Doctor Who Saison 8 : la série perd-elle son âme ? (bilan)

56

2.5

Bilan d’une saison fondamentalement différente de Doctor Who, une saison presque sans âme. Spoilers

Samedi soir était diffusé le dernier épisode de la saison 8 de Doctor Who. Un épisode concluant une intrigue en deux parties qui réintroduisait un personnage mythique de l’univers de la série : le Maître, enfin la maîtresse, ou Missy. L’occasion de revenir sur une saison radicalement différente de ce que l’on a connu de Doctor Who depuis son arrivée sur les écrans britanniques en 2005. Une saison qui en aura déçu certains, ravis d’autres, mais qui sans conteste a changé l’univers de la série, pour le meilleur mais aussi pour le pire.

La saison qui change tout

Doctor-Who-Season-8-Listen-Peter-CapaldiUn changement bien au-delà du ton voulu pour ce nouveau Docteur, incarné avec beaucoup de classe par Peter Capaldi. Un changement qui a transformé la série comme le voulait Steven Moffat. Pourtant la saison 8 semblait offrir renouveau et fraîcheur avec son premier épisode, mais au final, on s’éloigne radicalement de ce qui a fait de cette série un plébicite de cette décénnie télévisuelle.

Pourtant ce changement était inévitable et prévisible depuis sa saison 7. Un Docteur plus vieux, plus sage, lunatique, plus bougon et versatile, comme une espèce de savant fou. Une évolution logique des bases narratives posées par le showrunner de la série depuis son arrivée à sa tête, pour des intrigues plus personnelles et « psychologiques » de ce personnage télévisé vieux de 50 ans. Et un renversement radical de son histoire, celle qui a fait de lui une légende.

La dualité du Docteur

Le Docteur, version Capaldi, allait bien évidemment jouer sur deux tableaux : celui du sauveur mais aussi celui de l’homme égocentrique presque misanthrope. Une thématique évidente et récurrente depuis A good Man Goes to War (saison 6) ou la réincarnation du Docteur en « Warrior », que Steven Moffat a choisi de filer encore cette saison. Le Docteur est-il un militaire ou un bienfaiteur ? A-t-il le droit de choisir qui doit vivre ou mourir ?  Toujours les mêmes questions revues sous tous les plans, encore plus dans ce final, où une fois de plus on va le sermonner sur le même sujet. (Merci Danny Pink et Clara… River, Vastra et les autres ne l’ont pas déjà assez fait auparavant). Une thématique poussée au détriment du développement d’autres, aux résolutions bazardées ou faciles.Doctor Who 8x07 - photos

Exemple concret : Comment le maître a-t-il pu se régénérer à nouveau ? Réponse dans ce final en moins de 30 secondes et sans réelle profondeur. Le Maître est revenu parce que le Docteur a sauvé Gallifrey. C’est tout. Comme un cheveu sur la soupe, sans se soucier des conséquences d’une affirmation pareille, et les questions qui en découlent qui n’auront à coup sûr aucune réponse (on vous les épargnera, la liste est longue).

Doctor Who 8x11 photosQuand il n’use pas d’ellipse narrative, Steven Moffat se contente du strict minima, et ce n’est pas la première fois. D’ailleurs le Maître sait que Gallifrey existe. Comment, pourquoi… ? La aussi, il faudra faire sans puisqu’il est décédé dans ce final, presque de la main du Docteur (qui l’aurait épargné 4 saisons plus tôt. Mais ceci est une autre histoire… ). L’épisode spécial 50ème anniversaire souffrait déjà des mêmes maux, rappelons-le.

Plus d’anthologie moins de mythologie

Docteur Who a toujours su proposer des intrigues singulières intéressantes, souvent épiques, pour des aventures extraordinaires tout en permettant un regard critique sur l’humanité. Le propre d’une série de science-fiction digne de ce nom.

Depuis l’avènement de la série au rang de culte international et un budget décuplé grâce à ses audiences phénoménales (encore plus de 5 millions pour ce final), Doctor Who s’est vu subir un lifting visuel qui n’est pas pour déplaire : décors travaillés, réalisation hors normes, monstres plus crédibles… Bref, ça envoie visuellement du lourd et n’a rien à envier aux séries américaines.

doctor-who-the-mummy

Encore plus cette saison avec des épisodes uniques, visuellement très fort. On pense à Listen faisant appel à une peur universelle (on lui excusera la fin, car l’épisode reste dans sa globalité effrayant), à Time Heist, l’Ocean Eleven version whovienne, ou Kill The Moon, l’épisode mettant en vedette Clara, qui enfin, tient tête au Docteur. Flatline et Mommy on the Orient Express (qui nous rappelle aussi un certain épisode à bord du Titanic à Noël) prouve que les scénaristes ont toujours beaucoup d’imagination quand il s’agit de mêler héritage historique et peurs issues de l’inconscient collectif.  Des épisodes qui se concentrent aussi sur Clara, bien trop ignorée la saison dernière, le fantôme des Ponds planant sur elle comme une épée de Damoclès.

Sans âme

Doctor Who 8x11 photosDes épisodes divertissants mais qui manquent cruellement d’un ingrédient majeur dans ce qui a fait le culte de la série : l’émotion. Est-ce que nous assistons à notre transformation discrète en cyberman devant notre téléviseur ? On pourrait se poser la question. Sous l’ère Davis et encore en saison 5, Doctor Who était un hymne à l’émotion, aux rires et aux larmes, à l’attachement, la compassion, l’altruisme. Ce qui a fait le charme et aidé la série à être plébiscitée partout dans le monde, malgré son esthétique kitch et ses monstres en papier mâchés, étaient bien les intrigues profondes et recherchées qui généraient quasi à chaque épisode, de l’émotion. Le Docteur, cet extraterrestre altruiste a subi un lifting, mais pas des meilleurs.

Steven Moffat, ce chirurgien plastique de la narration n’a pas réussi son opération dans sa globalité. Voulant donner une nouvelle perspective plus adulte et plus sombre de la série et conquérir un nouveau public, un peu comme sa vision de Sherlock, le Showrunner change radicalement le ton de la série voire sa nature au point qu’on ne la reconnait que dans les grandes lignes. Et ce malgré un Peter Capaldi au meilleur de sa forme dans un Docteur auquel adhère complétement le spectateur. Même la musique de Murray Gold toujours émouvante jusqu’ici, elle aussi, est dénuée d’émotions avec ses notes et orchestrations mécaniques, trés uniformes, et moins orchestrales.

Doctor Who est presque sans âme, si on ose le dire, favorisant l’image et quelques pointes de fanservice au détriment de l’écriture. Un Tardis, un tournevis sonique et les voyages interstellaires ne suffisent pas pour définir ce culte de la télévision, cette saison 8 le prouve. Doctor Who sans émotion est-elle vraiment Doctor Who ? C’est ce qu’on se demande.

Crédit photos : ©BBC

Partager

  • Zen

    Alors là je ne suis absolument pas d’accord. Il faut arrêter ce Moffat-bashing, parce que là c’est très clairement de ce dont il s’agit : les « fans » (ou plutôt les membres de la secte RTD) ne seront jamais contents tant que S.Moffat n’aura pas quitté son poste de showrunner.
    Une saison sans âme ? C’est une blague j’espère ? « Favorisant l’image et quelques pointes de fanservice au détriment de l’écriture » on croirait rêver ! Sous prétexte que le Docteur ne pleure pas à chaque épisode cette saison est sans émotions ? Capaldi incarne avec brio un Docteur touchant, plus psychédélique que les précédents. Osez donc me dire que la scène finale (SPOIL) quand il découvre que Gallifrey n’est pas à l’emplacement indiqué par Missy n’est pas tout simplement incroyable ? (FIN DU SPOIL). Cette saison est tout simplement un modèle d’écriture ! Il y a bien peu de séries aussi bien écrites de nos jours. Clara a eu droit cette saison à un véritable développement et sa relation avec le Docteur est très bien construite, et c’est ça le cœur même de cette saison, et c’est bien triste si personne ne l’a compris.

    Ce message est long je sais, mais je pense que cet article est réellement un concentré de mauvaise foi, mauvaise foi dont fait d’ailleurs preuve une grande partie du fandom qui à présent ne se résume plus qu’aux détracteurs de Moffat.

    • Flore Janvier

      Je suis d’accord sauf pour le « modèle d’écriture » personnellement je préférais les tirades déjantées de Matt Smith :P

      • Zen

        Moi aussi j’adorais Matt Smith, mais quand je parle de « modèle d’écriture » c’est dans le sens du développement des intrigues et des relations entre les personnages ! :)

        • The Gnou

          Question de gout :) , je préfère Capaldi a Smith. Son coté sombre et irascible donne plus de charisme au personnage et j’ai toujours vu Smith comme un clone de Tennant.

          Concernant l’intrigue je trouve que la série sans que ce soit rédhibitoire, perd en qualité. Depuis deux saisons souvent les épisodes manquent de profondeur, on est dans du sensationnel avec une chute de quelques minutes. Je ne suis pas non plus convaincu par le personnage de Clara mais ils ont peut-être besoin de temps,

          • Zen

            Ton opinion se défend ! :) C’est vrai que Tennant et Smith sont un peu les deux côtés d’une même pièce, différents mais semblables (enfin je me comprends haha), mais de là dire que Smith est un clone de Tennant c’est un peu exagéré quand même.

            Personnellement je ne trouve pas que l’intrigue perde en qualité, j’adore le style de RTD mais Moffat a selon moi un vrai plus : les saisons ont un véritable fil conducteur (à l’exception de la 7ème), contrairement aux 4 premières.
            Pour ce qui est du personnage de Clara…on aime ou on n’aime pas, un peu à la manière de Martha durant l’ère RTD, moi je trouve qu’elle a été très mal introduite la saison dernière mais que les scénaristes se sont vraiment rattrapés cette année.

          • manon

            Je suis d’accord avec toi en de nombreux points! Tennant et Smith ont vraiment apporté chacun leur  »truc » au personnage de même que Capaldi est un très bon docteur à sa manière…

            Pour ce qui est de la saison, je l’ai trouvée un peu étrange, plus tiré par les cheveux que les autres peut-être, il y a eu beaucoup d’informations d’un coup, mais je ne crois pas que Moffat en soit le responsable, je trouve simplement qu’il fournit un travail d’excellente qualité! Je ne comprends pas non plus cet acharnement et puis côté émotions, je crois que ya ce qu’il faut dans les 3 derniers épisodes…

            Quand à Clara, elle est pour moi d’une importance capital et je trouve qu’elle à un regard plus réaliste sur le docteur que les autres compagnons! Je trouve qu’elle à bien méritait le développement de son histoire et puis elle n’a pas eu plus d’importance que les Pond ou Rose… Enfin bref je suis contente de voir que je ne suis pas la seule à trouver injuste cette  »révolte anti-Moffat ».

          • Zen

            Nous sommes donc d’accord, il serait temps d’arrêter cet acharnement injustifié, une série se doit d’évoluer pour perdurer, elle ne peut rester statique ! Il y a quelque temps, les critiques disaient que la série se devait de se renouveler car elle commençait à lasser…maintenant que c’est fait on lui reproche d’être une série sans âme et sans émotions, ce qui est totalement injustifié car cette saison est vraiment intense. J’ai adoré Listen et tout particulièrement sa fin, le fait que l’on est pas de réelles réponses, c’est là que réside tout l’intérêt de l’épisode ! Et la scène entre le jeune Docteur et Clara à la fin de l’épisode, elle n’est pas émouvante peut-être ? Personnellement, j’en avais des frissons.

            J’aime beaucoup le personnage de Clara, certains se plaignent qu’elle a prit trop d’importance cette saison mais là encore c’est contradictoire puisque la saison dernière on lui reprochait d’être un pot de fleur.

            Je suis content aussi de voir que je ne suis pas tout seul à penser ainsi, ça montre bien que je ne me fait pas des idées mais qu’il y a bel et bien un acharnement totalement injustifié contre Moffat !

          • Capitaine Saucisse

            Personnellement, je trouve que Listen était un petit bijou d’écriture. Et le fait qu’il n’y ait pas de réponse claire est une manœuvre des plus malignes. Je m’explique : pour moi l’épisode est une énorme entreprise de manipulation : Moffat nous prouve qu’il est capable de nous emmener où il veut, juste en installant une ambiance. Je fais partie de ceux qui pensent qu’il n’y avait rien d’ailleurs, mais le fait qu’on y croît pendant 45 minutes prouve bel et bien que Moffat sait écrire ( par contre, on se fout de notre gueule quand on met un postiche sur la tête de Danny et qu’on nous dit que c’est son petit-fils, mais passons… ). Enfin bref, cette saison a eu des défauts – comme toutes jusqu’à présent – mais Moffat ne m’a pas déçu plus que ça – sans parler du final qui envoyait du bois ! Je rempile, ça c’est sûr !

          • Zen

            Listen est un épisode tout simplement grandiose, l’un de mes préférés depuis le début de la nouvelle série ! Je l’ai adoré d’un bout à l’autre, j’étais convaincu qu’il y avait quelque chose, et je pense exactement la même chose que toi pour ce qui est de la fin !
            Pour ce qui est du petit fils de Danny, on peut très bien se dire que ce n’était pas un point fixe et qu’il a été réécrit, ou alors que Clara est éventuellement tombée enceinte avant la mort de son petit copain ? (qui n’a pas très bien été exploité cette saison, il était plus un outil scénaristique qu’autre chose, c’est vraiment dommage !)
            Impatient de voir la suite !

          • cuzimbetterthanyou

            Si l’autre fait du Moffat-bashing, Zen fait du Moffat-Wanking

          • Zen

            Alors là c’est complètement faux. Je sais reconnaître les faiblesses d’écriture des scénarii de Moffat hein, je partage juste mon enthousiasme, c’est tout. Qui plus est, je souligne aussi les talents d’écritures de RTD, alors non je ne fais pas de « Moffat-Wanking » comme tu dis, j’estime juste que trop souvent il y a un acharnement injustifié à l’encontre de Moffat dans le fandom.

    • Aris

      Hiphipwoura ! J’approuve J’approuve !

  • audre

    je vais pas tenter une contre argumentation. j’ai déjà tenté deux fois d’en écrire une et je l’ai effacé systématiquement. Alors je renonce. Donc, mon avis perso :

    Capaldi était trop cool, 12 est génial; Pour moi tout les épisodes ont la même qualité alors que toute série confondue je n’ai jamais vu un une saison sans un ou deux écueil.
    Les deux derniers ont été l’équivalent d’une double claque pour moi, alors que j’avais deviné qui était Missy après Kill the moon.
    Pour résumer :
    Le première épisode m’a donné envie de pleurer,
    Le deuxieme ma secoué,
    Le troisième ma transporté,
    Le quatrième est surement rentré dans les légendes.
    Le cinquième était intense.
    Le sixième était drôle et frustrant à cause de la relation qui se crée entre Danny et 12.
    Le septième était terrifiant à cause de l’abandon. Mais et même temps sublime.
    Le huitième était haletant,
    Le neuvième était délirant et sombre,
    Le dixième était poétique.
    Le onzième m’a fait pleurer, j’ai cru que 12 et Clara allaient se quitter de la pire façon qu’il soit, et contre toute attente douze à dépassé mes espoirs pour tout arranger. Puis j’ai rigolé comme une dingue à cause du « robot », tout en étant malade pour Danny. J’ai espéré que Missy soit le diminutif de mistress, et quand cela s’est confirmé,j’ai vu le visage découvert du docteur : celui d’un homme profondément blessé.
    Le onzième était un choc
    Le douzième… J’ai vu l’humanité faisant des selfies. J’ai vu une femme fangirl asmathique prendre sans trembler le « portable » des mains du plus grand méchant de cette série. J’ai vue le docteur paniquer, j’ai vu Clara imitant parfaitement 11 pour tenter de se sortir du plus gros pétrin de sa vie, alors que dans le fond de ses yeux brillait la peur. J’ai vu un cyberman ressentir des émotions. Juste la façon dont il a baissé la tête, quoi ! Rien que ça c’était violent ! J’ai vu le perso à qui je m’identifiai le plus mourir seule et sans aide. j’ai vu le personnage le plus impitoyable et barge enchainer les mimiques, les blagues, les morts, et faire peur à tout le monde avant péter un cable à cause de sa solitude. J’ai vu le docteur se rassurer, en arrivant enfin à se définir, même si c’était par le terme d’idiot. J’ai vu deux personnes se mentir pour assurer à l’autre que tout ira bien pour eux, et j’ai vu le père noel, J’ai passé mon temps entre le rire et les larmes, sans un quart de seconde pour souffler.
    Le douzième épisode était une boule d’émotion. Ces émotions que tout le monde ne semble pas avoir vu. Personnellement Je ne pense pas avoir assez d’imagination pour en avoir toutes inventée à partir d’une série sans âme.

    Je me suis éclatée comme un dingue et j’ai adorée cette saison. c’est très subjectif, mais c’est ma subjectivité, et même si elle n’est que un commentaire d’article disant le contraire, ce n’est pas pour cela que j’ai tord, ni pour cela que j’ai raison.

  • NicoTam

    « Sous l’ère Davis et encore en saison 5, Doctor Who était un hymne à l’émotion, aux rires et aux larmes, à l’attachement, la compassion, l’altruisme. Ce qui a fait le charme et aidé la série à être plébiscitée partout dans le monde, malgré son esthétique kitch et ses monstres en papier mâchés, étaient bien les intrigues profondes et recherchées qui généraient quasi à chaque épisode, de l’émotion. »

    Complètement d’accord. La saison 5 gardait encore une bonne partie de l’émotion de l’ère Davies, mais les saisons 6 et 7 sont un bordel sans nom, où la série perd en effet de son âme. Je ne suis qu’à la moitié de la saison 8, et n’étant pas du tout fan d’Eleven, j’étais assez curieux de voir Twelve en service, mais je ne suis toujours pas convaincu, je n’arrive vraiment plus à être impliqué comme dans les premières saisons, et ça vient vraiment de l’écriture.

  • Ben

    Ca se voit que vous ne connaissez rien à la série, chère Asma. ll faut vous mettre à jour. Chaque docteur est différent, et visiblement, vous avez simplement du mal à vous adapter à celui-là. Quand aux régénérations inexpliquées et autres mystères, c’est justement ce qui nous pousse à continuer à regarder, car, nous, véritables fans, savons que la réponse viendra tôt ou tard !

    • Reboot

      Comme le Nom du Docteur… Allez soyez réalistes pour une fois dans vos vies!

      • Zen

        On ne connaîtra jamais le nom de Docteur, ça a déjà été dit explicitement à la fin de la saison 7. Ce qui importe ce n’est pas son nom, mais ce qu’il accompli avec le nom qu’il a choisit. En gros son nom pourrait très bien être Bob et ça ne changerait rien à la série.

      • Reboot

        Dire que la personne qui; à 10 ans, a commencé à regarder Doctor Who en 1963 attend toujours de savoir le nom du Docteur puis elle est rendue à 61 ans aujourd’hui… Elle n’aura jamais la réponse à sa question. Elle est toujours fan… Elle a réalisé qu’elle ne regarde plus Doctor Who pour avoir la Vérité sur ce personnage ou autres intrigues mais pour avoir du plaisir à regarder une série qui se doit d’apporter, émotions, suspenses etc… S’il manque un ingrédient, cette personne est bien placée pour le savoir puisqu’elle regarde la série depuis ses tout débuts… Cette personne est bien placée vu que cette personne c’est moi… Jamais je n’avais vu une saison aussi dépourvue de biens d’ingrédients. La seule chose qui m’a presque plu lors de cette saison c’est le quasi départ de Clara… Dommage car elle est l’un des ingrédients qui rendent Doctor Who de plus en plus mauvais.

        Que dire de la réplique de La Maîtresse à propos des Belges??? Était-elle vraiment utile??? Oui je comprend très bien que l’âme
        de ce personnage est malsain mais même lorsque Le Maître à
        pris possession du Valiant, réduit le Dr. (Tennant) à petit
        tas de chair presque sans vie, il n’a jamais vraiment visé
        un peuple en tant que telle avec des réflexions de la sorte.
        Il nous visait! Peuple de la Terre. Comme si Moffat détestait
        les Belges puis qu’il profitait de la présence d’un personnage
        assez vil pour pouvoir le penser & se permette de le dire via
        le script. Je ne suis même pas Belge mais cette réplique m’a choqué.

        • Zen

          C’est dingue que certaines personnes puissent être choquées pour une simple réplique humoristique…

        • ploufpalfouetlouf

          bon, je me dois de m’insurger devant votre méconnaissance de la culture britannique. Cette réplique fait référence à Hercule Poirot qui est belge mais on imagine toujours qu’il est français… c’est une blague récurrente d’Agatha Christie… j’ai peut-être tort… mais bon, je ne suis qu’une petite grenouille ^^

  • bafouilleux

    Je pense en effet qu’il y a un problème avec la saison 8. En revanche, je crois que ça n’a rien à voir avec un manque d’émotions. J’ai adoré la plupart des épisodes de cette saison, l’orient express et le remake d’Ocean Eleven en tête. Pour moi le problème vient de l’incrustation de la trame principale et le dénouement de la série.
    En une petite dizaine d’épisode, les créateurs se sentent toujours obligés d’insérer une trame principale qui finira toujours par la menace de l’univers tout entier.
    Autant pour les premières saisons de ce reboot, ces épisodes « fins du monde » étaient sympathiques à regarder, autant maintenant on commence à se lasser.
    Y a rien à faire, tout en se basant sur la même mythologie, il devient extrêmement difficile de vouloir tout résumer et incorporer le plus de références possibles à l’univers de Doctor Who sans risquer de tomber dans le n’importe quoi.
    Et c’est vraiment là que pour moi, ça coince.
    Au départ on a une saison sympathique avec de brillants acteurs qui incarnent des personnages complexes. Et puis sur la fin, bam on fait crever Danny en 5 minutes, puis il revient, puis il repart… bref ça n’a plus aucun sens, et on se demande si on regarde toujours bien la même série. Le déroulement du final se fait sans queue ni tête. Mais attention, le résultat final est toujours bon, le Docteur et Clara qui se mentent mutuellement, c’est une superbe idée. Je suis pas déçu de la fin mais du déroulement.

    Pour moi les créateurs de la série ont deux choix, il faut soit arrêter de vouloir faire des fins de saisons qui se veulent ultra, mega epic. Ou alors commencer plus tôt à introduire une trame principale plutôt qu’une scène de 4 ou 5 secondes à la fin des épisodes normaux.

    • Aphelion

      Ce problème ne concerne donc pas que cette saison.
      On peut déjà considérer que dans l’histoire récente de la série, Moffat a mis en place un peu de variété, on a eu des finales ou des épisodes capitaux (faisant avancer l’histoire globale) à Trenzalore, Demon’s Run, Gallifrey.
      Il est vrai cependant qu’on retourne trop souvent sur Terre et au Royaume-Uni pour un scénario « je dois sauver le monde »… Il est temps de subvertir les attentes. Le retour d’un peu plus d’épisodes doubles, voire plus, serait intéressant.
      La recherche de Gallifrey est un point qui n’est qu’à peine esquissé à l’arrière-plan de la saison (peut-être par les calculs effectués par le Docteur) et dans la dernière scène du finale. Dommage.
      Moffat doit comprendre qu’il doit changer de méthode pour la suite : on a eu respectivement la faille spatio-temporelle qui apparaissait en fin d’épisode, puis la tête de Kovarian, et enfin la mystérieuse Missy. Le contenu change, mais pas la manière de le présenter. Or il y a plein d’autres possibilités pour créer une trame intéressante, que ce soit en arrière-plan ou à l’avant de l’action… (en dehors du développement des personnages et de leur relation, bien sûr).

      • bafouilleux

        Le problème ne concerne peut-être pas que cette saison, mais pour moi ça vraiment été le moment où cette structure a cessé de m’impressionner.
        Pour le reste, je suis entièrement d’accord avec toi. Bien résumé.

    • Nounou

      Entièrement d’accord !
      J’ai adoré la quasi totalité des épisodes de cette saison (sauf le 10…) mais dans le final, surtout l’épisode 2, j’ai eu l’impression à la fois que ça allait trop vite et trop lentement, comme si il y avait des blancs, un problème de montage. Pourtant je trouve l’idée en soi pas mal, si ce n’est l’histoire avec Danny, le faire mourir, puis revenir, puis mourir/revenir en cybermen, puis émotions désactivées mais en fait il est encore là, et après il réapparaît dans la faille mais en fait non. WTF quoi. Une fois aurait suffit.
      Missy pas assez développée, le personnage n’a pas le temps de « vivre », de se « poser », contrairement à l’ancienne incarnation du Maître. L’impression qu’elle n’est qu’une suite de répliques cool en fait, sans consistance.
      Après, un peu too much aussi le côté « le docteur est-il bon ou mauvais ou ceci ou cela », c’est trop rabâché durant la saison et sur la fin ça fini par tourner en rond.
      Mais globalement je trouve que les 9 premiers épisodes de la saison sont d’une grande qualité par rapport aux épisodes des saisons précédentes, ça faisait longtemps qu’une saison de Doctor Who n’avait pas maintenu la barre aussi haut à mon goût (surtout que cette barre était à ce niveau depuis l’épisode anniversaire). Dommage donc pour le final, et pour la façon dont il a été amené, avec une scène à la fin de chaque épisode, c’est un peu vu revu et rerevu.

  • Aphelion

    Pas d’accord du tout : c’est peut-être la saison la mieux construite autour de quelques thèmes essentiels, qui lui donnent justement une âme. L’émotion est bel et bien présente, avec des scènes émotionnelles capitales, et d’autant plus fortes que cette incarnation du Docteur n’est pas portée aux larmes en deux secondes. Le Docteur qui surgit à la dernière seconde pour aider Clara dans le sous-sol du restaurant, la colère de Clara après l’affaire de la Lune, la phrase du Docteur qui dit tout de son attachement à Clara (« Do you think I care for you so little that betraying me would make a difference? ») après la scène au bord du volcan, les deux mensonges à la fin du finale…
    Il est vrai que le ton global n’est plus exactement le même qu’aux commencements de la nouvelle série, dans les épisodes de Moffat puis depuis qu’il dirige l’affaire. A mon avis, c’est parce que l’on est passé à Twelve que cela se ressent davantage, étant donné que c’était déjà remarquable à partir de la saison 6, mais que Eleven atténuait l’effet, sans doute. Ceci étant dit, DW est toujours DW. Je trouve la série plus plaisante depuis que le ton général s’est élevé à ce degré-là (ce n’était pas constant chez RTD).

  • Emilie Lesage

    franchement si il y a encore des saisons, ce que je doute, j’arrête de regarder et pourtant j’étais une fan. Cette saison m’a vraiment déçue.

  • Emilie

    Quant à moi, le problème de la saison n’est pas tant qu’il n’y a pas d’émotion, mais qu’elle est trop superficielle. La psychologie des personnages (surtout celle des gens entourant le doctor) n’est, a mon avis, pas assez approfondi et diversifié (c’est souvent le même pattern).
    En particulier sur un domaine comme le deuil et les conséquences que cela impliquent. La résurrection et le  »Reset Button » étant chez Moffat des éléments presque omniprésent.
    Je suis d’ailleurs impressionnée que Danny soit mort et demeure mort a la fin de l’épisode, (quoique la résurection du petit garcon, vient , en quelque sorte, sauvé l’âme de Danny à defaut de sa vie.)
    Je crois,que Danny est un assez bon exemple de la psychologie approfondi, et cliché des personnages. On a beau voir beaucoup de son histoire, il me semble que sa psychologie est trop simple, trop logique, alors que les émotions sont quelque chose de complexes.Chaque action qu’il pose parait comme geste que l’on attend vu ce que l’on sait de son background. Un ancien soldat, qui se méfie de  »l’autorité militaire » et donc du Doctor, il veut protéger les enfants parce qu’il reste encore traumatisé du geste qu’il a posé pendant la guerre.
    J’ai personnellement été incapable de m’attacher à Danny ou à Clara (quoique je reconnait qu’elle est mieux construite que dans la saison 7 où elle était une vrai Mary-Sue et n’avait aucun défaut). J’ai été plus touché dans The Stolen earth/Journey’s end quand Jackie passe proche de se faire désintégré, que lorsque Danny Pink est actuellement décédé. Sa mort m’a laissé complétement de glace.
    L’un des rares moment où j’ai vraiment été émue dans cette saison, c’est lorsque le Doctor salue le brigadier/cybermen.

    L’écriture de Moffat et RTD, ont chacune leur force et leur faiblesse, mais l’émotion et la psychologie des personnages n’est définitivement PAS le point fort de Moffat. RTD est le roi des personnages de fictions on ne peux plus humains, avec des émotions réalistes, profondes, complexes et avec les défaut que cela implique.

    Quant au Moffat-Bashing, oui cela existe, mais pourquoi est-ce que cela devrait arrêter simplement pour plaire aux fans de Moffat? Le RTD-bashing existe aussi, peut-être un peu moins fréquent, mais j’en ai déjà vu. Chacun à le droit d’exprimer son opinion (tant qu’elle est accompagné d’arguments décents (<- Ce point étant le plus important) ) Et cela est très bien comme ça.
    C'est ce qui fait la richesse d'un show comme DW, les acteurs et les écrivaisn changent, inévitablement l'on va en aimé certains ( et en être nostalgique) et en ''détester'' d'autres. Et si ça fait du bien a des personnes d'exprimer leur opinion pour se défouler des acteurs/showrunner qu'il n'aime pas ? A qui est-ce que ça peux faire du mal? Même si plusieurs personnes ont la même opinion, ça ne force pas les autres à être d'accord, ni à se taire.

  • JHBi

    Moi j’adore.
    C’est plus sombre, différent mais toujours aussi kiffant.
    Une bonne saison dans son ensemble, bien meilleur que la saison 7.
    Clara existe enfin, là ou Smith prenait trop de place, Capaldi lui laisse de quoi s’extérioriser et le résultat est kiffant.
    Vivement la suite

    • sartrite

      je trouvais pas clara étais en retrait. pourtant pour moi elle n’est plsu la même et ça me dérange ^^ j’ai plus du mal a croire au personnage. Mais je trouve très bien que cette saison avec un docteur plus sombre plus froid. Grande qualité mais dommage qu’il y ai eu que 13 épisodes.

  • Thierry Plonchet

    Perso je dois avouer que que Moffat a laissé les meilleurs épisodes de l’ère Russel T Davis, avec un point culminant concernant l’épisode des anges pleureurs. Il est vrai qu’avec son arrivé a la tête du show il n’a pas réussi a me faire briller autant. Est-ce pour autant qu’il est devenu mauvais ? Non il a apporté sa patte tout comme Matt Smith (pour lequel j’ai jamais vraiment réussi à accrocher – sans doute trop jeune a mon gout pour donner une crédibilité au personnage).

    La saison qui vient de se terminer n’est ni meilleure ni moins bonne que les précédentes. Elle est juste différente. Elle verse moins dans le divertissement de l’ère RTD et un peu plus dans le cortex, et c’est encore plus flagrant depuis l’arrivé de Capaldi. Perso il me faut plusieurs visionnages pour saisir toute les subtilités des épisodes. Ce n’était pas le cas avant ni même avec Smith.
    Contrairement a ce que vous écrivez, c’est une saison avec beaucoup d’âme et d’émotion. C’est juste qu’ils ne nous sont pas « balancer » directement a la figure mais que le téléspectateur se creuser les méninges pour les trouver. C’est sûr que cela déroute certain peu habitué a faire ce genre d’effort, mais cela ne peut pas servir d’argument pour justifier une baisse de qualité du show. Au contraire.

    Avec Capaldi le Docteur n’est plus qu’un simple clown moulin à parole (avec fez ou stetson) mais un personnage sombre, déroutant, prétentieux, arrogant, condescendant, paternaliste, autoritaire, froid, jouant avec les nerfs des autres… mais aussi remplis de bonté et de générosité en lui, ce qui le rend déroutant aussi bien pour Clara que pour le Téléspectateur. Une façade rugueuse qui tend à cacher en réalité la grande fragilité du personnage…

    • Zen

      Tu as tout dit ! Un bon résumé de tout ce que je pense de l’ère Moffat.

  • Yannick Lizier

    La critique est dure mais je comprends un peu.

    Si je résumais cette saison :

    Episode 01
    L’épisode de Clara !
    Mais Capaldi, le trio et les effets spéciaux ne suivent pas.

    Episode 02
    Encore un parrallèle Docteur et Dalek…

    Episode 03
    Un épisode drôle mais creux, surtout pour la flèche à la fin.

    Episode 04
    A part Clara et le Docteur, aucun intérêt.

    Episode 05
    Un épisode sympa mais prévisible, heureusement les personnages secondaires
    sont intéressants.

    Episode 06
    Danny est plus ou moins bien traité dans cet épisode.

    Episode 07
    Courtney dans un épisode avec un dilemme et une fin prévisible, à oublier.

    Episode 08
    Un bon épisode, mais la réconciliation était bâclée.

    Episode 09
    Le meilleur épisode de cette saison, Clara et les Boneless !

    Episode 10
    L’un des pires épisodes de la série…

    Episode 11
    Un bon épisode grâce à Clara et Missy.

    Episode 12
    Missy sauve l’épisode, le reste est mauvais.

    Bilan de la saison :
    Clara est enfin un bon personnage surtout après la « saison 7 »
    Capaldi est un bon Docteur, mais presque aucune différence avec les précédents.
    Danny n’existe pas, c’est juste un outil scénaristique…

    Cette saison n’est pas mieux ou pire que les précédentes.

    • Thierry Plonchet

      Juste au sujet de l’épisode 4. Revisionnez le et vous constaterez que la thématique de la peur ancestrale y est traité sous l’angle d’un docteur Capaldi qui visiblement se cherche… Ce qui donne à l’épisode un intérêt + fort.

  • ZAN

    je suis tout a fait d accord avec zen moffat fait du bon travail !! parce que il donne plus d intrigue que rtd mais aussi ils donne un cote plus sombre et froid du docteur ceux qui dissent que tennant et smith dissent n importe quoi car smith montre un docteur fou mais avec sa face extremement sombre a la fin de la saison 7 tennant donnais un docteur sympas mais ayant peur des autre alors que smith non. sinon capaldi est juste parfait !!!!!! sombre , melancolique …. voila je pense sa apres vous ….

  • Littleriddingwolf .

    Une excellente analyse d’une saison qui a beaucoup perdu en saveur. Le début est incompréhensible, le Docteur n’a rien de spécifique qui lui donne ce petit « plus » qu’avaient Eccleston, Tennant et Smith, c’est juste un idiot (comme il le dit lui-même) avec une boîte bleue et un tournevis sonique. C’est Clara qui sauve les meubles et elle a un final merdique qui ne lui rend clairement pas honneur.

    Quant aux scénarios, quand je vois parler de génie dans certains comm’, mais AU SECOURS! c’est du FU*K LA LOGIQUE du début à la fin! Parlons du double-épisode final: COMMENT le Maître/Missy a pu dompter la mort avec sa matrice? A partir de quoi? (Il y avait certainement un truc avant, où sont passés tous les défunts concernés?) COMMENT les cybermen arrivent-ils à outrepasser le programme pour faire ce qu’ils veulent à la fin? Parce que là c’est festival! Entre Danny qui aime encore Clara alors qu’il est sous inhibiteur d’émotions (MEGA LOL), le papounet de la chef de UNIT qui débarque de nulle part pour sauver sa fifille, la whovian qui se fait buter POUR RIEN (si, elle a la seule réplique vraiment utile de l’épisode…)

    Et je pourrais continuer toute la nuit…

    … J’anticipe les Moffat-fan: J’aimais beaucoup Moffat avant, et non, je ne suis pas pour « un camp ». Je suis juste critique. Moffat a de bonnes idées, et en collaboration avec d’autres auteurs, il pourrait faire un carton. Le truc, c’est qu’il ne sait pas gérer son sujet à fond, il a des pistes géniales et il n’en assume que la moitié.
    Je suis désolée, sur un plan de cohérence, c’est un massacre, et il a ruiné toutes les règles de logique mises en places sur les saisons précédentes, comme si elles n’avaient jamais existé (paradoxes temporels à géométrie variable…)

    Bref, Moffat a été bon, il peut l’être encore, mais pas si on lui laisse l’exclusivité.

    Et pour tout ceux que ça fera hurler, oui, je suis une whovian. C’est pour ça que la S8 m’a fait mal: être fan, ce n’est pas tout accepter aveuglément…

    • Moffat4ever

      Pour une whovian tu poses des questions étranges quand même xD

      J’accorde le coup de la porte en bois qui… n’a pas grand sens.. Quoique on avait déjà eu le coup de Smith faisait péter un cadenas à coup de tournevis sonique, ce qui n’a pas tellement de sens non plus vu la fonction normale de cet outil mais bon ^^’… et aussi le coup de l’amour anti-cyberman que j’ai personnellement détesté, mais c’est tellement classique dans les fictions d’aujourd’hui que je commence à être immunisé…

      Pour le reste, y a pas vraiment de problèmes de logique.

      > « (Il y avait certainement un truc avant, où sont passés tous les défunts concernés?) »

      Comme dit par le Docteur dans l’épisode même, Missy a un TARDIS et a utilisé son TARDIS pour récolter les âmes des morts depuis le début des temps. Donc y a jamais rien eu avant, Missy était là depuis le début.

      > « (la grosse erreur étant selon moi d’avoir fait de la mort un monde parallèle accessible au Tardis…) »

      La Nethersphere n’a jamais été accessible par TARDIS. Le seul endroit où sont allés Clara et le Docteur c’est les locaux londoniens de 3W. Missy pour s’y rendre utilisait autre chose qui lui permettait de se matérialiser dans le nuage de données. Si le Docteur ne s’est jamais rendu à la Terre Promise, c’est pour une bonne raison ^^ »

      > « le papounet de la chef de UNIT qui débarque de nulle part pour sauver sa fifille »

      Dark Water a clairement montré que les émotions ne pouvaient être détruites qu’avec l’accord des défunts qui acceptaient de s’effacer pour ne pas que ça soit trop dur pour eux. C’est pour ça qu’il est tout à fait normal que Danny ressente des émotions dans la première partie de cette épisode (après c’est du bullshit je suis d’accord) et c’est pour ça qu’il est normal que le Brigadier, qui ne se serait jamais détruit connaissant le personnage, ressente encore des émotions. Et quoi de plus normal qu’il n’aille sauver sa fille ?

      > « la whovian qui se fait buter POUR RIEN »

      Parce que les morts doivent forcément avoir un intérêt ?

      Moi aussi j’aimais bien Osgood, mais si Missy l’avait laissée vivante ça aurait été encore plus du bullshit. Et puis bon, on était déjà à cours de trucs cools à lui faire porter, parce que je la voyais mal arriver avec une branche de céleris ou une broche chat dans un épisode futur.

      Bref, y avait aucune raison de la tuer, mais aucune raison de la laisser vivante. Elle est morte, c’est tout.

      > « Pourquoi Missy utilise t-elle Clara comme intermédiaire pour conduire le Docteur où elle veut alors qu’elle pourrait intervenir DIRECTEMENT plusieurs fois sur la timeline du Docteur et qu’elle avait des moyens bien plus simples et fiables d’y arriver? (oui parce que finalement c’est carrément acrobatique!) »

      Parce que c’est le Maître ?
      J’sais pas si t’as pas vu le mec, mais c’est rarement un modèle d’efficacité. Alors qu’il ai décidé de monter un plan aussi compliqué ça me choque pas des masses perso.

      Moffat n’est clairement pas un génie, et a des défauts… Mais c’est pas aussi catastrophique que cet article le dit. Moffat a très bien saisi l’essence de Docteur Who et l’adapte à sa sauce, c’est tout ce qu’on a besoin pour une série aussi changeante que Docteur Who… Les seuls qui peuvent croire que Moffat a changé le ton de la série ce sont les mecs qui ne connaissent que la nouvelle série parce qu’ils se sont fait une fausse idée de celle ci : non, le Docteur n’est pas un gentil gars qui veut sauver le monde et qui pleurniche tous les épisodes et transpire la bonté. C’est pas parce que Nine, Ten et Eleven ont surfés sur cette vague que tous les Docteurs le sont… Je vous renvoie à Six qui est une putain de tête à claque parfois et qui n’est pas non plus hyper attaché à la mort, ou à Seven sur sa fin qui est un être machiavélique en puissance.

      Après je trouve ça marrant de voir les pro-RTD bashé la saison 8 puisque pour moi je considère cette saison comme un espèce de mix bâtard de RTD-Moffat… Moffat a clairement décidé de s’approcher de la vision de RTD pour cette saison : c’est une saison plus organique, plus tournée sur la compagne, plus contemplative, un peu moins épique… Tout le contraire de l’ère Eleven qui était une boule d’énergie dans une histoire alambiquée. On se retrouve avec une saison beaucoup plus proche de la façon de faire de RTD avec des histoires plus attachés sur les personnages.

      Du coup, si on est fan de Moffat c’est sûr que ça fait un peu mal de le voir s’éloigner de ses twists et de son côté épique pour le côté émotion et un peu niais de RTD, mais c’est le changement de Docteur qui veut ça…

      Oula, j’ai fait trop long là, désolé ^^ »

      • Littleriddingwolf .

        Alors je pense qu’on peut être Whovian ET avoir l’esprit critique personnellement, ne pas vénérer une signature et tout avaler sans faire le tri du bon et du mauvais…
        Parce que pour une whovian, je pose peut-être des questions étranges, mais c’est sans doutes mieux que ne pas en poser du tout. L’adoration inconditionnelle, c’est du fanatisme (cf religions)

        Pour en revenir à la série, je persiste et signe dans mon opinion.
        Le coup du bois n’a pas de sens? Ce n’est pourtant pas moi qui ai écris les règles de l’univers. (épisode du Loup Garou Royal si je ne m’abuse, le Docteur explique que le sonic ne marche pas sur le bois, allez savoir pourquoi certes, mais quand on dresse un contexte, c’est bien de s’y tenir.)

        Même Missy a un TARDIS: ça c’est un joli placement scénaristique pour expliquer le retour du Maître, mais ça ne justifie pas que ce dernier ait pu faire mumuse avec la mort en fait. « Monde parallèle » n’était certes pas le terme le plus approprié, disons que voir des Timelords jouer avec des âmes et des cadavres, ça fait vachement « complexe divin »… Par ailleurs, Missy n’a ramené que des morts RÉCENTS, (comprendre pas au delà de quelques années) comment a t-elle mit la main sur Brigadier Stewart? Sauf erreur, il est censé être mort il y a un bout de temps…
        Et puis ça ne m’explique toujours pas ce que les Cybermen ont à gagner à ne pas reprogrammer Missy, tout bêtement… Ni depuis quand ils ont la possibilité de reprogrammer des cadavres, étant donné que jusqu’à présent, ils avaient plutôt un besoin express de chair en vie…

        Et Dark Warter a peut-être démontré que, mais les saisons précédentes ne vont pas dans le même sens! Et des exemples comme ça où Moffat contredit ce qui a déjà été fait (y compris par lui-même) j’en ai des fourgons! Prenez les anges pleureurs, dans Blink, il est clairement dit qu’ils ne peuvent pas se regarder entre eux. Dans le Labyrinthe des anges, cette règle est déjà un peu écorchée, et dans Les anges prennent Manhattan alors là… On ne construit pas son style en détruisant ce qui était avant, si vraiment Moffat veut jouer à ça, qu’il démarre sa propre série et passe la main à quelqu’un d’autre!

        Quant au Maître, il a toujours été imprévisible, mais il n’a jamais été stupide: on pouvait en attendre mieux je pense.

        Et pour Osgood, avec ce genre de raisonnement on pourrait buter tous les persos de la série sans problèmes. Il n’y a aucune raison que Clara ou Kate vivent finalement -_-, elles auraient tout aussi bien pu claquer bêtement à la Games of Throne! C’est une scène gratuite, le coup des menottes est parfaitement éculé, ça n’apporte rien à l’histoire, donc OUI, c’est une mort qui ne sert A RIEN.

        Et pour aborder le parallèle épisodes classiques/nouvelle série, justement, tout est dans ces derniers mots « NOUVELLE SÉRIE », c’est un regain, un reboot, une reprise sur de nouvelles bases. Elle a le même contexte mais elle s’est adaptée à son époque et à un autre public (parce que vous ne me ferez pas avaler que la majorité des gens qui regardent DW aujourd’hui ont commencé dans les années 60…)
        Alors commencer à draguer dans l’ancienne série (qui correspondait à une autre époque, une autre image, un autre public) en rebootant le Docteur façon « Premier », ça c’est du bullshit, parce que ça se fait sans aucune transition réelle, on passe des nouveaux Docteurs marrants et entiers à un misanthrope irascible qui n’aime pas grand chose… Honnêtement, je n’ai pas le snobisme d’aimer tous les anciens épisodes et les vieux Docteurs juste pour dire que j’aime tout dans la série… Ça a été mal mené, et une partie de la fandom s’y est perdue (oui parce qu’au risque de vous surprendre, je ne suis pas la seule à penser et à dire cela…)

        Alors bon, ce serait bien déjà si les scénaristes arrêtaient de se contredire d’une saison à l’autre avant d’aller chercher des références dans celles d’il y a cinquante ans…

        C’est comme si le prochain réalisateur de Batman décidait de repartir avec les scénar et les costumes de la série des années 60 au nom d’un reboot quelconque… ça se tente, mais ce n’est pas dit que ce soit ce que la majorité des fans actuels recherchent… Dans le cas de DW c’est d’autant plus vicieux que les dernières saisons ont tendance à « nier » les premières de la nouvelle série, et là c’est vraiment prendre les spectateurs pour des cons… Le but était d’élargir le public, quand on voir la courbe d’audience aux UK, c’est plutôt raté…

        Et si vous me dites qu’il n’y a pas d’incohérences scénaristiques dans cette saison, je me demande si nous avons vu la même série (Listen qui part sur deux pitchs différents sans les relier « terreurs nocturnes générales/terreurs nocturnes du petit Docteur », et qui sous-entend clairement que l’on DEVIENT Seigneur du Temps. Lol -_- Kill the Moon qui enchaîne les contradictions et les WFT, In the Forest of the night où la présence du Docteur ne sert strictement A RIEN etc…)

        Heureusement que j’ai bien précisé que je n’étais d’AUCUNE TEAM SCENARISTIQUE hein, je ne dis pas que Russel T Davis était mieux! Tsss… Le bashing c’est quand on descend quelqu’un ou quelque chose gratuitement, ça c’est de l’esprit critique! Je ne vais pas dire « saygéniaaaaal » si je ne le pense pas ! Mais bon, étant donné votre pseudo, je ne pense pas m’adresser à quelqu’un d’impartial sur la question des scénaristes de toutes façons…

        Une fois encore, je le redis: j’aimais bien Moffat à une époque, il a signé d’excellents épisodes (Blink, the Empty Child, the Doctor Dances etc). J’aimais Moffat quand il était logique avec les autres et avec lui-même, et qu’il ne visait pas juste le succès de masse. A bon entendeur…

        • Sauce Barbecue

          Littleriddingwolf, je. Merci d’exister. Voilà. Je ne peux que plussoyer, j’ai ressenti exactement la même chose. 8D (sans savoir qui était le scénariste ou que sais-je, alors, hum. Côté bashing, on repassera et on se trouvera une excuse bidon quelque peu plus travaillée, n’est-ce pas ♥) Je suis d’une déception sans nom. J’espère qu’on n’aura pas à attendre trois ans pour avoir quelque chose de réellement en accord avec l’univers DW.

  • Pingback: Doctor Who Saison 8 : la série perd-elle...()

  • Tentacule

    Certains épisodes étaient un peu faibles, mais cette critique de la saison 8 confirme que ce site porte très bien son nom.

  • sartrite

    je viens de lire toute les commentaires… et j’ai peur de n’avoir aucun retour vus le temps de la discution. 17 jour pourvu qu’on ‘entende!

    La saison 8 pour moi n’est qu’un commencement elle donne énormément de piste pour une nouvelle grande aventure,
    pour dérouter le spectateur afain de l’époustouflé en lui rappelant (tu te souviens de ce qui c’est passé?)
    un peux comme l’introduction de River avec Tenan qui pour moi a été une claque (surtout que c’etait le premier épisode que ‘jai regardé). mais je me perd.

    Ce que je veux dire c’est qu’après la fin de la saison 7 comment la séries pouvais recommencer? l’épisodes des 50 ans a marqué la fin de la génération enfantine du Docteur
    (9, 10 et 11 étais de grand enfant chacun a leur manière) et le douzième marque une rupture dans le doctor il est l’aboutissement de la vie de smith.
    Donc pour moi si la 8ème saison qui n’est clairement pas ma préféré est un peu déroutante c’est parce qu’elle pose une nouvelle donne a la série
    plus psychologique je dirait et moins Explosive (quand je repense a Tenan ou à Smith dans leur explosion de folie <3) . pour moi cette saison me fait beaucoup pensé a la première de la version 2005.
    Par contre il y a un Seul bémole à mon goût ou plutôt 2 mais dont le deuxième j'attend la suite pour qu'on m'explique.

    le premier c'est Clara, j'ai adoré son personnage dans la saison 7 une anomalie qui rendait perplexe le doctor quelque chose qu'il n'expliquait pas mais qui dans la saison 8 c'est vu gommé de tout les élémetns de personalité qu'on a put définir d'elle dans la saison 7 (je ne sais pas si c'est claire). elle ne parle plus de soufflée, on ne vois plus les enfants qu'elle gardait (donc je pense qu'elle a grandit et donc elle ne fait plus de baby-setting mais est prof) et au finale a un peu comme le docteur prit de l'âge j'ai l'impression elle a perdu sa fougue, ce qui pour moi en plus d'avoir changé de docteur me rend perplexe au changement ton du personnage. pour moi sinon le gros défaut de cette saison c'est le développement de Clara qui n'est pas en symbiose avec la saison précédente. Clara a changé comme si elle même c'était régénéré peut être que c'est le changement du docteur qu'il la changé elle même. c'est là mon désaroit à cette saison.

    et le second c'es la maitresse. Vous vous demandez pourquoi elle est la et tout et moi aussi mais POURQUOI en femme x) c'est peut être un peut con mais moi c'estle premier détaille qui ma sauté au visage aussi bien que sa présence non expliqué contrairement à tout ces autres apparition. et j'espaire que les prochain épisode en parlerons(peut être celui de noël?)

    Voila si je pouvais avoir vos retour sur clara j'en serait ravie car c'est vraiment la raison pour la quelle j'ai mit ce commentaire

    • JHBi

      Tout comme toi, j’ai découvert la série avec l’épisode sur la bibliothèque. Depuis je suis accro.
      Clara est différente de la saison 7 et j’ai beaucoup aimé. Là au moins elle existe.
      Par contre, effectivement, elle ne parle plus de soufflé ni des enfants qu’elle gardait.
      J’espère qu’elle reviendra pour une poigné d’épisode en saison 9.
      Pour le maitre, c’est beaucoup trop court, il nous faut un retour.

  • James T. Kirk

    Minute ! Matt Smith était brillant mais avoués que Peter Capaldi est assez…. excellent ! Et quand à la façon d’écrire de cette saison ma fait encore plus adoré la série donc arrêté la mauvaise foi OK c’est une très bonne saison que se soit visuellement ou scénaristique !

  • Rouboufi

    Ce n’est pas pour vous énerver les gens mais je trouve que cette saison était décevante mais pas mauvaise pour autant je pense que cette haine en vers moffat et justifier car beaucoup de personne sont déçu par le départ de Matt Smith mais je voudrait aussi dire que franchement cette saison mais fait plus penser a un épisode de plus belle la vie que un épisode de Doctor Who ;)

  • jefaispeuralafoule

    Dites… vous ne ratez pas simplement une chose essentielle? Ceux qui trouvent cette saison plus fade, moins profonde perdent de vue que les autres saisons sont tout aussi construites sur des twists tordus, pas nécessairement mieux amenés (voire même pires… le retour de Rose est en soi comique, une arme à la main!), et pardessus le marché parfois comiques mais… à ses propres dépends.
    Autre point: Doctor Who n’est PAS un gentil. Si vous avez un peu de connaissance des origines du personnage, il n’est en rien un personnage sympa, truculent. C’est même l’archétype du bonhomme bougon, dur, et on peut dire que ce sont les nouvelles saisons qui contredisent ce qu’est le docteur (sur le papier). Toutefois, il y a UNE vérité: le docteur n’est pas UN personnage, mais une panoplie de caractères, physiques, et lui-même le dit en finissant une régénération: il fait le point sur son corps, ses sens, sa voix, et surtout son tempérament…

  • Azael

    Je ne trouve pas la saison à proprement parler mauvaise ou que la série commence à s’essouffler. Je pense simple que Docteur Who souffre d’un mal incurable… ce n’est plus une nouveauté. Ce n’était pas mieux avant c’était juste nouveau… (enfin pour tout ceux qui ont comme moi commencé à regardé à partir de 2005 ^^’).

    Après pour la saison je trouve le tandem Capaldi / Clara, pas plus mauvais qu’un autre. Après on aime ou aime pas. Il y a peut être moins d’émotions dans ce tandem que par le passé, mais toutes les saisons ne peuvent pas jouer sur ce thème… surtout quand l’un des traits de ce docteur est une légère tendance à la misanthropie.

    De plus les épisodes étaient à mon sens tous bien écrit, il y en a toujours des bons et des moins bons, mais je n’ai pas trouvé qu’il y avait plus de moins bons épisodes que dans les autres saisons.

    (SPOIL)
    Le seul reproche que je pourrais formuler et la ligne directrice de cette saison représenter en grande partie par le personnage de Missy. Je trouve le personnage juste génial, mais malheureusement assez mal introduit : le retour du maitre expliquer par une pirouette scénaristique…Et ensuite assez mal utiliser (que 2 épisodes…), ce personnage n’aura pas eu le temps de monter en puissance et je trouve là le seul gros défaut de cette saison : avoir crée un très bon personnage, et l’avoir mal utilisé.

    Mais on est dans Docteur Who :
    Le rayon qui l’a abattu était un téléporter, ils ont détruit une copie qui était un robot, c’était un clone, ce n’étais vraiment pas le maitre…. (pirouette scénaristique quand tu nous tiens…)
    (fin du SPOIL)

  • Ruthay

    9 était dingue, passionné, j’aimais vraiment dommage que ça n’est duré q’une saison
    10 était tout aussi dingue mais le sentiment d’un docteur décidé, arrogant et surtout des moment de fierté
    11
    reprend toutes ces facettes et pouvais vous faire ressentir qu’il était
    crains, qu’il était dangereux mais aussi l’aspect affectif et
    émotionnelle était très présente, car les Pond, River faisais aussi le
    11ème docteur.
    avec 12 durant la saison 8 je n’ai pas accroché sauf à
    2 moments (le combat de Clara avec 12 en le menaçant de détruire ces
    clé du tardis et la dernière scène ou 12 pète les plombs en voyant que
    Gallifrey n’est pas au coordonnés donnée par le maîre »sse »

    Avec
    Matt Smith « le 11ème » le plus jeune acteur jouant le docteur il arrivait
    à nous faire sentir qu’il prenais de l’age qui changais d’attitute avec
    des années qui prenais, renvoyé l’épisode 1 de la saison 5 puis
    l’épisode 6 de la saison 7 lorsqu’il retrouve Clara éqisode « The Bells
    of Saint John – Enfermés dans la toile »

    c’est une tout autre
    docteur comparé à 9,10 et 11 que nous avons là et malgré le fait que
    j’accroche pas vraiment encore la saison 9 devrait permettre de corriger
    la 8 qui selon moi est plus un problème de direction des acteurs que
    les acteur eux même.

    lol 11 à abusé des embrassade et voilà que
    12 n’aime pas ça… rien qu’a cela…ça résume bien que nous avons à faire à
    un docteur avec un caractère différents des 3 précédents

    vivement la saison 9 avec je l’espère de meilleur intrigue et des file rouge sur des saison entère.

    PS: pour les régénération tout est expliquer dans l’épisode « 15 » de la saison 7 The Time Of The Doctor

  • Ruthay

    Avec Capaldi « The Doctor » c’est transformé en Docteur House

  • Isabelle Prangenberg

    Je n’ai pas vu la Saison en question mais si la qualité du scénario de Moffat ne fait que 50% de la qualité dans Sherlock, cela doit etre génial. En plus cela est bien le charme de la série que les docteurs soient si différents. Je connais Christopher Eccleston, David Tennant et Matt Smith qui sont trois acteurs tres différents qui interprètent le Docteur chacun de sa facon.

  • Erwan Allary

    Bon… je vais faire mon FanBoy de base, mais pour moi, Doctor Who s’est « effrité » quand David Tennant et Russel T. Davies sont partis de la série ! David Tennant était Doctor Who ! Et je suis tout à fait d’accord avec l’aspect émotionnel, exprimé dans l’article : je n’ai plus ressenti les mêmes choses, les mêmes émotions, dans les saisons de 5 à 7 ! Je n’ai pas vu la saison 8, donc je n’en parlerais pas, mais pour moi, Matt Smith était très bon dans le rôle du Docteur, mais il n’était pas le Docteur, et je dirais même que c’est à partir de la saison 5 que Doctor Who a commencé à perdre son âme !

  • PlusGrandWhovianDeFrance

    Je suis d’accord sur le fait qu’on a aucune idée de comment le Maître s’est régénéré. En plus, ça m’étonnerait que ce soit les seigneurs du temps qui l’aient ressuscité.
    Mais a propos…MISSY??? WTF? Je ne suis pas du tout féministe et Michele Gomez est une super actrice mais c’est quand même désolant de voir le maître régénéré en femme quand on vient de voir le charisme qu’avait Roger Delgado ou John Simm…

    • Violette Kdu

      Le mot, c’était pas « féministe », mais « sexiste »! « Je ne suis pas du tout sexiste mais … »

  • fezf

    Franchement quand on me dit que les saisons de Moffat on un vrai fil conducteur, j’ai envie de rire. Non seulement il « américanise » la série, et supprime cette touche ‘british’ tant aimée par les fans, mais en plus il fait des scénarios de plus en plus tirés par les cheveux. Je ne hais pas Moffat, je l’adore sur Sherlock, mais il n’est clairement pas fait pour être showrunner à long terme sur Doctor Who… Capaldi est génial, c’est mon second Doc préféré après Tennant (parce qu’on oublie jamais son premier docteur ! ;D), il est parfait pour le rôle, mais son talent n’est clairement pas utilisé à fond.

  • Peter Chen

    Une psychologie à l’américaine – tu veux qu’on en parle ?- en lieu et place d’intrigue… C’est plus ennuyeux qu’excitant. Cette dernière saison est loin de faire bouillir des œufs à 30 pas …

  • StarDestruct

    Personnellement je ne vois que la disparition de notre docteur, protecteur de la Terre que toutes les races y compris ceux qui traquèrent le prisonnier 0 craigaient. Il n’a plus le même caractère que les trois qui se sont succédés dernièrement et est devenu plus froid malheureusement. Ce qui est bien le plus grand manque qui je pense est ressenti par les fans. Mais je suis enchanté que Clara se voit octroyer une histoire plus approfondie dans le scénario. Mais bon, chacun son avis.

  • Chtimi 62400

    C trop cool