Wolf-Man tome 4 : conclusion réussie

2

wolf-man tome 4 critique
4.0

Critique du quatrième et dernier tome de Wolf-Man, en librairie chez Glénat Comics le 4 juillet.

En choisissant comme série phare, pour son lancement, la saga de Robert Kirkman Wolf-Man, Glénat Comics a eu une très bonne initiative, permettant au public français de connaître la série. Très bien écrite, autour d’un héros charismatique, on garde le même plaisir qu’avec les volumes précédents. Le trait de Jason Howard épate toujours autant. Avec des dessins colorés et bien vivants, l’artiste continue à captiver.

Synopsis

Evadé de prison et enfin innocenté du meurtre de sa femme, Gary Hampton, alias Wolf-Man, demeure pourtant le centre de toutes les convoitises. Pour le compte de l’Agence de Défense Globale, il doit déjouer les sombres desseins du machiavélique Faciès, alors que pèse sur lui la menace de la tribu des anciens loups-garous et que Zachariah, devenu sa némésis, rôde toujours. Heureusement, pour le seconder dans son combat pour le bien et la justice, Wolf-Man va bénéficier d’une aide inattendue : Vampire-Girl…

Dynamique familiale

L’un des défauts de Wolf-Man, pour ses deux premiers tomes, était le manque d’exposition de la famille de Gary Hampton à laquelle on avait du mal à s’attacher. C’est désormais terminé avec un rôle donné à sa fille, transformée en vampire par Zachariah. Devenue Vampire-Girl, elle rejoint son père au combat, dans ses luttes contre Zachariah puis contre le Doyen des loups-garous. La dynamique père/fille échappe de cette manière au syndrome Kim Bauer.

Un rythme  narratif travaillé efficace

Le storytelling du dernier tome de la série, rapide et efficace, est toujours aussi bien maîtrisé par Robert Kirkman. On enchaîne les péripéties sans jamais s’ennuyer. Le cliffhanger de fin de série est d’ailleurs très réussi. Semé au cours de ces ultimes épisodes, il n’a pas vocation à être résolu, la série étant terminée. Il est seulement le cadre dans lequel Wolf-Man pourra évoluer dans un avenir qu’on imagine, une conclusion ouverte. Car ici ce n’est pas un vrai cliffhanger, plutôt une ouverture, un appel à l’imagination.

Une série fraîche et innovante

Le quatrième volume conclut donc avec succès une série qui, si elle n’est pas le chef-d’œuvre absolu de Robert Kirkman, est l’un de ses travaux les plus intéressants pour celui qui s’intéresse à l’univers des comics. Croisement avec la littérature fantastique d’horreur, Wolf-Man est une lecture conseillée pour ceux qui cherchent une œuvre fraîche, innovante et veulent passer un bon moment avec un achat qu’ils ne regretteront pas.
Crédits photo ©Glénat Comics

Partager

  • Très bonne série qui n’a pas eu le succès qu’elle mérite aux USA, j’ai fait la review des premiers numéros sur mon blog, mais je trouve qu’on voit que la fin était du fait de l’éditeur plutôt que du scénariste, ça sent le travail forcé.

  • Ho il n’y as que 4 volumes ?! C’est plutôt une bonne nouvelle (enfin pour moi) je voulais pas me lancer dans une série qui n’en finirais pas, alors j’étais passer à coté, mais si il n’y en à que 4 je vais me les procurer rapidement !

    Bonne article au passage :) !