Daredevil saison 1 : Belle saison

3

daredevil-affiche-et-photos-bad-ass-une
4.5

Bilan de la magnifique première saison de Daredevil, disponible sur Netflix.

Violente, parfois profonde, très bien écrite et divinement jouée, Daredevil tient les promesses de son pilote. Les 13 épisodes de cette saison 1, disponibles sur Netflix, offrent un divertissement presque parfait pour tous les amateurs de séries télévisées, super-héros et surtout anti-héros.

Magnifique Wilson Fisk

Wilson Fisk Marvel's Daredevil Netflix petit

Daredevil est la série sombre et sérieuse de Marvel. Si elle ne manque pas d’humour et possèdent de très bonnes répliques, les thèmes et personnages sont sombres. Matt Murdock lui-même est un super-héros proche parfois de l’anti-héros. La question du bien et du mal est longtemps posée, sur plusieurs angles. Jusqu’où peut-on aller pour sauver les autres, pour sauver Hell’s Kitchen ? Doit-il tuer ? Comment ne pas devenir ce qu’on cherche à combattre ?

La question du sauvetage de Hell’s Kitchen aussi posée grâce à un magnifique Wilson Fisk, incarné par un Vincent D’Onifrio clairement habité par le personnage. Il rend le grand méchant fascinant tant il est nuancé. Entre homme amoureux si peu à l’aise avec les femmes qu’il en devient presque adorable, petit garçon toujours un peu perdu et grosse brute qui n’hésite pas à décapiter un homme à mains nues, ou presque, il représente presque toutes les facettes de l’humanité. Fisk est d’autant plus fascinant que son but final est finalement le même que Murdock : réhabiliter Hell’s Kitchen. C’est juste sa méthode qui laisse à désirer et une flopée de cadavres, y compris d’innocentes pauvres vieilles dames derrière lui.

Acteurs hors pair

Si D’Onifrio sort ici son épingle du jeu, il n’est pas le seul membre du casting à briller. Charlie Cox incarne parfaitement Matt Murdoch, trouvant toujours la bonne nuance, Quelle que soit la scène, sans jamais en faire trop. Mention aussi à Toby Leonard Moore dans le rôle de James Wesley, le bras droit de Fisk, petit assistant parfait dans sa politesse et froide indifférence. Un homme qui fait froid dans le dos mais qu’on ne peut pas s’empêcher d’apprécier. Autre grande méchante très réussie, Madame Gao. Si Daredevil est si sombre, c’est surtout car la série vaut le détour grâce à ses méchants machiavéliques dont les plans fonctionnent qu’un peu trop bien, surtout quand c’est les uns contre les autres. (R.I.P Les russes et Nabo).

Daredevil est souvent très violente, et n’épargne pas le téléspectateur. Cependant, ce n’est jamais gratuit. Même l’ultra-violence à un but, souvent pour montrer une facette inattendue d’un personnage, comme dans la confrontation entre Karen et Wesley. La série laisse aussi très souvent place à l’imagination, utilisant avec brio les scènes en hors-champs et autres suggestions, demandant aux spectateurs de remplir les blancs avec sa propre imagination, souvent pire que ce qu’un réalisateur quelconque aurait pu montrer.

Daredevil : des alliances se forment (photos)

Petits défauts

daredevil-date-affiche-animee-et-image

L’un des rares défauts de Daredevil est que Steven S. DeKnight (le showrunner) a cependant parfois oublié qu’il supervisait une série destinée au binge-watching. Ainsi, il peut y avoir parfois une sensation de répétitions dans les scènes de combats. Si elles sont parfaitement chorégraphiées, on retrouve que trop souvent les mêmes cascades. Si cela passe dans une série où on voit un épisode par semaine, cela devient trop évident quand on les enchaîne. Ce problème se retrouve aussi dans le rythme de certaines intrigues secondaires, en particulier avec les liens qui se forment entre les divers personnages. Ils semblent en effet que l’amitié parfois amoureuse entre Karen et Foggy, ou l’histoire d’amour entre Wilson Fisk et Vanessa soient très rapides, voire trop rapides pour être crédibles. Les périodes de deuil semble aussi un peu surfaîtes, quand ils perdent des personnages qu’on a l’impression ils n’ont connu qu’une poignée d’heures.

Malgré cela, Daredevil est une série à ne pas rater. Pensez juste à réserver 12 heures de votre temps car il est presque impossible de s’arrêter. De plus, la série se termine de manière où on ne peut qu’attendre une seconde saison, ne serait-ce que pour voir les aventures de Daredevil, maintenant qu’il a pris son nom, et découvrir le secret de Karen Page. Ou comment Fisk va réussir à s’en sortir.

Crédits Images : ©Marvel

Mots-clefs,

Partager

  • Tristan Recasens

    Super article les gars ! Et je suis tout a fait d’accord en plus x)

  • Xoooby

    Que du vrai dans cet article, autant passionné par ce nouveau héro que par ce « crazy enfoiré » de Fisk magnifiquement joué par Vincent D’Onofrio. Petit bémol de fin de saison, le costume un peu loufoque qui ne m’emballe pas. Vivement la saison 2 tout d’même !

  • isaacV

    Moi j’ai trouvé ça nul, chiant, cliché, vu et revu…et surtout j’ai vraiment trouvé que D’Onofrio jouait comme une patate…sa voix est juste insupportable.