Festival International du Film de Toronto 36è édition

4

La 36ème édition du Festival International du film de Toronto vient de s’achever ce dimanche. Brain Damaged prend le temps de décrypter ce qui y a été présenté, ses gagnants, et, en seconde page, une sélection de films qui ont marqué cet évènement.

Le Festival du Film de Toronto, TIFF, est traditionnellement un évènement clé pour les Oscars car il est très suivi par les médias Outre-Atlantique. Mais contrairement aux festivals de Cannes et de Berlin, il n’accorde pas de prix du jury et reste très peu suivi en Europe.  Cet évènement reste peu connu en France, qui a le mérite d’être le pays qui accueille le plus grand Festival du Film au monde à Cannes.

 

LE GRAND PRIX DU PUBLIC : Nadine LABAKI sait maintenant où elle va.

Pour clôturer ce festival, le film Et maintenant on va où de Nadine Labaki, racontant la détermination d’un groupe de femmes à protéger leur village des menaces extérieures d’un pays déchiré par la guerre, a gagné ce dimanche le Prix du Public.

Ce film poignant revient sur ces femmes qui essaient de protéger leurs familles contre la violence et le chagrin en distrayant, avec ingéniosité, les hommes de leur village. Parmi les multiples stratagèmes, elles orchestrent la tromperie des hommes avec des danseuses ukrainiennes ou leurs servent des gâteaux au haschich lors d’une soirée dansante. Portrait  d’une communauté féminine déchirée par la guerre, Et Maintenant on va où qui avait déjà été présenté à Cannes dans la section « Un certain regard » en mai dernier, suit le succès fulgurant du premier film de sa réalisatrice sorti en 2007 :  Caramel.

Avec la distinction la plus convoitée de cet évènement, Et Maintenant on va où va permettre à la réalisatrice libanaise, Nadine Labaki, de faire parler de son film de la même manière du Discour d’un Roi de Tom Hooper qui lui aussi a reçu cette récompense du jury du festival. Un prix promettant un buzz qui lui permettra peut être au même titre que Le Discours d’un Roi de rentrer dans la course aux Oscars (bande annonce ici).

On retiendra tout de même une autre récompense amplement méritée pour le meilleur documentaire. The Island President, de Jon Shenk, repart lui aussi avec une distinction de taille pour son genre. Ce documentaire suit Mohammed Nasheed, président des Maldives, qui mène un combat singulier contre le changement climatique.

 

UN AUTRE MARCHE DU FILM

TIFF, c’est aussi comme Cannes, un marché du film, ou les organismes de distributions de films du monde entier se retrouvent pour acquérir les droits de diffusion de longs métrages finalisés ou en productions.

Avec près de 4.000 acheteurs, qui ont suivi le festival cette année, 20 % de plus que l’an dernier, les studios et les distributeurs vont pouvoir renouveler leurs stocks. Plus de 35 films ont été vendus pour leurs distributions à l’international. Les organisateurs s’attendent à ce que de nouvelles ventes soient annoncées dans les prochains jours. « Bien que le marché reste prudent, les acheteurs ont trouvé un grand choix de films à Toronto », a indiqué le co-directeur du festival, Cameron Bailey, à la presse. Cette grosse industrie du cinéma ne connait décidemment pas la crise.

Les principales acquisitions qui ont marqué ce festival sont Shame, Trishna, Wuthering HeightsKiller JoeThe LadyGoon, God Bless America,EllesYour Sister’s SisterInto the Abyss et Sarah Palin — You Betcha!.

Partager

  • « Le dernier roi d’Ecosse », c’est de Kevin McDonald et non pas de Tom Hooper :)

    • mince, c’est pas du dernier roi d’ecosse dont je parlais… mais de king’s speech… mon cerveau fait des association de titre assez flippantes, parfois… My bad, je corrige ;)

  • Gwada

    il est vraiment vraiment bien foutu ce site! j’adore!