très controversée de Lexa dans The 100, la question de la représentation des lesbiennes dans les séries revient sur le devant de la scène. Le Cerveau se penche donc sur cette polémique qui secoue les réseaux sociaux dernièrement.

Même si les lesbiennes sont présentes plus fréquemment dans nos chères séries télévisées, on remarque que les personnages ne sont que trop rarement développés. En seulement trois mois, l’année 2016 a déjà vu huit lesbiennes mourir dans des séries télévisées, dont les morts controversées de Lexa (The 100) et Denise (The Walking Dead) récemment. On peut donc se poser la question : pourquoi les lesbiennes sont-elles aussi mal représentées dans les séries télévisées ?

Une problématique aussi vieille que les séries TV !

Clexa-the-100-1453479866La première lesbienne a avoir été tué dans une série remonte à 1976, dans Executive Suite où Julie, alors qu’elle poursuivait la femme qu’elle aimait, a été renversée par une voiture. Et depuis 1976, c’est un total de 147 personnages féminins lesbiens ou bisexuels qui ont été victimes de leurs showrunners. Et ce phénomène est de plus en plus récurrent. Alors qu’en 2012, on déplore huit personnages décédés, en 2015 c’est un total de 24 lesbiennes, victimes de ce trope que l’on appelle The Dead Lesbian ou Bury Your Gays.

Un public LGBTQ qui se sent manipulé

Il est vrai que les représentations LGBTQ dans les séries télévisées ne sont que trop rarement développées. Bien souvent, les showrunners donnent beaucoup d’espoir à cette communauté en créant des personnages forts et intéressants à suivre, ce qui leur rapporte de l’audience et va entre autre permettre de renouveler une série, puisque la communauté LGBTQ représente un nombre conséquent de téléspectateurs et est très active sur les réseaux sociaux.

Mais lorsqu’un personnage LGBTQ est supprimé d’une série, c’est un sentiment d’abandon et de trahison qui saisit les fans. Dans un article, Variety rappelle les règles majeures pour réussir une série télévisée, dont celle-ci : “ne trompe pas les fans ou ne leur donne pas de faux espoirs”. Être trompé, spolié (et pas au sens spoiler… ) c’est exactement ce que ressentent les fans après la mort d’un personnage important, comme le prouve le tweet ci-dessous, qui résume le sentiment général de la communauté LGBT :

dossier-queer-baiting-tweet

Seulement, ce que n’imaginent pas forcément les showrunners en agissant ainsi, ce sont les conséquences et l’impact que cela engendre, comme une perte d’audience et de fans. Par exemple, dès le lendemain de l’épisode de The 100 “Thirteen”, où Lexa a été tuée, Jason Rothenberg a perdu plus de 10 000 followers sur Twitter.

dossier-queer-baiting-Jason-Rothenberg

De plus, les audiences de The 100 ont chuté de 1.39 millions de téléspectateurs à 1.25 millions pour le huitième épisode, après la mort de Lexa. Les showrunners doivent comprendre que, face à une représentation LGBTQ aussi faible à la télévision et un taux de décès chez ces personnages aussi haut, tuer un personnage lesbien comme Lexa ou Denise affecte énormément cette communauté dans leur audience, communauté qui se sent délaissée et surtout très mal représentée systématiquement dans les série. Lexa aura été la goutte d’eau qui donne un peu plus de visibilité à un problème à l’écran que peu discuté ou mis en avant tant sur la toile que dans les médias.

Une question d’égalité et de soutien

Il est connu que les séries télévisées sont très regardées par les adolescents ou les jeunes adultes. À cet âge, la question de la sexualité peut être un problème. Malgré une société qui paraît de plus en plus tolérante, il reste tout de même difficile pour une personne LGBTQ de s’assumer. Hors, les séries télévisées devraient offrir un certain réconfort en représentant cette communauté de manière à encourager ceux qui se sentent « différent » à être eux même dans la société, en particulier les lesbiennes qui sont encore moins présentes dans les séries que les gays. Mais ce n’est absolument pas le cas.

Le trope télévisuel Bury Your Gays prouve que cette représentation n’est pas la bonne. Pour ces personnages, pas de happy-ending, pas de longues relations amoureuses, et sont rarement en position de force ou de pouvoir. Même s’il y a des exceptions comme Steph et Lena dans The Fosters, ces dernières sont bien trop rares et restent des cas isolés. Il est difficile de s’identifier à un personnage qui meurt au bout de deux saisons et qui n’est pas réellement développé par les showrunners de la série. Ce qui manque actuellement dans le paysage télévisuel, c’est une multiplication des représentations positives auxquelles les lesbiennes peuvent s’identifier. En gros aujourd’hui, tu peux être un personnage principal ou secondaire Bi ou Lesbien à la TV, avoir un travail cool, comme Callie ou Arizona dans Grey’s Anatomy, chirurgien ce n’est pas rien,  mais être en couple stable, c’est trop demander…. Ce qu’on note c’est que le verre n’a jamais été plein pour les femmes gay à la TV, si elles ont une position forte, elle ne peuvent pas être dans une position personnelle stable, et vice versa… A croire qu’elles sont interdite de stabilité, comme si leur orientation sexuelles forçait une instabilité quelconque à en croire les femmes dépeintes dans les séries…

tara and willow

Vitrine du Monde

La télévision doit se rendre compte qu’elle a un devoir, celui de représenter de manière égale toutes les différences de l’être humain, y compris les différentes sexualités, surtout quand la société n’assume pas encore la diversité, encore moins sexuelle. La télévision doit être le porte-parole des minorités, dans un processus d’égalité, et les représenter comme il se doit, avec respect et attention. Pas seulement pour avoir une hausse d’audience sur une saison ou deux. Si certaines minorité ethniques commencent à s’imposer en télévision loin des stéréotypes raciaux qui leur étaient collés à l’écran (comme Ugly Betty, Black-ish, Jane the Virgin, Devious Maids) et les dépeignant comme tout un chacun, avec leurs vies, leurs amours et leur problèmes, pour les gay et lesbienne, il y a encore du chemin à faire.

D’après les dernières statistiques de GLAAD (Alliance Gay et Lesbienne contre la Diffamation), parmi les 884 personnages principaux à la télévision, seulement 4% (35 personnages) sont LGBTQ. De plus, il est fort probable que la plupart d’entre eux soient des hommes homosexuels, ce qui rendait le personnage de Lexa dans The 100 encore plus important aux yeux des jeunes fans en quête de rôle auquel s’identifier.

Une communauté soudée qui se fait entendre

En répolgbt-fans-deserve-betternse à ce queer-baiting, c’est à dire attirer l’audience par des personnages gay auxquels des spectateurs gays vont forcément s’attacher, les fans de séries se sont rassemblés pour faire entendre leur mécontentement. Sur Twitter, en particulier, le #LGBTfansdeservebetter était en TT Monde tout au long de la semaine qui a suivi la mort de Lexa. Mais la mobilisation ne s’est pas arrêté à un simple hashtag. Les fans ont décidé d’utiliser toute cette rage et cette déception pour la bonne cause avec une campagne de levée de fonds pour l’association The Trevor Project, qui travaille sur la prévention du suicide chez les jeunes LGBTQ.

Et le résultat est impressionant : plus de 60 000 dollars ont déjà été récoltés, et les dons ne s’arrêtent pas. Pour mobiliser un maximum de personnes, deux sites internets ont été mis en ligne (http://www.lgbtfansdeservebetter.com/ et http://wedeservedbetter.com/) par les fans de The 100 pour relayer la campagne et les informations concernant le phénomène du queer-baiting.

Face à une telle pression des internautes et des médias, le showrunner de The 100, Jason Rothenberg, a de nouveau réagi à la polémique dans une longue lettre adressée aux fans de la série. Il y explique comprendre les réactions qui ont suivi la mort de Lexa, mais ne s’excuse aucunement de ses choix. Il n’est pas sûre que cette tentative d’apaisement soit un réel succès, car le message des fans est très clair depuis le début de cette rébellion connectée : ils ne cautionnent plus ce trope télévisuel devenu trop récurrent. Il est temps que la télévision prenne réellement en compte la communauté LGBTQ, au risque de subir les foudres des téléspectateurs et des internautes, plus agacés que jamais par la situation.

Pour prendre conscience de l’ampleur du phénomène, le Cerveau vous laisse découvrir une vidéo qui reprend les morts de personnages LGBTQ dans les séries, avec le témoignage touchant d’un jeune homme en fond sonore (des sous-titres sont disponibles en anglais)

Crédit photo : Droits réservés

Partager

  • Thomas

    C’est dommages, car pour le coup la mort de Lexa n’a rien à voir avec la communauté LGBT, et le créateur de the 100 n’a aucune raison de s’excuser, c’est plutôt aux fans de le remercier : il a réussi à la faire rester le temps de 7 épisodes alors qu’elle était déjà engagée sur une autre serie. Il a utilisé le personnage autant qu’il pouvait alors qu’il aurait simplement pu la faire tuer des l’épisode 1 dans la mesure où il savait qu’elle ne ferait pas la saison complete. Les fans se sont jetés sur lui sans s’informer, c’est bien le problème des séries regardées majoritairement par des ados. Sa mort était mal réalisée, mais n’a aucune rapport avec toutes ces polémiques. Celle de Denise dans Walking Dead est d’avantages discutable.

    • Emilie

      Sauf que faut pas oublier d’autres choses. JRoth et son équipe ont misé sur le Clexa. Il a sans cesse posté des BTS avec les actrices, il y a eu des fausses fuites de scènes Clexa, ses auteurs sonsllé sur les tag Clexa dans les reseaux sociaux ou ils ont même dit a une fan qui bien avant la saison 3 disait avoir peur que Lexa meurt « qu’elle devait avoir confiance en eux ». Oui il mérite ce traitement car au dela de la série, il a utilisé le fandom pour sa pub. Et non il a pas cherché a s’excuser, il a juste cherché a justifier son choix.

      Et AMC et ADC ont dit qu’un arragament pour qu’elle reste dans les deux séries était possible, il a prit sa décision tout seul.

      Ensuite Lexa n’est que le déclancheur d’un mouvement qui prend racine bien avant sa mort.

      • Thomas

        Je suis d’accord sur une chose, elle est un élément qui rappelle une sinistre tradition.
        Mais c’est peut-être justement parce qu’il savait qu’elle partirait d’ici 7 épisodes qu’il a cherché à la mettre un maximum en avant et a tenté d’exploiter le personne de toutes les façons possibles.Parce que je précise, tu te trompes, l’actrice n’était réellement disponible que 7 épisodes et il lui était impossible d’apparaître dans la suite de la saison 3. Il aurait éventuellement été possible de la faire partir à l’épisode 7 et revenir pour les 7 premiers de la saison 4, mais ça aurait été une mauvaise idée tant elle a pris de l’importance.

  • Jeff

    Ça serait bien d’avoir quelques informations complémentaires pour mettre vos chiffres en perspective. Par exemple de savoir combien de lesbiennes ne sont pas mortes cette année (ou plutôt en 2015, histoire d’avoir un chiffre définitif), pour avoir une idée de la proportion de lesbiennes à ne pas survivre dans les séries, ou de savoir quelle proportion de femmes hétérosexuelles meurent dans les série, afin de pouvoir comparer les deux.

    De la même façon, vous dites «En gros aujourd’hui, tu peux être un personnage principal ou secondaire Bi ou Lesbien à la TV, avoir un travail cool, comme Callie ou Arizona dans Grey’s Anatomy, chirurgien ce n’est pas rien, mais être en couple stable, c’est trop demander….» Mais quid des autres personnages (je pose la question parce que je ne suis pas la série) ? Provoquer des changements dans la vie professionnelle et sentimentale des personnages, ça permet de faire avancer l’histoire et de proposer de nouvelles intrigues, c’est normal dans une série. Est-ce que cette instabilité est réservée aux lesbiennes ?

  • manon

    « LGBTfansdeservebetter »?… Sincèrement, j’attend avec impatience de voir plus de personnages gay bien écrit à l’écran, mais à un moment, je ne vois pas pourquoi un couple gay devrait moins en baver qu’un couple hétéro!

    • Emilie

      C’est une blague j’espère? Tu sais que les personnages gay répresente uniquement 4% des personnages de séries au total? Et que depuis Janvier 2016, il y a déjà 11 personnages LGBT tués, toujours de façon violente. Tu vois un peu la proportion que ca fait? Le probleme c’est que les perso’ LGBT en bave vachement plus vu qu’ils se font tout le temps tuer. Lexa est même pas une goute dans l’océan.

      Les fans LGBT demandent pas a être mieux traité, ils demandant a l’être aussi bien.

      • manon

        Ne me fait pas dire ce que je n’ai pas dit. Bien sur que 4% est un nombre ridicule, bien sur qu’en 2016 la communauté LGBT devrait être largement plus représenté à l’écran!
        Quand je dis « en baverais moins » je ne fait pas référence aux morts, mais simplement aux coups durs que les couples rencontrent dans les séries parce que si tu jette un coup d’œil, peu importe leurs sexualités, les couples heureux ne courent pas les rues.
        Ce qui me gêne, c’est que la mort de Lexa n’est pas plus injuste que celle de n’importe quel autre personnage et que pour moi ça cache le VRAI problème qui est comme tu le dis très bien, le pourcentage de ces morts. Je maintiens qu’il ne faut pas essentiellement moins de mort! Simplement qu’il est temps de développer plus de nouveaux personnages.

  • Sidious

    La communauté LGBT qui se plaint d’être mal représentée dans les séries… qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre…
    La proportion de gays qu’on voit dans les séries est complètement délirante par rapport à la réalité et ce sont quasiment toujours des personnages importants.

    • Emilie

      C’est vrai que 4% c’est énooorme comme pour pourcentage hein. Et c’est vrai que c’est troooooop intéresant de toujours voir les mêmes histoires blanche et hétérosexuelle a la télé. On en a jamais assez.

      • Sidious

        Si, dans ton calcul, tu comptes les figurants ou les personnages qu’on ne voit qu’une ou deux fois, ça peut diluer la proportion et faire 4%.
        Mais si tu te dis qu’une série actuelle doit avoir à peine une quinzaine de personnages importants (dont à peine 6 personnages principaux) et que sur ces 15 personnages il y a au moins 3 gays, ça fait 20%.

        Mais je suppose que c’est plus facile de blâmer les « privilégiés » que de se poser les vraies questions.

  • Emilie

    J’adore comment dès qu’un article sort pour parler du fait qu’une communauté se sent mal représenté al télé ou au cinéma les gens arrivent pour dire :

    - « Oui mais sa mort n’a rien à voir avec ça » (le fait que le perso’ se fasse pas tuer par quelqu’un qui crie ‘crève sale lesbienne’ signifie pas que ça n’a rien à voir, ni que ça n’aura pas le même impact sur les gens),

    - « On en a déjà assez comme ça à la TV » (c’est vrai que 4% et toujours dans des rôles mineur c’est trop),

    - « Pourquoi il devrait y avoir un traitement de faveur » (c’est vrai que demander à ce qu’ils ne meurent pas tous le temps, histoire de pas bouffer les pauvres 4% de perso’ gay, c’est un traitement de faveur).

    Pour le prochain commentaire des gens faisant partie des majorités et qui n’essayent même pas de comprendre ce que d’autres peuvent vivre, je parie sur : « Perso’ quand je regarde une série je ne regarde pas si le perso’ est gay ou pas » (c’est tellement facile de dire ça quand on a 350 personnages qui nous ressemble à la TV).

    • Thomas

      Je trouve que tu prends certains problèmes à l’envers. Le problème n’est justement pas de faire un traitement de faveur aux personnes faisant partie de la communauté LGBT, mais justement de ne pas avoir à en faire, et pour cela il faudra qu’il y en ai d’avantages à l’écran, c’est plutôt pour ça qu’il faudrait réagir et pas pour verrouiller le peu de personnes restantes, parce que même s’ils sont minoritaires, ils ne sont pas tous excellents et très bien écrits . S’il y avait plus de personnages, la mort aurait l’impact de n’importe quelle autre mort et ne toucherait pas une communauté en particulier. C’est sur ça qu’il faudrait travailler.

      Ensuite, certains sont capables de regarder des séries sans faire attention à la sexualité des personnages, tout simplement parce qu’histoires hétéros, gays ou lesbiennes, ça ne les intéresse pas. Ça ne veut pas dire pour autant qu’ils font partie de la « majorité » comme tu dis, mais tout simplement qu’ils s’en foutent de ce genre d’histoires romantiques.

  • Moi

    Je ne veut pas être impolie et manquer de respect à qui que ce sois mais, personne n’a l’aire de comprendre que Lexa est morte pour faire avancer l’intrigue de la serie. Je n’aurais pas vu la serie continuer avec Lexa, parce que la majorité de la série passé l’épisode 12 consistait à trouver un nouveau commandant. Bref, Lexa n’est pas morte parce qu’elle était lesbienne, elle est morte pour faire avancer l’intrigue de la série.

  • Damien

    Je suis entièrement d’accord trop de personnages Gay meurent et n’ont pas le droit au bonheur comme la plupart des couples hétéros dans les séries