Saison 2012/2013 : le guide des pilotes

0

guide pilote des séries

La saison 2012/2013 se prépare déjà. Le Cerveau vous propose une revue des séries que les principales chaînes US nous préparent pour la rentrée.

Cette année, on a dit au revoir à Chuck. Desperate Housewives et House feront leurs adieux au mois de mai. D’autres annulations vont suivre d’ici la fin de la saison, sans parler des échecs de cette saison déjà oubliés comme Charlie’s Angels. C’est pourquoi les 5 principales chaînes US doivent proposer de nouveaux programmes et des nouvelles séries à leurs téléspectateurs. Et en cette saison, elles vont se battre pour acheter et commander ce qu’il y a de meilleur dans les nouveaux projets. Toutes les séries présentes dans ce dossier ne seront pas sélectionnées pour gracier nos jolis petits écrans, certaines ne dépasseront jamais le stade du pilote. Pour savoir ce qu’on verra l’an prochain, il faut attendre les up/front du mois de mai, le moment où les chaînes annoncent leur grille de programmes de rentrée.

Mais avant ce tour d’horizon des projets de séries, le Cerveau vous propose un petit voyage guidé dans la fabrication d’une série.

La création d’une série.

Une série télévisée, a comme toute chose, d’abord était quelque chose de toute petit et même parfois minuscule. Dans le cas d’une série, c’est un pitch, parmi des milliers sur le bureau d’une société de production. Le pitch peut aller d’une ligne de texte toute petite jusqu’à un roman entier. Friends, par exemple tenait en une ligne: « 6 jeunes amis vivent à New York ». Les chaînes les regardent de près et en sélectionnent une centaine et exigent de voir un descriptif complet du projet, le plus souvent appelé par la suite la bible de la série.

Une fois qu’ils ont fait semblant de lire cette centaine de projets (semblant parce que quand le pitch est proposé par J.J Abrams, par exemple les chaînes ont tendances à y aller les yeux fermés, ce qui n’est pas forcement une bonne idée, comme on l’a vu avec Undercovers), chaque chaîne en sélectionne une grosse vingtaine, parfois plus, parfois moins selon les besoins de la chaîne pour tourner un pilote, parfois avec des budgets pharaoniques. Les pilotes que le Cerveau présente en ce moment proviennent de cette sélection là.

Mais, comme déjà vu, toutes n’arriveront pas sur les chaînes. Le pilote tourné, il est présenté au directeur de chaîne, ainsi qu’à un public test, qui donne leur avis. Le pire étant « Merci d’avoir joué mais non, on ne garde pas, on se revoit la saison prochaine si vous avez un nouveau projet. » Le meilleur étant « c’est parfait, on garde, faites nous une saison de 22 épisodes ». La commande directe de 22 épisodes est extrêmement rare la chaîne préfère généralement la prudence et n’en commande que 8 et ce pour, en moyenne une seule demi-douzaine des pilotes présentés. De plus, selon les réactions du public, des changements sont parfois exigés, y compris parmi les acteurs, un trait de caractère d’un personnage ou un point de scénario ou un élément de décor. D’où, parfois, de légères différences entre un épisode pilote et le reste de la série.

Autrefois, quand il avait de l’argent, les chaînes ne se contentaient pas de ce pilote comme premier épisode de la série. Ils demandaient de retourner les épisodes complètements avec les changements exigés. Aujourd’hui, il y a de moins en moins d’argent dans les caisses donc les chaînes ne s’embarrassent pas de ces petits détails mesquins qui peuvent rompre la continuité de la série. Au mieux, ils permettent de retourner quelques scènes, si les changements sont trop importants à assumer dans le second épisode de la série.

L’un des exemples les plus récents de ce procédé est pour la série de ABC, Castle. Dans l’épisode pilote, on voit un personnage de détective plutôt présent à l’écran, mais qui n’a que peu de dialogues, comme un cinquième flic fantôme du quatuor, un cinquième membre qui n’apparaitra plus dans la série plus tard, interprété par Colby French. La chaîne n’a tout simplement pas aimé ni l’acteur ni le personnage, et il a été remplacé par Seamus Dever dans le rôle de Kevin Ryan. Ils n’ont retourné que les scènes où ce quatrième inspecteur avait un texte important où le personnage était dessiné. Ils n’ont gardé que les scènes où French joue à la plante verte et la présence, ou non, de Ryan était négligeable. En regardant attentivement, on peut donc remarquer que les deux acteurs ne sont jamais ensemble à l’écran. Et pour cause, ils ont tourné leurs scènes à un an d’intervalle.

La série est ensuite présentée au public, lors de la rentrée de septembre. Et là, c’est la loi des audiences qui règne. Et, par chaîne, toujours en moyenne, seules deux séries reviendront pour jouer une saison deux.

Dur, dur d’être une série.

La rédaction
Mots-clefs, , , , ,

Partager